Getty Images

Mondial 2019 - Nikola Karabatic (France) soulagé après avoir joué face à la Russie

Karabatic soulagé : "Il y a quelques temps, je n'aurais jamais imaginé pouvoir entrer"
Par AFP

Le 17/01/2019 à 22:43Mis à jour Le 17/01/2019 à 23:55

MONDIAL 2019 - Nikola Karabatic s'est dit "content d'avoir pu oublier sa blessure" pendant le match contre la Russie (23-22), son premier au Mondial de handball, qu'il a pu jouer "sans appréhension", jeudi à Berlin.

Quelles sont vos sensations après ce premier match ?

Nikola Karabatic : 26 minutes, pour moi, c'est beaucoup dans la mesure où il y a quelques temps je n'aurais jamais imaginé pouvoir entrer dans un championnat du monde. Je suis très heureux d'avoir pu prendre des repères et des sensations, de ne pas m'être blessé. Sur le premier match, il y a toujours un peu d'appréhension. Tu ne sais pas comment le corps va réagir face à de vrais adversaires. C'est un hold-up mais on a réussi à gagner donc je suis content. J'ai joué sans appréhension. Je suis content d'avoir pu oublier ma blessure pendant le match. J'aurais pu mieux faire au niveau du tir. J'essaie d'aider l'équipe comme je peux. En défense, c'était plutôt bien. J'ai pu monter la balle, faire quelques passes, provoquer, faire quelques duels. Même si j'ai raté trois tirs, je suis plutôt satisfait.

Nikola Karabatic au duel avec Sergei Mark Kosorotov lors de France - Russie, au Mondial 2019

Nikola Karabatic au duel avec Sergei Mark Kosorotov lors de France - Russie, au Mondial 2019Getty Images

Comment évaluez-vous le niveau de la France pendant ce premier tour ?

N. K. : On peut énormément progresser. On est costaud en défense. C'est notre base. Mais en attaque à chaque match, on a alterné une bonne mi-temps et une moins bonne. C'est là-dessus qu'on doit progresser. Ce soir c'est la réalisation et le tir qui n'allaient pas. On a fait briller le gardien adverse. Mais cette équipe a un potentiel énorme.

A quoi vous attendez-vous samedi contre l'Espagne, qui vous avait battus en demi-finale de l'Euro l'an passé ?

N. K. : Ce n'est pas la même configuration qu'à l'Euro parce que celui qui perd ne rentre pas à la maison. Mais c'est super important. Si on gagne, on se met en très bonne position. Il faut qu'on aborde ça comme un quart de finale.

0
0