IRC Series

Hänninen en mode attaque

Hänninen en mode attaque
Par Eurosport

Le 03/06/2011 à 16:00Mis à jour Le 03/06/2011 à 18:32

Auteur de deux scratches dans l'ES7 et l'ES8, Juho Hänninen (Skoda) a pris la tête du Rallye de Yalta à l'issue de l'étape 2, vendredi. Le Finlandais devance Bryan Bouffier (Peugeot) de 12.9 sec et Jan Kopecky (Skoda) de 1 min 07.5 sec.

Prudent dans la première boucle de l'étape 2, Juho Hänninen est passé à l'attaque dans le 2e passage pour prendre la tête du Rallye de Yalta, vendredi soir. Deuxième à l'assistance de mi-journée, le Finlandais a pris les commandes dans l'ES7 aux dépens de Bryan Bouffier avant de creuser l'écart dans l'ES8. A l'issue des six spéciales de la journée, il possède 12.9 sec d'avance sur le Français. "Ça a été une bonne journée. Je n'ai pas commis de fautes, a déclaré le champion IRC 2010. Après l'assistance, je me suis senti plus en confiance au volant de la voiture et j'ai pu attaquer."

Derrière les deux hommes de tête, l'écart est fait avec le reste du plateau. Après le tête à queue de Thierry Neuville (Peugeot) dans l'ES5 qui lui a coûté plus de trois minutes, c'est Jan Kopecky (Skoda), 3e, qui a lâché prise en fin de journée. Le Tchèque a été victime d'un problème de direction assistée dans l'ES8. Il a perdu 37 secondes et est relégué au-delà de la minute. "Le liquide de la direction assistée s'est échappé sur le pare-brise. J'avais du mal à piloter et à voir", a expliqué Kopecky au point stop de l'ES8.

Malgré un tête à queue, Andreas Mikkelsen (Skoda), 4e, a lui aussi profité d'une mésaventure de ses adversaires, en l'occurrence Guy Wilks (Peugeot). Le Britannique a été victime d'une crevaison qui lui a fait perdre 2 min 15 sec. Mais Wilks pointe toutefois à 1 min 33.1 sec du leader. Samedi, six spéciales sont au programme de la 3e et dernière étape. "Les mêmes routes sont utilisées, mais parcourues en sens inverse, a expliqué Frédéric Bertrand, responsable du département Compétition Clients de Peugeot Sport. Elles seront toujours aussi sales, alors que les trajectoires seront différentes. Le risque de sortie de route en sera encore aggravé."

0
0