Kevin Mayer (Athlétisme)

Discipline : Décathlon
Age : 29 ans
Date : Mercredi 4 et jeudi 5 août
Tokyo 2020
Macron a décoré les médaillés de Tokyo et vise le "Top 5" lors de Paris 2024
13/09/2021 À 19:20
La principale chance de titre, et même sans doute de médaille, pour l'athlétisme français. Vice-champion olympique en 2016, champion du monde en 2017, recordman du monde en 2018, Kevin Mayer a suivi une trajectoire qui semblait l'amener tout droit vers l'or à Tokyo. Mais il ne s'avance pas sans certains doutes autour de lui.
Ses deux échecs aux Championnats d'Europe 2018 et aux Mondiaux 2019, où il n'est pas allé au bout du décathlon, et une préparation incertaine ces derniers mois ont légèrement effrité sa cote. Sans oublier la performance du Canadian Damian Warner, qui a failli intégrer le club des 9000 points en mai à Gotzis (8995 points). A Tokyo, Mayer aura deux adversaires : Warner, et lui-même.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !

Mayer : "Il y a cette part de doute dans ma tête, c’est pourquoi je me prépare le plus possible"

Marc-Antoine Olivier (Natation eau libre)

Discipline : 10km
Age : 25 ans
Dates : Jeudi 5 août
Marc-Antoine Olivier avait décroché du bronze en 2016 au Brésil. Depuis, il a conforté sa place dans le gratin de la hiérarchie dans sa discipline, comme en témoigne sa médaille d'argent aux Championnats du monde en 2019. Cette année, Olivier est encore monté sur le podium des Championnats d'Europe (2e). Il s'est également imposé en Coupe du monde à Doha. Ne pas le voir sur le podium serait décevant, le voir sur la plus haute marche ne serait pas plus surprenant que ça. Une vraie chance de titre pour la France.

Marc-Antoine Olivier médaille d'aregnt des Mondiaux

Crédit: Getty Images

Steven Da Costa (Karaté)

Discipline : -67 kg
Age : 24 ans
Date : Jeudi 5 août
C'est un drôle de sentiment qui doit habiter les karatékas. A Tokyo, ils combattent pour la première fois pour une médaille d'or olympique. Et dans trois ans, à Paris, ils ne seront plus là, le karaté n'ayant pas confirmé sa place pour les prochains Jeux. C'est donc maintenant ou jamais pour briller et laisser une trace dans l'histoire.
Côté français, l'atout maître se nomme Steven Da Costa. Numéro un mondial de sa catégorie, il a repris sa domination lorsque la compétition a redémarré après le Covid, mais sa défaite en quarts de finale des Championnats d'Europe (il a fini avec le bronze après être passé par les repêchages) au mois de mai lui a montré qu'il devrait être vigilant. Mais à son meilleur niveau, il est le favori pour l'or.

Steven Da Costa

Crédit: Getty Images

Yohann Diniz (Athlétisme)

Discipline : 50km marche
Age : 43 ans
Date : Jeudi 5 août
C'est sa der. Parce que l'épreuve disparaîtra à Paris en 2024. D'ici là, Yohann Diniz a un compte à régler avec les Jeux Olympiques. Le 50 kilomètres marche, le Français en garde un souvenir amer aux JO. A Pékin en 2008, il n'avait pas terminé. En 2012, il avait été disqualifié. En 2016 à Rio, il était allé au bout de lui-même et, victime de problèmes gastriques, il s'était finalement classé 8e. A 43 ans, Diniz peut-il conclure sa carrière sur le toit de l'Olympe ? Les conditions risquent d'être difficiles mais le champion du monde 2017 aurait tort de ne pas y croire.

Yohann Diniz

Crédit: Getty Images

Benjamin Thomas (Cyclisme sur piste)

Discipline : Omnium
Age : 25 ans
Dates : Jeudi 5 août
Peut-être une des plus solides chances de titre dans cette seconde semaine nippone. Double champion du monde de l'omnium, Benjamin Thomas ne cache pas son ambition. Il vient pour l'or et même une médaille d'argent ou de bronze ne le satisferait pas. Même si les pistards manquent de références récentes, le dernier grand rendez-vous remontant au début de l'année 2020 lors des Mondiaux de Berlin, où il s'était imposé. Comme tout le monde, il a peu couru cette année en omnium, mais a tout de même signé deux succès. Le leader de l'endurance française incarne la seule réelle chance de médaille d'or sur la piste du vélodrome d'Izu.

Benjamin Thomas

Crédit: Getty Images

Pentathlon moderne : Elodie Clouvel et Marie Oteiza

Discipline : Individuelle dames
Age : 32 ans et 27 ans
Date : Jeudi 5 et vendredi 6 août
Comme chez les hommes (voir ci-dessous), le pentathlon moderne français possède deux possibilités de croire en une médaille d'or dans l'épreuve individuelle féminine. Elodie Clouvel est la plus connue, la plus médiatique et la plus expérimentée après sa superbe médaille d'argent à Rio. Elle a connu un début de saison difficile mais a rebondi avec une médaille d'argent aux Mondiaux au Caire et semble être prête à 100% pour ces Jeux de Tokyo. Marie Oteiza, elle, a brillé en remportant en avril la Coupe du monde de Sofia, devant la Britannique Kate French, qui sera une des favorites aux J.O.

Clouvel : "Avec des femmes comme Manaudou et Pérec, le sport prend une tout autre ampleur"

Valentin Prades et Valentin Belaud (Pentathlon moderne)

Discipline : Individuelle messieurs
Age : 29 ans et 29 ans
Date : Du jeudi 5 au samedi 7 août
Le grand frustré de Rio. Malgré un rush final invraisemblable, Valentin Prades avait terminé à la pire des places en 2016, la 4e. Au cours de cette Olympiade, le Cannois n'a pas quitté l'élite du pentathlon moderne. Numéro un mondial en 2016, 2017 et 2018, numéro 2 en 2019 avant de retrouver la première place cette saison, il est clairement un des candidats à l'or.
Au mois d'avril, il a remporté la finale de la Coupe du monde, seule épreuve de la saison à se dérouler selon le format olympique. Un message envoyé à la concurrence. Mais la France peut aussi compter sur l'autre Valentin, Belaud, double champion du monde de la spécialité.

Valentin Prades et Valentin Belaud - Pentathlon moderne

Crédit: AFP

Equipe de France masculine (Basket)

Discipline : Par équipes messieurs
Dates : Finale le samedi 7 août
Nous n'aurions pas osé placer la bande à Vincent Collet parmi les chercheuses d'or françaises dans cette quinzaine olympique. Mais ce premier tour a tout changé. A commencer, bien sûr, par ce succès contre les Etats-Unis, en ouverture du tournoi. Ce n'est certes pas la Dream Team de Barcelone, mais la référence reste majeure et le coup de booster significatif pour un groupe.
Mais les Bleus ont presque autant impressionné en enchaînant avec brio et sérieux derrière. Pour l'or, les Etats-Unis restent favoris. Rudy Gobert et les siens demeurent des outsiders. Comme d'autres, dans ce tournoi très ouvert, ce qui n'est pas le moindre de ses charmes. Mais ils ont mérité qu'on donne du crédit à une ambition qu'eux-mêmes n'auraient peut-être pas osé afficher il y a huit jours.

Un Fournier de rêve, un finish de feu : le résumé de la folle victoire des Bleus

Equipe de France masculine (Handball)

Discipline : Par équipes messieurs
Dates : Finale le dimanche 8 août
Des habitués. Champions olympiques en 2008 et 2012, vice-champions olympiques en 2016, les Experts ont connu une période plus délicate après leur dernier grand titre, lors des Mondiaux 2017, mais ils sont en train de prouver à Tokyo qu'on ne peut jamais les écarter de la course à la victoire. S'ils jouent comme contre l'Espagne, ils peuvent mater n'importe qui. Même le Danemark, qui reste toutefois l'équipe à battre. Reste à savoir si les joueurs de Guillaume Gille pourront tenir la distance, d'autant que les blessures commencent à s'accumuler. Mais jusqu'ici, tout va bien.

Passe de Karabatic, tir de Remili : le spectaculaire kung-fu français contre l'Espagne en vidéo

Tokyo 2020
Légion d'honneur et ordre national du Mérite : Les médaillés français à Tokyo récompensés
10/09/2021 À 07:31
Tokyo 2020
Elle met sa médaille d'argent aux enchères pour soigner un nourrisson... avant de la récupérer
17/08/2021 À 15:58