Vendredi, Marc Marquez (Honda HRC) avait laissé une question en suspens. Lors de la première séance d'essais libres du Grand Prix d'Aragon, l'Espagnol avait collé 1"6 à son plus proche poursuivant. A ce moment-là, il était encore difficile de savoir si ce chrono traduisait une volonté d'envoyer un avertissement à la concurrence, ou d'une simple précaution, alors que la météo du samedi s'annonçait capricieuse. Le quintuple champion du monde avait déjà esquissé la réponse en qualification. Il l'a rendue encore plus concrète en course.

Grand Prix d’Aragon
Un cavalier seul et Marquez fait un pas de plus vers une sixième couronne
22/09/2019 À 11:47

Le Catalan n'avait qu'une envie : tuer dans l'œuf toute forme de suspense. "J'étais convaincu que ma stratégie était la bonne, a-t-il assuré après la course, au micro officiel. J'ai beaucoup poussé au début pour accumuler une avance de quatre ou cinq secondes." Dès le début d'épreuve, le leader du Mondial a bouclé quatre tours consécutifs en moins d'une minute et quarante-neuf secondes, avec une relative facilité, là où aucun autre pilote n'a été capable d'en aligner deux. "Je n'ai pas voulu en faire plus, a-t-il précisé. A un moment, j'ai vu que Viñales était rapide et j'ai essayé de stabiliser l'écart."

Cette victoire a peut-être eu l'air facile, mais…

L'analyse à chaud de l'Espagnol dit tout de la supériorité avec laquelle il jouait encore, il y a un peu plus d'un an, pour assouvir son besoin de batailler en piste et nourrir le spectacle qu'il a souvent favorisé. Marquez ne vise maintenant rien d'autre que des victoires sèches, chaque semaine. Surtout sur des circuits qu'il affectionne, comme celui d'Alcañiz. "Cette victoire a peut-être eu l'air facile mais nous avons travaillé très dur, a-t-il rappelé. J'ai chuté vendredi et cela démontre que j'ai beaucoup poussé."

C'est ainsi qu'il s'est offert l'occasion de décrocher une sixième couronne mondiale en MotoGP dès la prochaine manche, en Thaïlande, le 6 octobre. "J'aurai une première balle de match à Buriram, j'essaierai de la convertir mais Dovizioso y sera très fort, car il n'abandonne jamais, a confié le pilote Honda, comme s'il essayait de trouver une source de motivation supplémentaire. Je vais savourer cette victoire, mais je ne veux pas perdre de temps avec des calculs. Certes, le titre est de plus en plus proche, mais je vais garder la même mentalité." Et tant pis pour le suspense.

Marc Marquez (Honda HRC) après sa victoire au Grand Prix d'Aragon 2019

Crédit: Getty Images

Grand Prix de Styrie
Viñales après s'être jeté de sa moto à 230km/h : "Que vouliez-vous que je fasse d'autre ?"
23/08/2020 À 15:47