Visant un troisième succès d'affilée, Fabio Quartararo revient de vendredi à dimanche sur les terres de ses premières victoires en MotoGP l'été dernier à Jerez de la Frontera, où la star Marc Marquez a chuté et débuté son cauchemar de neuf mois. Pour l'actuel leader du championnat du monde, le souvenir est magnifique. C'est là que le pilote Yamaha, alors âgé de 21 ans, a conquis ses deux premiers succès dans la catégorie reine, coup sur coup lors des Grands Prix d'Espagne et d'Andalousie.
"C'est un circuit que j'adore, où j'ai toujours eu de bonnes sensations et qui me réussit énormément", explique le Français avant la 4e manche de l'année. La date du 19.07.2020 et son propre portrait, fêtant le premier de ces succès, sont depuis tatoués sur son bras droit.
Le bras droit, un tout autre stigmate pour Marquez. Ce même 19 juillet, pour la première course d'une saison 2020 retardée par la pandémie de Covid-19, le sextuple champion du monde en MotoGP, voulant rattraper Quartararo, chute et se casse l'humérus. Le début d'un cauchemar. Trop pressé de revenir après une première opération, l'Espagnol aggrave son cas et passe deux fois de plus sur le billard. Il manque toute la saison 2020 et les deux premières courses de 2021 au Qatar.
Grand Prix de France
Le Grand Prix de France moto se tiendra à huis clos
30/04/2021 À 10:15
https://i.eurosport.com/2021/04/30/3123755.jpg

"Me sentir à nouveau pilote"

C'est en spectateur qu'il voit les victoires des deux pilotes Yamaha, son compatriote Maverick Vinales puis Fabio Quartararo, avant de revenir le 18 avril au Grand Prix du Portugal, 3e manche sur 19 prévues cette saison. "Me sentir à nouveau pilote de MotoGP était mon rêve", dira-t-il, "épuisé", après quelques larmes versées et une 7e place lors d'un Grand Prix remporté à nouveau par Quartararo.
"Je n'ai pas d'objectif établi (en terme de résultat), seulement être plus stable physiquement pendant tout le week-end, sur un circuit où j'ai de bons et de mauvais souvenirs, bien sûr, mais plus de bons que de mauvais", a-t-il expliqué jeudi à Jerez, où il s'est imposé trois fois (2014, 2018, 2019).
A terme, et le plus tôt serait le mieux, l'Espagnol veut remonter sur un podium et sa plus haute marche, pour redevenir le pilote qu'il était avant, c'est-à-dire le meilleur, dominateur quasi sans partage depuis 2013.
Entouré en conférence de presse par ceux qui veulent devenir calife à la place du calife, Marquez s'est montré réaliste : "Il y a un changement de génération, c'est normal, c'est le sport et c'est la vie. Beaucoup de jeunes talents arrivent de Moto2, Moto3, (...) mais je me sens encore jeune, 28 ans, donc c'est bien, j'ai la motivation pour continuer et apprendre de tous ces gars".

Zarco a tourné la page

En 2020, c'est Joan Mir (Suzuki, 23 ans) qui a été titré champion du monde grâce à sa régularité, ne gagnant qu'une course. L'Espagnol est 5e actuellement, devancé par le Français Johann Zarco (Ducati-Pramac), 4e, Vinales, 3e, Francesco Bagnaia (Ducati), 2e, et donc Quartararo, 1er.
Ancien leader après deux deuxièmes places, Zarco est tombé à la 4e place après une chute au Portugal à cause d'un souci avec sa boîte de vitesses, alors qu'il luttait pour le podium. Mais "ça ne ma pas marqué mentalement, ça fait partie de la course il faut l'accepter", a affirmé lors d'un point presse le Français, "positif et concentré".
Victime de multiples fractures après une lourde chute lors du Grand Prix du Portugal, Jorge Martin (Ducati) se remet lui d'une triple opération. En attendant son retour, que l'Espagnol espère dès le Grand Prix d'Italie au Mugello le 30 mai, c'est son compatriote Tito Rabat qui le remplace à Jerez et sans doute au Grand Prix de France le 16 mai.
Italie, France, mais d'abord Espagne sous le soleil attendu à Jerez: l'occasion pour Marquez, encore tapi dans l'ombre de sa blessure, de revenir pleinement dans la lumière.
Grand Prix d'Espagne
Quartararo opéré avec succès
04/05/2021 À 13:38
Grand Prix d'Espagne
Quartararo n'est pas un cas isolé : le syndrome des loges menace tous les pilotes
03/05/2021 À 21:34