Getty Images

Marquez repousse les Ducati, Quartararo sauve un top 8

Marquez repousse les Ducati, Quartararo sauve un top 8

Le 19/05/2019 à 14:47Mis à jour Le 20/05/2019 à 09:24

GRAND PRIX DE FRANCE - Marc Marquez (Honda HRC) a consolidé sa place de numéro 1 mondial en enlevant sa troisième victoire de la saison, sa deuxième de suite, dimanche au Mans. L'Espagnol a devancé les Ducati d'Andrea Dovizioso et Danilo Petrucci. Qualifié 10e, Fabio Quartararo (Yamaha SRT) a fini 8e, Johann Zarco (KTM Factory) 13e.

Même le circuit du Mans ne résiste plus à Marc Marquez (Honda HRC). L'Espagnol y avait enchaîné trois résultats sans podium de 2015 à 2017 mais ce dimanche, il a roulé sur le tracé sarthois comme sur les autres : en patron. Parti en pole position et un peu chahuté au départ, le quintuple champion du monde MotoGP a remporté le Grand Prix de France dans un fauteuil. Andrea Dovizioso (Ducati Team), son nouveau dauphin au championnat, et son coéquipier Danilo Petrucci ont bouclé le podium. Fabio Quartararo (Yamaha Petronas) a manqué son début de course mais il s'est bien rattrapé pour finir 8e.

Quand il n'est pas en bataille avec lui-même, Marquez n'a pas de rival. Souvent à la limite de l'adhérence lors des essais, le Catalan a retrouvé beaucoup de sérénité en course. Même s'il a eu besoin de temps pour y parvenir. Malmené par Petrucci à l'extinction des feux puis débordé par Jack Miller (Ducati Pramac), le pilote de Cervera a eu besoin de sept tours pour trouver son rythme.

Marc Marquez (Honda HRC)

Marc Marquez (Honda HRC)Getty Images

Il a fini par lâcher l'Australien après le premier tiers de course, conforté par des chronos métronomiques, comme l'a si souvent été Jorge Lorenzo sur ce tracé, par le passé. En décrochant un troisième succès saisonnier et son 47e en carrière, Marquez a d'ailleurs rejoint son coéquipier au classement des pilotes cumulant le plus de victoires en catégorie reine.

Quartararo a encore impressionné

Pour ramasser les miettes laissées par l'Espagnol, Dovizioso a dû lutter. Septième au premier passage, l'Italien a profité d'une lente progression pour s'emparer du deuxième rang au 17e tour. Mais il n'a jamais été tranquille : son coéquipier lui a mené la vie dure en fin de course, avec deux tentatives de dépassement qui n'ont finalement pas abouti. Mais pour Petrucci, l'essentiel était ailleurs : il a au moins devancé Miller, qui convoite son guidon.

Tous ces pilotes ont manqué de rythme pour challenger Marquez. Quartararo, lui, l'avait, puisqu'il a été l'homme le plus rapide en fin d'épreuve. Débordé avant le premier virage, au point d'être repoussé au 17e après quatre tours, le jeune pilote français a sauvé sa course par une remarquable remontée pour s'installer au 8e rang, derrière son coéquipier Morbidelli et le surprenant Pol Espargaro (KTM Factory). Sixième, l'Espagnol a encore infligé un coup de massue sur la tête de son coéquipier, Johann Zarco, seulement 13e.