Fabio Quartararo parti en pole position, "El Diablo" était attendu une nouvelle fois comme le grand bonhomme de ce Grand Prix de France. Ou, tout au moins, comme le Français le plus en vue. Mais le pilote Yamaha SRT a dû se contenter d’une décevante neuvième place, toutefois suffisante pour accroître son avance sur Joan Mir au championnat du monde. Au terme d’une course très animée, c’est finalement Johann Zarco qui s’est montré le plus en vue dans le camp tricolore.

Parti neuvième, le pilote du Ducati Avintia a d’abord semblé en difficulté avant d’entamer une belle remontée qui s’est conclue sur une cinquième position. Étant donné son rythme en fin de course, c’est même encore plus haut qu’il aurait pu regarder. De quoi regretter ce départ moyen ? Le natif de Cannes n’était pas tout à fait de cet avis à l’issue de la course.

Grand Prix de France
Une déception mais une bonne opération pour Quartararo
11/10/2020 À 11:59

"Ce n’est pas à cause du départ"

"La victoire n’était pas loin et ce n’est pas à cause du départ, a-t-il assuré. J’étais prudent sur les premiers tours parce que je savais que la piste très mouillée avec les pneus ‘medium’ arrière, cela allait être délicat. J’ai tout de suite senti, dès le tour de chauffe, que je ne pouvais pas trop pencher. Mais le choix de ce pneu arrière était pour une piste qui allait sécher, et pour ensuite assurer les 27 tours et retrouver un super rythme".

Problème, la pluie a de nouveau fait des siennes pendant la course. Et malgré son aisance dans ces conditions, Zarco s’est retrouvé pénalisé. "Malheureusement avec cette pluie supplémentaire, je n’ai pas pu commencer à remonter tout de suite parce que ça glissait encore beaucoup trop. Il a fallu attendre. Cela fait une belle cinquième place, mais clairement, si j’étais parti avec le ‘soft’ arrière, j’aurais pu rester avec Petrucci et donc jouer la gagne".

"Je me doutais que je pouvais les rattraper"

A l’arrivée, le recordman du tour au Mans n’a donc pas grand-chose à se reprocher. Le pilote de 30 ans s’offre une nouvelle très belle course, sublimée par un finish de qualité. "Doubler Nakagami n’a pas été facile car lui aussi était motivé à rattraper ce groupe pour le podium, a-t-il reconnu. J’ai pu le passer, j’attaque ce dernier tour et je me doutais que je pouvais les rattraper. Je pensais que Miguel (Oliveira) allait pouvoir rattraper Dovizioso, qui lui a bien fermé les portes, et sur ce virage 13, au raccordement, Dovizioso a encore bien fermé la porte, il y avait peu d’espaces et il fallait s’engager. Et ça l’a fait".

Zarco repart donc avec onze points, une place de premier indépendant et, en prime, une communion avec les 5000 spectateurs autorisés. Effectivement, "ça l’a fait".

Grand Prix de France
Parti en pole, Quartararo a chuté à la 11e place : Suivez la course EN DIRECT
11/10/2020 À 11:37
Grand Prix de France
Quartararo savoure sa première pole à domicile : "Ça fait du bien"
10/10/2020 À 17:02