Il en a encore la voix cassée. Devenu dimanche dernier le premier Français champion du monde de MotoGP, Fabio Quartararo compte cependant bien finir la saison, comme il l'a rappelé à nos confrères de l'AFP. Le jeune pilote de niçois a pris le temps de savourer. Désormais, place aux deux dernières manches de la saison.
"De dimanche soir jusqu'à lundi matin, on a fait la fête, raconte le pilote Yamaha. Après, j'ai eu le temps de rentrer quelques jours voir la famille à Nice et, aujourd'hui (jeudi), je repars en Andorre. J'ai bien repris l'entraînement mardi parce qu'il reste encore deux courses que je veux terminer sur une bonne note. Ca n'est pas parce que j'ai gagné que je suis en vacances. Je suis là encore pour gagner et ça va faire une nouvelle expérience de courir sans pression et de me dire : 'Si je marque zéro point sur les deux courses, parce que j'ai voulu pousser pour la victoire, ça n'est pas grave, je suis quand même champion du monde'."
Grand Prix de l'Algarve
Quartararo, champion alarmiste : "Je pense qu'on a énormément de points faibles"
07/11/2021 À 18:39

Fabio Quartararo (Yamaha) après s'être adjugé le titre à Misano, le 24 octobre 2021

Crédit: Getty Images

Retour au Grand Prix d'Aragon, en Espagne, mi-septembre. C'est là que son dernier adversaire pour le titre, l'Italien Francesco Bagnaia (Ducati), est "monté en puissance", gagnant cette course et la suivante, le Grand Prix de Saint-Marin. "Après, c'était bien de le stopper à Austin. On a fini devant lui pour dire : 'C'est bon, tu as eu tes deux belles courses, il faut penser que maintenant c'est à nous'. Et là il a fait une erreur à Misano. Tout le monde me disait : 'c'est eux qui ont plus la pression que toi'. C'est vrai que j'ai eu du mal à réaliser mais, oui, c'est eux qui avaient plus de pression."

Ce qui va lui procurer le plus d'émotions ? Le trophée avec une plaque à son nom

"Moi, j'ai eu des moments un petit peu difficiles, mais je n'ai jamais douté de mes capacités. C'est ça qui m'a donné la puissance de croire en moi et de dire : 'voilà, c'est bon, c'est à nous'. (...) Le problème qu'on a eu à Jerez avec mon avant-bras, la combinaison qui s'ouvre pendant la course à Barcelone... Sincèrement, ça n'était pas une saison facile, comme tout le monde pense parce que j'ai eu 10 podiums, 5 victoires. On aurait pu en avoir plus et, malheureusement, on ne les a pas eus pour certaines raisons, mais je me suis senti super bien toute la saison." Quant à la pression, "je l'ai quand même un petit peu connue l'année dernière en étant leader du championnat, même si je ne me suis pas battu pour le titre jusqu'à la fin. Mais c'est sûr que c'est quelque chose de spécial de savoir deux courses avant la fin qu'on peut être champion."

Fabio Quartararo (Yamaha) et son casque spécial après le Grand Prix d'Emilie-Romagne, le 24 octobre 2021

Crédit: Getty Images

A-t-il pris conscience de son exploit ? "Franchement, pas vraiment. Je ne sais pas quand je vais réaliser. Je pense au gala où ils vont mettre ma plaque sur le trophée. C'est un truc de ouf ! Le meilleur ami de mon frère m'a envoyé une vidéo du gala 2019 en disant : 'Regardez bien, un jour, sur ce trophée, il y aura marqué Fabio Quartararo' et je pense que c'est ça qui va me donner le plus d'émotion, de voir ce trophée qui va avoir ma plaque avec marqué 'champion du monde'. C'est le premier et j'espère en remettre plusieurs, des plaques !"
Voir sa performance reconnue par les plus grands athlètes, "c'est aussi un rêve ! Bien sûr, maintenant que je suis au plus haut niveau, ça ne devient pas normal mais presque. Lewis Hamilton, je lui avais déjà parlé, Kylian Mbappé, je le connaissais un tout petit peu. Mais quand je pense à deux ou trois ans en arrière, quand je regardais ces athlètes-là comme mes idoles, et que maintenant je peux dire que j'ai une relation avec eux, que ça devient des potes, c'est quand même super cool de voir le changement !"
Propos recueillis par Raphaëlle PELTIER.
Grand Prix de l'Algarve
Quartararo s'est pris les pieds dans le tapis, Bagnaia a fait la loi
07/11/2021 À 13:43
Grand Prix de l'Algarve
Sur les pas de Marquez à 17 ans : Acosta, une nouvelle victoire et (déjà) un premier titre en Moto3
07/11/2021 À 12:39