Le titre se jouera à Valence ! Francesco Bagnaia (Ducati) a remporté le Grand Prix de Malaisie, dimanche, au terme d'une grosse bataille avec son futur coéquipier Enea Bastianini (Gresini Racing). Mais l'Italien ne compte "que" 23 points d'avance sur Fabio Quartararo avant l'ultime course de la saison 2022. Le Niçois s'est battu comme un diable pour monter sur le podium après un départ depuis le 12e rang. Il faudra un scénario spectaculaire dans deux semaines pour voir le Français coiffer une seconde couronne de rang, mais il a répondu présent à Sepang.
Grand Prix de Malaisie
Quartararo : "Rien n'est impossible"
23/10/2022 À 12:11
C'est une course de géants à laquelle on a eu droit, alors même que les deux protagonistes partaient de très loin sur la grille. En qualification, Pecco a été renvoyé au 9e rang, "El Diablo" au 12e. Le premier, leader pour la première fois de sa vie, admettait "ressentir de la pression". Le second, champion sortant, déclarait "vouloir prendre du plaisir" et ne plus calculer le titre. Les deux ont réalisé un départ supersonique pour se retrouver respectivement à la 2e et à la 6e place au premier virage.

Bastianini dans le rôle du trouble-fête

La chute de Jorge Martin (Pramac-Ducati) au bout de 6 boucles a accentué la pression sur les prétendants. Bagnaia prenait la tête des opérations, Quartararo montait sur le podium et 23 points les séparaient à cet instant. Il en fallait 25 au franchissement du drapeau à damier pour que le Turinois coiffe au poteau son concurrent.

Pecco Bagnaia, Fabio Quartararo, Getty Image

Crédit: Eurosport

Puis Enea Bastianini (Gresini Racing) s'est mêlé à la lutte pour la victoire à Sepang. Promu chez Ducati au côté de Pecco la saison prochaine, l'Italien lui a mené la vie dure, quelques semaines après que les consignes de l'écurie de Borgo Panigale ont fait couler beaucoup d'encre en MotoGP. Testant son mental, il s'est mis dans sa roue, a dévié de sa trajectoire pour lui faire sentir sa présence avant de le doubler au 10e tour.

Quartararo s'est défendu comme un diable

Bagnaia, leader pour 18 points, aurait pu se contenter de la deuxième place, surtout que Quartararo, entouré de Ducati, voyait fondre sur lui Marco Bezzecchi (Mooney VR46). Mais il a pris des risques, a travaillé dans la selle de Bastianini avec minutie pour prendre le meilleur trois boucles plus loin. Pecco a signé sa 7e victoire en 2022, la première depuis Saint-Marin le 4 septembre.
Le Français, lui, a résisté à la remontée de Bezzecchi et bien géré sa course. On lui promettait le pire en Malaisie, avec l'enchaînement des deux lignes droites et épingles. Il a répondu présent sans commettre d'erreur. Ce podium, il ne l'avait plus escaladé depuis le Grand Prix d'Autriche en août. Le Niçois sait qu'il faudra un concours de circonstances incroyable et improbable pour conserver son titre dans deux semaines (victoire impérative et 1 point maximum pour Bagnaia). Mais il n'a pas dit son dernier mot pour autant. Vivement dimanche à Valence !
Grand Prix de Malaisie
Victoire obligatoire : Quartararo champion à Valence si...
23/10/2022 À 09:56