De loin, le scénario nous rappelle quelque chose. Un temps pas si lointain où, au bout d'une saison perturbée par la pandémie, Fabio Quartararo avait fini par s'écrouler psychologiquement et dégringoler au classement du championnat du monde. Deux ans plus tard, et alors qu'il a décroché la timbale entre-temps, le Français a une nouvelle fois été chassé d'un trône sur lequel il fut, longtemps, confortablement installé. Mais cette fois, il n'est question ni d'écroulement psychologique, ni de dégringolade.
À deux Grands Prix du baisser de rideau, le Niçois compte désormais 14 points de retard sur Francesco Bagnaia, alors qu'il avait compté jusqu'à 91 unités d'avance sur l'Italien. Après une série de mauvais résultats et une chute en Australie, la dynamique n'est pas bonne. La conjoncture n'est pas bien meilleure. "Il y a des chances que le titre soit adjugé ici, a observé Marc Marquez, ce jeudi, en conférence de presse. Parce que c'est un circuit où il y aura plusieurs Ducati devant...".
Grand Prix de Malaisie
Quartararo : "Rien n'est impossible"
23/10/2022 À 12:11
Pour Quartararo, pourtant, hors de question de se démobiliser. Se retrouver dans la position du chasseur, et non plus celle du chassé, constitue justement une opportunité de changer radicalement d'approche. "Maintenant, je n'ai plus rien à perdre [...], a confié le pilote tricolore. Je suis dans une position où je n'ai pas besoin de penser à grand-chose. Simplement de pousser jusqu'à la limite."
Si Bagnaia l'a fait, nous pouvons le faire aussi
C'est peut-être dans ce nouvel état d'esprit que réside la clé pour jouer des coudes avec les machines italiennes. "Il a une moto compétitive, mais pour les essais, soulignait Marquez auprès de nos confrères de The Race. Se battre en course sans puissance moteur, c'est plus compliqué. [...] Mais pour être honnête, je m'attends à une réaction de la part de Quartararo."
Pour le champion du monde tricolore, réussir le Grand Prix de Malaisie compte presque autant pour se (re)donner une chance de titre que pour préparer la saison 2023, où Yamaha devra réellement progresser sur le plan technique mais aussi sur les méthodes de travail. "J'essaierai aussi de faire certains changements sur la moto, a ajouté "El Diablo". Car à chaque fois que l'on va en piste, on se sent toujours très bien mais on ne touche jamais à rien. Donc je pense que c'est peut-être le moment d'essayer de trouver des améliorations dans certains domaines."
En cas de podium, Quartararo retardera l'échéance. Mais il en faudra certainement un peu plus pour réellement envisager un nouveau retournement de situation à Valence. "Ce n'est pas terminé, a martelé le pilote Yamaha. Si Bagnaia l'a fait, nous pouvons le faire aussi." Pas de doute : avec cet état d'esprit, Fabio Quartararo n'a plus grand-chose à voir avec celui qu'il était il y a deux ans.

Fabio Quartararo (Yamaha) a perdu plus gros qu'une simple course en Australie dimanche

Crédit: Imago

Grand Prix de Malaisie
Victoire obligatoire : Quartararo champion à Valence si...
23/10/2022 À 09:56