À croire qu'ils font tout pour entretenir le suspense. Entre Francesco Bagnaia, Fabio Quartararo et Aleix Espargaro, aucun n'a véritablement tiré son épingle du jeu au terme d'une qualification chaotique, au Grand Prix de Malaisie, alors que beaucoup l'avait qualifiée - y compris le Français - de "plus importante de l'année".
Vendredi, le champion du monde en titre était même le mieux loti des trois prétendants à la couronne, puisqu'il était le seul à se mettre à l'abri d'un passage par les repêchages en qualification. Son rival italien payait lui un mauvais choix de pneumatique, alors que son voisin espagnol butait sur les limites d'une Aprilia plombée par des pépins techniques.
Grand Prix de Malaisie
Quartararo : "Rien n'est impossible"
23/10/2022 À 12:11
Il flottait donc une odeur de chaos, ce samedi matin, avant la chasse au chrono. Finalement, les trois candidats au titre se sont retrouvés en Q2... mais aucun d'entre eux n'a assommé les deux autres. Quartararo a fini bon dernier (12e) malgré la présence de son coéquipier Franco Morbidelli, Espargaro n'a pas fait beaucoup mieux (10e) en tentant de prendre la roue du poleman Jorge Martin (Ducati-Pramac). Et Bagnaia a dû se contenter du 9e rang après avoir chuté dans un tour (bien) lancé.

Pour Quartararo, pas de miracle en vue

Finalement, malgré un week-end débuté à l'envers et deux chutes (il est également parti à la faute aux essais libres 3), "Pecco" s'élancera une ligne devant ses rivaux. Et sans bobo. Tout le contraire de Quartararo, lui aussi victime d'une petite perte de l'avant lors de l'ultime séance d'entraînement, aux conséquences notables : le pilote tricolore souffre d'une fracture au majeur gauche et de quelques contusions à la main. Pas de quoi remettre en cause sa participation à la course dimanche. Mais pas de quoi lui faciliter la tâche non plus.
Hasard ou non, c'est précisément dans le virage N.8, où il avait chuté avant la qualification, que le Français a failli perdre le contrôle dans son ultime tour lancé, alors qu'il était en mesure d'améliorer son chrono pour grappiller quelques places sur la grille. Blessure ou pas, difficile d'imaginer le pilote Yamaha réussir un miracle en course. D'autant qu'elle pourrait être perturbée par de fortes averses.
Peut-être que nous devrions faire les choses différemment
"Honnêtement, ce que nous faisons depuis quelques courses est étrange, a-t-il concédé lors de son debriefing, dans des propos rapportés par motorsport.com. Je ne sais pas si nous travaillons correctement ou non. Il nous manque beaucoup de choses. Peut-être que nous devrions faire les choses différemment."
Techniquement, il devrait lui être bien difficile de se retrouver aux avant-postes, puisqu'à l'exception du premier secteur, le Français paie les difficultés de sa machine sur le plan de la vitesse de pointe. Même Marc Marquez, avec la Honda, a avoué perdre un dixième et demi sur chacune des deux lignes droites face aux Ducati. Même sans une bonne performance de son leader Bagnaia, le constructeur italien a sécurisé quatre des six premiers emplacements de la grille.
Grand Prix de Malaisie
Victoire obligatoire : Quartararo champion à Valence si...
23/10/2022 À 09:56