Ce n'est pas l'année de Marc Marquez. Alors qu'il devait revenir pour de bon à la compétition ce week-end à Brno, le pilote Repsol Honda a été obligé de repasser par la case opération lundi et déclarer forfait pour la troisième manche de la saison 2020. En cause ? Un incident domestique qui pourra s'ajouter à la longue liste des blessures bêtes des sportifs. Marquez s'est donc à nouveau blessé à l'humérus après avoir ouvert une fenêtre - ou une porte-fenêtre - à son domicile. Son mouvement a tout simplement endommagé la plaque fixée sur son humérus droit le 21 juillet dernier, conséquence de son accident survenu en course à Jerez, lors de l'ouverture de la saison.

C'est Alex Marquez, son frère et coéquipier, qui a révélé les contours de cet étrange incident depuis Brno, jeudi, à la veille du début des hostilités du Grand Prix de République tchèque. "Ce qui est arrivé à Marc est vraiment étrange, mais ça peut arriver dans n'importe quelle maison. Je l'ai vécu comme un incident domestique classique", a précisé le cadet des Marquez. "Il s'est réveillé avant moi, vers 7h30, pour sortir les chiens avant d'aller ouvrir une fenêtre qui donne accès au jardin. Ce n'est pas une petite fenêtre, c'est une fenêtre d'une taille importante. Et en ouvrant celle-ci, sa plaque s'est cassée. Il m'a réveillé, ainsi que son physiothérapeute - Carlos García - qui était avec nous ces jours-ci et il nous a dit : 'Ca c'est cassé'. Je savais qu'il avait rechuté car il bougeait son bras. C'est arrivé lundi matin. Il a ensuite appelé Emilio (Alzamora, son manager), et le docteur Mir (son chirurgien) et ils sont partis en direction de Barcelone."

Grand Prix de République tchèque
Le retour du roi est repoussé à plus tard : Marquez n'ira pas à Brno
04/08/2020 À 10:29

Le stress responsable de la rechute

Pour Alberto Puig, le team manager de Repsol Honda qui a mimé l'incident lors de la journée presse depuis Brno (Marquez a tiré la fenêtre vers lui pour l'ouvrir), cette rechute a été la résultante du stress accumulé depuis quinze jours, avec sa tentative de retour express en point d'orgue. "Il avait très mal et on a appris que sa plaque était cassée. Marc a suivi toutes les recommandations des médecins ainsi que le ressenti que lui a donné son corps", a précisé Puig qui a préféré voir le positif dans le négatif.

"On est allé à Jerez car les médecins avaient donné le feu vert. Ils ne s'attendaient pas, et je pense que c'est vrai, à ce que cette plaque puisse se casser. Si nous avions eu cette information, on n'aurait pas tenté le retour. Et Honda ne l'aurait pas laissé rouler. Ce sont des choses qui peuvent arriver", a ajouté l'Espagnol. "Heureusement que c'est arrivé chez lui et pas ici à Brno. Cela aurait pu être très grave pour lui. Marc va continuer son processus de récupération. Le temps nous dira quand il sera en mesure de revenir et être apte après cet incident."

Grand Prix de République tchèque
"J'avais l'impression de prendre de l'argent pour faire de la merde" : Zarco n'a aucun regret
09/08/2020 À 16:50
Grand Prix de République tchèque
Binder historique, Zarco héroïque, Quartararo pragmatique
09/08/2020 À 12:50