C’est ce qui s'appelle faire coup double. De retour au meilleur de sa forme après deux dernières courses plutôt discrètes en Indonésie et en Argentine, Enea Bastianini (Gresini) a remporté ce dimanche soir le Grand Prix des Amériques, quatrième manche de la saison 2022 de Moto GP. Vainqueur au panache d’une longue partie de poker-menteur avec la Ducati officielle de Jack Miller, l’Italien signe sa deuxième victoire de la saison devant Alex Rins (Suzuki) et récupère par la même occasion la tête du championnat du monde.
Longtemps leader de cette quatrième manche de la saison après avoir pris le meilleur sur le poleman Jorge Martin (Pramac) au moment du départ, Jack Miller doit finalement se contenter de la dernière marche du podium, l’Australien ayant fini par céder aux assauts de la Suzuki d’Alex Rins dans le tout dernier tour de course. Côté français, la déception est aussi au rendez-vous puisque ni Fabio Quartararo (Yamaha) ni Johann Zarco (Pramac) n’ont été en mesure de se mêler à la lutte pour la victoire sur le très exigeant tracé d’Austin.
Grand Prix des Amériques
Quartararo sur son duel avec Marquez : "J'ai apprécié cette bataille plus que certaines victoires"
10/04/2022 À 22:41

Quartararo a limité la casse, Zarco n'a cessé de décliner

Crédité d’un bon envol à l’extinction des feux, le champion du monde en titre pensait pourtant avoir un coup à jouer sur un circuit où la bonne gestion des pneumatiques est souvent synonyme de bon résultat à l’arrivée. Mais le Niçois a vite compris que sa M1 ne lui permettrait pas rivaliser à la régulière avec les redoutables fusées rouges. Rapidement dépassé par son compatriote Johann Zarco (Pramac) puis par les deux Suzuki d’Alex Rins et de Joan Mir, Fabio Quartararo a intelligemment fait le dos rond avant de profiter d’une fin de course débridée pour refaire une partie de son retard.
Classé septième sous le drapeau à damier après avoir réussi à se défaire de Jorge Martin (Pramac) et de Johann Zarco (Pramac) en fin de course, Fabio Quartarato (Yamaha) a bien limité la casse à Austin. Un constat dont ne peut pas tout à fait se prévaloir l’autre Tricolore du paddock. Auteur, une fois n’est pas coutume, d’une bonne mise en action au signal du starter, Johann Zarco semblait pourtant avoir toutes les cartes en main pour enfin réussir un premier coup d’éclat en 2022. Accroché au trio de tête pendant près de la moitié de la course, le Cannois a d’abord cédé devant l’attaque de Joan Mir (Suzuki), avant de progressivement décliner au fil des tours.

Fabio Quartararo (Yahama) lors du Grand Prix des Amériques 2022

Crédit: Getty Images

Bastianini vainqueur avec panache

Visiblement gêné, tout comme son coéquipier Jorge Martin (l’Espagnol termine huitième), par une usure excessive de ses gommes, le Français n’a cessé de reculer dans la hiérarchie, tombant à une neuvième place qui allait demeurer sienne jusqu’au baisser du drapeau à damier. Bousculé en fin d’épreuve par un Fabio Quartararo pas décidé à rendre les armes et par un Marc Márquez magnifiquement revenu de la queue du peloton après un envol désastreux, Johann Zarco a sans doute laissé filer à Austin une belle opportunité de lancer son championnat, lui qui peine toujours à retrouver son niveau de la première moitié de saison 2021.
Vainqueur avec panache de ce quatrième rendez-vous de la saison, Enea Bastianini n’a, à l’inverse du Cannois, pas laissé passer sa chance en Amérique. Efficace à l’extinction des feux (il gagne deux places d’entrée), l’Italien a patiemment attendu son heure avant de lancer son offensive en deuxième moitié de Grand Prix et de s’offrir à quatre tours d’intervalle le scalp de Jorge Martin (au 12e passage) puis celui de Jack Miller (dans la 16e boucle).
Brillant de clairvoyance à Austin, le pilote Gresini décroche sa deuxième victoire de la saison après Losail (Qatar) et récupère logiquement la tête du championnat avec 61 points au compteur. Chez les Français, Quartararo (Yamaha) pointe au cinquième rang avec 44 unités tandis que Zarco reste à la huitième place mondiale avec 31 points.

Enea Bastianini

Crédit: Getty Images

Grand Prix des Amériques
Quartararo relativise : "Je préfère avoir cinq Ducati devant moi que cinq motos différentes"
10/04/2022 À 10:15