"Gagner le championnat, je me sens prêt": victorieux de ses trois premiers Grands Prix en 2020, Fabio Quartararo confie à l'AFP son envie d'aller chercher "le dernier pas, être champion du monde" et devenir, à 21 ans, le premier Français sacré en MotoGP.

Après avoir mis fin le 19 juillet 2020 à vingt saisons sans victoire française en Grand Prix dans la catégorie reine, depuis celle de Régis Laconi en 1999, Quartararo assume, lors d'un entretien chez lui en Andorre, son statut de prodige : "je le vois comme une réalité". Maintenant qu'il a remplacé son idole Valentino Rossi dans l'écurie d'usine Yamaha, dont la présentation officielle pour 2021 a eu lieu lundi, il veut enfin "arriver au bout de ses rêves".

Saison 2021
Zarco : "Aller chercher les podiums ou même une victoire"
25/02/2021 À 18:06

Quel est votre objectif pour cette saison, qui commence le 28 mars au Qatar ?

Fabio Quartararo : "Gagner le championnat, je me sens prêt. Je pense qu'il n'y a rien à ajouter, l'objectif est de se battre pour être champion du monde. La première année (en 2019), on a fait des podiums, l'année dernière, des victoires... Il manque le dernier pas, être champion du monde. J'ai pris énormément d'expérience en 2020, je me sens prêt pour ce challenge."

Comment analysez-vous votre saison passée, commencée par deux victoires mais achevée seulement à la 8e place ?

F.Q : "Une saison très difficile. On a commencé très, très fort mais on a eu énormément de problèmes sur la moto, techniques et électroniques, et malheureusement ce n'était que ma deuxième saison de MotoGP et je n'ai pas su bien les gérer. Mais j'ai pris tellement d'expérience que je ne suis pas frustré d'avoir perdu cette opportunité. Malheureusement, en 2021, on ne peut pas changer énormément de choses sur la moto, niveau moteur (gel réglementaire des évolutions, ndlr) mais je sais que Yamaha travaille très dur pour avoir la meilleure moto possible."

La domination de Quartararo... et sa dégringolade : le résumé de la saison en datavisualisation

Vous passez de l'écurie satellite à l'écurie officielle Yamaha, remplaçant Valentino Rossi...

F.Q : "C'est un rêve de changer de 'team' et de faire le changement avec Valentino, c'est mon idole depuis tout petit. Après, je ne prends pas sa place, je prends juste sa moto dans le 'team'. Sa place, personne ne peut la toucher. Même si Marc Marquez gagne 15 titres, Rossi est Rossi, c'est pour moi la légende de ce sport. C'est grâce à lui que le MotoGP est aussi haut. Mais oui, c'est une reconnaissance et un rêve déjà réalisé. Maintenant, il va falloir faire ce qu'il manque, j'ai hâte de montrer qu'on peut arriver au bout de ses rêves en travaillant dur."

Qui sera le favori ?

F.Q : "Il n'y a pas vraiment de favori, sincèrement. Si Marc (Marquez) revient - c'est quelqu'un qui a énormément d'expérience, six fois champion du monde en MotoGP - c'est lui le favori. Mais on a tellement vu de nouveaux vainqueurs de Grands Prix en 2020 que, pour moi, il n'y a pas de favori. On a vu (Joan) Mir (le champion en titre, ndlr) hyper constant... Il va y avoir mon coéquipier Maverick Vinales, (Jack) Miller, (Alex) Rins, (Miguel) Oliveira, (Brad) Binder, (Franco) Morbidelli... Il y en a tellement que c'est difficile de les citer, mais je pense qu'un pilote comme Miller va aller très vite cette année. Chacun a ses points positifs. Moi, je vais essayer d'avoir la régularité de 2019 (il avait fini 5e, ndlr) et la rapidité de 2020."

Fabio Quartararo lors du Grand Prix du Qatar en 2020

Crédit: Getty Images

Être appelé "prodige" par les médias, n'est-ce pas dur à porter ?

F.Q : "Quand on m'appelle le prodige français de la moto, je le vois un peu comme une réalité. Ça faisait plus de vingt ans qu'un pilote français n'avait pas gagné une course en MotoGP et j'en ai gagné trois. Il faut juste être réaliste : j'ai un potentiel énorme, mais il faut avoir les pieds sur terre et travailler dur comme je le fais en ce moment."

Vous avez connu vos premières victoires en pleine pandémie. Qu'est-ce que cela a changé ?

F.Q : "C'était très difficile mentalement, en rentrant après mes deux victoires, de ne pas fêter ça. Normalement, j'aurais fêté ça jusqu'à 05h00 du matin avec ma famille, mes amis ! Là, j'ai fait deux premières courses, deux victoires, je suis venu ici, on a fait un McDonald à la maison et voilà... C'est aussi triste de ne pas avoir de public, j'espère qu'on aura une saison 2021 assez normale, malgré le Covid."

Saison 2021
Marquez incertain pour le premier Grand Prix de la saison au Qatar
22/02/2021 À 14:19
Saison 2021
Mir sur le statut de favori : "Marquez peut être prêt à gagner dès la première course"
04/02/2021 À 12:23