Il n'était plus très loin de redevenir le meilleur pilote du monde. Il est aussi passé près de prendre sa retraite. Depuis deux ans, la carrière de Marc Marquez ressemble à une série de montagnes russes : il y eut d'abord un début de saison délicat après une triple opération du bras droit, une victoire libératrice en Allemagne en juin dernier, de nouvelles chutes, puis deux succès consécutifs au Texas et à Misano avant un nouvel accident de motocross qui mit prématurément fin à sa saison. Et sa carrière en danger.

Quartararo en mode domination : les chiffres d'une saison de champion

Tout juste dix ans après avoir souffert d'une première diplopie, alors qu'il n'avait pas encore intégré la catégorie reine, l'Espagnol a vécu un nouveau cauchemar. Son quatrième nerf crânien et son muscle oblique supérieur droit touchés, le sextuple champion du monde voyait double. "Durant le premier mois, je ne pouvais pas avoir une vie normale, a-t-il raconté lors d'une visioconférence organisée la semaine dernière. J'étais dans mon canapé, je me levais et j'essayais d'aller à la salle mais c'était impossible. [...] Voilà pourquoi je dis que je ne souhaite ce genre de problèmes à personne. Car c'est long. Et tout le monde a besoin d'une passion dans sa vie."
Saison 2022
Suzuki se retirera du MotoGP à la fin de la saison
02/05/2022 À 16:55

Marquez s'est rassuré

Marquez a pu retrouver la sienne progressivement, jusqu'à remonter sur une machine aux caractéristiques assez proches de son prototype de course, dimanche à Portimão. Le circuit portugais, rapide, technique et en relief, lui a permis de jauger au mieux sa condition physique ainsi que sa vision qui, il y a quelques mois, lui causait migraines et nausées. "Je suis soulagé car je n'ai eu aucune gêne sur ce plan", a confié le pilote 28 ans. Au total, "La Fourmi" a bouclé 65 tours, l'équivalent de près de trois Grands Prix. Un sacré bond en avant.
Inimaginable au début de l'hiver, sa présence pour les tests de pré-saison à Sepang au début du mois de février est désormais quasi certaine. Elle est aussi capitale : l'Espagnol n'a pu s'impliquer pleinement dans le développement de sa machine depuis plus de trois ans.
Sportivement, Honda l'a payé cher. La saison dernière, aucun autre de ses pilotes n'a pu se classer dans le Top 10. Ducati, Yamaha et Suzuki ont devancé la firme japonaise dans la hiérarchie des constructeurs. Pour lutter face à Fabio Quartararo, devenu le meilleur pilote du monde, et l'armée rouge de Borgo Panigale, dont les superpuissants prototypes seront en nombre en 2022, l'écurie à l'aile doit se reconstruire sur les consignes de son champion du monde espagnol.

Bientôt prêt physiquement... et mentalement ?

Reste une inconnue. Ou plutôt deux. La condition physique de l'Espagnol, prégnante pour son pilotage, pose encore question. Avant son accident, Marquez n'avait même pas encore retrouvé le bon volume musculaire autour de l'épaule droite. Et durant l'hiver, la diplopie l'a empêché de poursuivre sa remise à niveau. "Il y a certains domaines physiques dans lesquels je dois encore combler un déficit, a-t-il d'ailleurs admis. C'est dû au fait que je n'ai pas pu suivre mon programme de pré-saison habituel. Il y a une marge de progression. [...] Je vais profiter des prochains jours pour intensifier ma préparation physique et m'entraîner sur la moto."

Marc Marquez (Honda) et Fabio Quartararo (Yamaha) lors du Grand Prix d'Emilie-Romagne, le 24 octobre 2021

Crédit: Getty Images

D'autant qu'il n'est pas uniquement question de rythme. Le Catalan doit aussi trouver une autre manière de gérer un organisme multi-traumatisé ces dernières années. "Il faut que l'on trouve une nouvelle façon de travailler afin d'éviter de rencontrer les mêmes problèmes que l'année dernière, a-t-il expliqué. Notamment ces espèces d'irritations, qui font revenir la douleur et rendent les choses plus difficiles."
Marquez va également découvrir un tout nouveau contexte, après une vraie montée en puissance des jeunes loups (Bagnaia, Martin, Bastianini) en 2021. Le "vieux" lion a-t-il les ressources mentales pour se mêler à une lutte qui s'est densifiée, après plusieurs mois particulièrement éprouvants sur le plan psychologique ? "Mentalement, j'ai essayé de tout oublier", a-t-il assuré. Sauf la recette du succès.
Saison 2022
Quartararo, de l'embarras du choix à l'évidence Honda
14/04/2022 À 21:41
Saison 2022
Un espoir pour le GP des Etats-Unis ? Marquez de retour sur la piste en Catalogne
05/04/2022 À 14:29