Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Baki, j’ai 23 ans et je suis joueur professionnel de poker depuis 4 ans maintenant. J’ai récemment lancé un challenge sur YouTube, où je parcours le monde en partant de 1.000€, avec l’objectif de faire 100.000€ en un an, tout ça en jouant au poker en live et en embarquant ma caméra pour pouvoir partager mes sessions.
Pour vous, le poker est-il un sport ? Pour moi, c’est très clair, le poker est un sport. Pour autant, c’est un sport très différent des sports individuels classiques. Une erreur que la majorité des joueurs qui veulent gagner de l’argent au poker commette est de le voir comme un sport de compétition. Ils cherchent à être meilleurs que les autres joueurs professionnels. Ils veulent être les plus forts. Ils voient le poker comme un jeu de compétition, alors que c’est un sport de chasse. L’objectif est de repérer la proie la plus juteuse à la table, et d’investir toute notre concentration et notre énergie pour lui prendre un maximum.
Admettons que je sois sur une table de 3 joueurs, en Cash Game, avec contre moi un autre joueur professionnel et un joueur récréatif. Le joueur professionnel fait le choix de se concentrer sur le fait de me battre, et moi sur le fait d’exploiter le maximum le joueur récréatif. Le joueur professionnel va réussir à gagner 20$ / h contre moi, et 20$/h contre le joueur récréatif.
Poker
Le poker fait son retour en force à Marrakech
18/08/2022 À 14:10
De mon côté, je vais donc perdre 20$/h contre le pro qui me bat, mais gagner 100$/h contre le joueur récréatif qui lui a beaucoup plus de failles à exploiter. Dans cette configuration le "meilleur" est le joueur pro, car il me bat, pourtant mon taux horaire sera deux fois supérieur au sien. Beaucoup de joueurs perdent de l’argent par ego en voulant battre les autres joueurs pros au lieu d’optimiser leur énergie sur les proies L’objectif, ce n’est pas d’être le plus fort pour réussir, mais de savoir bien exploiter les joueurs faibles à table.
On parle beaucoup de mental aujourd'hui. Travaillez-vous cet aspect ?
Le poker est très dur mentalement, car il ne suffit pas d’être vaillant et fort. Il faut savoir accepter l’absence de contrôle sur ses résultats à court terme, tout en gardant la responsabilité des résultats à long terme. Le doute peut vite s’installer dans les périodes défavorables, et une mauvaise appréhension de ses émotions peut mener à des résultats catastrophiques. Je travaille mon jeu mental sur deux aspects principaux.
D’abord, mon intelligence émotionnelle : Je dois être en mesure de discerner si mon envie de faire tapis est purement rationnelle, ou si ça vient d’une émotion négative qui est la conséquence d’un événement précèdent. Un joueur n’ayant pas conscience de ses émotions va prendre de mauvaises décisions, sans même avoir conscience que ce sont ses émotions qui l’impactent. L’exercice que je pratique pour développer cette compétence est assez simple : quand je fais une erreur liée à mes émotions, je revois cette erreur, j’identifie d’où venait l’émotion, et je visualise comment je pourrais réagir de manière optimale la prochaine fois que cette émotion reviendra.
Ensuite, je travaille ma capacité de concentration. Le poker c’est long et l’on peut se retrouver à jouer plus de 200 heures par mois, c’est facile d’être distrait, de penser à ce qu’on va faire demain, d’avoir la tête ailleurs. Évidemment, qui dit faible attention, dit faible capacité de décision. Une attention affûtée aidera énormément un joueur à booster ses résultats. Pour ça, je pratique de la méditation, entre 10 et 30 minutes tous les matins. Et je m’assure d’avoir des objectifs puissants et motivants, ce qui me permettra d’avoir une motivation réelle pour garder cette discipline.
Comment coachez-vous vos élèves ? Quelles sont vos méthodes ?
Selon moi, il y a trois piliers principaux pour devenir un excellent joueur, et c’est ce que j’enseigne à mes élèves. D’abord, l’expérience. Pour prendre la bonne décision, il faut d’abord savoir comment l’adversaire va réagir aux différentes actions possibles. Le travail et mes analyses aux tables me permettent de comprendre l’adversaire.
Ensuite, la visualisation mentale. Maintenant que l’on sait comment l’adversaire va jouer, pour prendre une bonne décision, il faut être capable de deviner son éventail de mains en fonction des décisions qu’il a pris plus tôt dans le coup. Il faut être capable de refaire l’arbre de décisions dans la tête durant un coup, c’est difficile au début, mais comme un muscle, on s’entraîne avec différents exercices.
Enfin, il faut optimiser la décision. Maintenant que l’on connaît l’éventail de mains possibles chez l’adversaire, et comment il va réagir. Il faut prendre la décision la plus rentable. Ce qui passe par différents calculs et demande aussi de la créativité. J’accompagne mes joueurs pour développer ces 3 compétences. Ensuite, je les laisse prendre leurs décisions eux-mêmes, que je corrige par la suite.
Comment expliquez-vous le succès actuel de votre chaîne ?
Je pense que ce qui fonctionne, c’est la transparence. Je montre toutes mes sessions, que cela se passe bien ou mal et je dis ce que je pense. On vit dans un monde avec beaucoup d’apparences, très peu d’authenticité. Surtout dans le poker, où on voit souvent le best of des coups de génie. Assez naturellement, je pense que l’authenticité rend le projet et le challenge plus attachant.
Quel est l'avenir de Baki dans les prochains mois ?
Réussir le challenge YouTube avant la fin 2022, je suis en très bonne voie. Ensuite, j’ouvrirai la chaîne à plus de projets. Une version de Pékin Express au poker. Deux équipes avec des objectifs à valider. En partant d’une très petite somme, devoir la faire fructifier au poker et se servir de cet argent pour accomplir les objectifs. La première équipe à avoir atteint les objectifs gagne. J’aimerais poster des sessions de poker en très hautes limites. Je compte aussi créer du contenu mental et état d’esprit, qui est trop souvent sous-estimé par les joueurs.
Poker
WSOP 2022 : les Français brillent à Las Vegas
08/07/2022 À 14:00
Poker
Tom Dwan signe deux victoires sur les Triton Poker Series
31/05/2022 À 15:00