Eurosport

Roger Hairabedian : « je suis de retour ! »

Roger Hairabedian : « je suis de retour ! »

Le 29/08/2018 à 18:07Mis à jour Le 29/08/2018 à 18:18

Figure majeure du poker hexagonal, Roger Hairabedian est un dinosaure du circuit. Après quelques années en retrait, le joueur, devenu ambassadeur du Grand Casino de la Mamounia, est bien décidé à réaliser de nouvelles performances en tournoi. Rencontre.

Comment allez-vous Roger ?

Aujourd’hui, je vais bien. Mais, je sors d’une période difficile qui a duré deux ans. J’ai été victime d’un Burn Out et j’ai maintenant retrouvé toutes mes facultés physiques et mentales. Je suis de retour et j’ai une folle envie de reprendre le circuit et de réaliser des performances.

Vous vivez à Marrakech depuis plusieurs années. Pourquoi ce choix ?

Il existe une vraie douceur de vie à Marrakech. Il fait beau, le coût de la vie est peu élevé et l’on s’y sent en sécurité. D’ailleurs de nombreux joueurs de poker s’y sont aussi installés. Je me suis établi à Marrakech en 2005 et y ai implanté le poker au Casino Es Saadi. J’y ai organisé un premier tournoi qui a rassemblé 120 joueurs. Un petit exploit à l’époque. La famille Bauchet, propriétaire du Casino, a cru en mon projet et m’a soutenu. En dix ans, j’ai attiré des dizaines de milliers de joueurs à Marrakech sur différents festivals.

Sur le circuit poker, vous êtes un peu un personnage à part, sans filtre, parfois montré du doigt. Comment vivez-vous cette situation ?

Ces dernières années, j’ai été un peu attristé du peu de considération du milieu du poker à mon égard. Je possède pourtant 2 bracelets WSOP et j’ai terminé en tête du classement LivePoker à de nombreuses reprises, donc je considère avoir un niveau relativement bon.
Par exemple, en 2015, je n’ai vraiment pas compris pourquoi je n’avais pas été pris dans l’équipe de France de poker lors des Global Poker Masters. Je pensais avoir un meilleur niveau que des joueurs comme Erwann Pecheux ou Patrick Bruel. D’ailleurs, l’équipe de France n’a pas brillé lors de cette compétition. Des joueurs comme Erwann Pecheux ou Paul Tedeschi, j’en ai vu passer des centaines qui aujourd’hui sont tombés dans l’oubli.
L’autre élément qui m’attriste est le fait de ne plus pouvoir venir jouer au Casino Es Saadi. J’aimerais disputer les WPT Deepstracks. Or, je suis interdit sur place. Aujourd’hui, je suis ambassadeur du Grand Casino de la Mamounia, je suis donc un concurrent. Pour autant, je devrais pouvoir jouer au Casino Es Saadi.

Considérez-vous le poker comme un sport ?

Tout à fait ! Pour jouer au poker sur de gros tournois, il est nécessaire d’avoir une bonne condition physique et mentale. Il faut être capable d’encaisser les mauvais coups et de pouvoir changer de rythme. Il faut aussi pouvoir s’adapter à ses adversaires.

Vous êtes aujourd’hui ambassadeur du Casino de la Mamounia et vous organisez deux festivals durant le mois de septembre. Pouvez-vous nous en parler ?

Du 16 au 23 septembre, un un premier festival aura lieu avec un Main Event au Buy-in de 6 000 dirhams (environ 600 euros) et un High Roller à 11 000 dirhams (environ 1100 euros). Pour ce festival, Thomas Kremser, l’un des meilleurs directeurs de tounoi au monde sera à la baguette. De nombreux joueurs que j’ai sponsorisés disputeront des tournois.
Du 24 au 30 septembre se dérouleront les Big Poker Series : une série de tournois avec des Buy-ins pour toutes les bourses seront organisés de 2 500 à 30 000 dirhams (de 250 à 3000 euros). 30 % des joueurs seront payés. Par ailleurs, de nombreuses tables de Cash Game seront aussi ouvertes pendant ces festivals. Je suis fier de travailler avec mes trois fils dans l’organisation de ces tournois.

Jouez-vous parfois au poker online ?

Je n’y joue jamais. D’ailleurs, à court terme, je pense que le poker online disparaitra dans un avenir proche. Beaucoup de joueurs subissent une addiction et perdent de grosses sommes. D’ailleurs, le poker online est interdit dans de nombreux pays, y compris dans de nombreux Etats des Etats-Unis. Je pense qu’il existe un risque de collusion important. Bref, je n’aime pas le Online, je n’ai pas envie de rester des heures derrière un ordinateur.

Plusieurs clubs de jeux devraient ouvrir cette année dans la capitale. Qu’en pensez-vous ?

Je vois cela d’un très bon œil ! J’ai d’ailleurs été sollicité par un club. Je pense que Paris va devenir l’une des capitales mondiales du poker. Je suis très heureux que Barrière reprenne les anciens locaux de l’Aviation Club de France pour y ouvrir leur club. J’ai eu l’occasion d’aller visiter les locaux du Paris Elysées Club de la rue Marbeuf et le lieu m’a beaucoup plu. J’ai eu l’occasion d’assister à de belles parties de poker.

Quels sont les tournois que vous avez prévu de disputer dans les mois qui viennent ?

Je vais me rendre à Rozvadov pour espérer décrocher un 3e bracelet WSOP et je vais aussi disputer d’autres tournois phares du circuit. J’espère intégrer le Top 10 du classement LivePoker d’ici la fin de l’année.

0
0