C'est un mythe qui est tombé à Bischofshofen. Grand favori à la victoire finale après ses succès à Oberstdorf, Garmisch et Innsbruck, le Polonais Kamil Stoch a tenu son rang, samedi en Autriche, et décroché son deuxième sacre dans la Tournée des quatre tremplins après son succès lors du dernier rendez-vous de l'édition 2017/2018. Le double champion olympique est surtout parvenu à devenir le deuxième sauteur à remporter l'épreuve en effectuant le Grand Chelem, quinze ans après la grande première de Sven Hannawald lors de l'édition 2001/2002.

Championnats du Monde
Stoch sur les traces de Hannawald
04/01/2018 À 15:13

Seul au monde pendant quinze ans, Hannawald, consultant pour une chaîne de télévision et donc présent sur place, est immédiatemment venu féliciter le nouveau roi. "Bienvenu dans le club exclusif", a plaisanté Hannawald en félicitant Stoch. "Jusqu'ici je ne pouvais parler qu'avec moi-même, maintenant je peux parler avec toi". Le dernier à s'être présenté à Bischofshofen avec le Grand Chelem en point de mire était le Finlandais Janne Ahonen en 2004/2005.

Kamil Stoch et Sven Hannawald

Crédit: Getty Images

Bischofshofen, là où tout avait commencé

Stoch, 30 ans, revenu de nulle part après des saisons post-olympiques bien ternes tant sur un plan physique que sur celui de la confiance, a fait un pas définitif dans la légende. Imprenable à Bischofshofen avec son second saut à 137 mètres, le Polonais n'a pas fait qu'entrer dans le panthéon du saut à ski samedi. Il a également mis une patte définitive sur l'épreuve, après avoir égalé le record de succès consécutifs (5), également détenu par Hannawald qui était parvenu à empocher le rendez-vous d'Oberstdorf fin 2002 quelques mois après son premier et seul sacre. Vainqueur à Bischofshofen en janvier 2017, une victoire qui lui avait permis de remporter sa première tournée, Stoch a terminé ce qu'il avait commencé sur le tremplin Paul Ausserleitner.

Débarassé de la concurrence de Richard Freitag, KO dans la course à la victoire après sa chute lors du premier saut à Innsbruck, Stoch, malgré des soucis au dos apparus à Innsbruck, a eu la force psychologique de ne pas craquer aux portes de l'exploit. Auteur d'un premier saut perfectible mais suffisant pour dominer la conccurrence à 132,5 mètres, il a ensuite mis les bouchées doubles lors du saut final pour devancer le Norvégien Anders Fannemel (272,4 points) et l'Allemand Andreas Wellinger (270, 4 points), déjà sur la boite à Innsbruck. L'Allemand a pris la 2e place de la Tournée, Fannemel la 3e.

A 30 ans, Stoch a presque tout gagné

"J'avais beaucoup de pression, nous ne sommes pas des machines, nous sommes des êtres humains", a déclaré Stoch, tout sourire, après son triomphe. "Le plus important, c'est de se concentrer sur ce qu'on sait faire, on ne peut pas faire mieux que ce que l'on sait faire. Croyez-moi, je ne me suis pas concentré sur la victoire. J'ai juste essayé de faire de mon mieux."

Outre ses médailles olympiques, il a rangé dans son armoire une médaille d'or de champion du monde (2013), un globe de vainqueur de la Coupe du monde (2014), et désormais deux trophées de la Tournée des Quatre Tremplins. Ne lui manque plus qu'un titre de champion du monde de vol à ski, sur tremplin géant, dont les Mondiaux se disputent fin janvier à Oberstdorf, en Allemagne.

Idole dans son pays, élu sportif polonais de l'année 2014 pour son double titre olympique à Sotchi (grand tremplin et tremplin normal), Stoch a déjà glané, à 30 ans, quatre des cinq plus grands trophées qu'offre sa discipline.

Kamil Stoch à Bischofshofen

Crédit: Getty Images

Garmisch-Partenkirchen
Impérial à Garmisch, Stoch prend une première option sur la tournée
01/01/2018 À 15:20
Garmisch-Partenkirchen
Impérial à Garmisch, Stoch prend une première option sur la tournée
01/01/2018 À 15:20