Une fois, c'est une erreur de parcours. Deux fois, et encore plus de suite, ça commence à devenir problématique. En 2021, Clément Noël a certes repris ses bonnes habitudes de la saison passée en dominant la première manche des slaloms, à Zagreb comme à Adelboden, avant en revanche de passer complètement à côté de ses secondes. En Croatie, il signe même le 27e et avant-dernier temps sur le second tracé ! Alors, bien sûr, le Français n'a jamais été le seul à complètement exploser en seconde manche (Foss-Solevagg et Hadalin en Croatie, Muffat-Jeandet et Jakobsen ce dimanche) mais, sans leur faire injure, Clément Noël est censé être d'un tout autre niveau. Surtout qu'il ne nous a pas habitué à de telles craquantes.

Encore une désillusion pour Noël : Revivez sa 2e manche ratée

Jusqu'au début de saison, remporter la première manche était une assurance podium pour le Vosgien. Il avait alors refermé le portillon à quatre reprises, pour trois succès (Wengen en 2019 et 2020, Grandvalira en 2019) et une 2e place (Levi 2020). Autant dire que lorsque le Tricolore a réussi le meilleur temps de la première manche du slalom de Zagreb, le premier podium de sa saison semblait se dessiner avec assurance. Mais cette année, rien ne va pour le Tricolore. Déjà parti à la faute à Alta Badia, il avait ensuite signé deux manches solides (7e et 5e) à Madonna di Campiglio pour aller décrocher une 5e place prometteuse. Mais cela reste son meilleur résultat de l'hiver.
Adelboden
214 points en trois courses, Wengen annulé : ça ressemble à la voie royale pour Pinturault
11/01/2021 À 17:45
Nul, énervé et déçu
Depuis, le Français a enchaîné ces deux couacs en seconde manche, auxquels il ne nous avait jamais habitués, même s'il lui était déjà arrivé de se manquer, à l'image... d'Adelboden l'an passé (2e en première manche, il abandonne en seconde). Cette fois, il est bien allé au bout. Et s'il y a eu des fautes à Zagreb comme sur la Chuenisbärgli, rien de rédhibitoire sur un plan comptable. Sauf que, cette année, un rien semble suffire à sortir Clément Noël de sa course. Le pire, c'est sans doute que tout semble toujours aller bien lors des premières secondes. Et puis...

Solide sur le premier tracé, Noël n'y était plus : sa seconde manche décevante

Il y avait du bon ski jusqu'à ma faute après la double, explique le skieur de Val d'Isère. Une partie où je me suis un peu relâché. Je voulais me reposer un peu avant le mur, je me suis un peu déconcentré et je mets un petit intérieur… “ Une faute de concentration aussi bête que fatale pour les ambitions du Tricolore, qui s'en veut énormément. “Je suis vraiment énervé après moi-même, avouait-il. C'était facile de passer devant au niveau du temps. C'est sûr que la manche est difficile, mais c'était plus que possible de gagner. J'ai hyper mal skié la partie basse. En gros, j'ai été vraiment nul. Je suis énervé et déçu.” Et il y a de quoi. Vainqueur de trois courses et 2e du classement de slalom ces deux dernières années, il est aujourd'hui repoussé à la 8e place du classement de la discipline, à plus de 130 points du nouveau leader Marco Schwarz, le Tricolore n'a pas - encore - dit adieu au petit globe avec sept épreuves au programme d'ici la fin de la saison.
Pas en manque de confiance
Mais, pour espérer le décrocher, Clément Noël va devoir trouver les réponses à ses soucis du moment dont il ne connait pas trop l'origine, malgré plusieurs pistes. “Je ne sais pas trop ce qui ne va pas, disait-il à SkiChrono avant le slalom. Ce qui est sûr, c'est que les résultats ne sont pas géniaux. Il y a pas mal d'explications possibles : je n'ai pas suffisamment bien skié, je n'ai pas été à mon plein niveau sur toutes les manches. Techniquement, j'ai fait des erreurs, à Alta Badia, à Madonna. Parfois je me suis trompé de rythme. Parfois, j'ai juste galéré.” Surtout en seconde manche, où le Français vient d'enchaîner deux craquantes qui posent questions.

Noël espère sortir du brouillard

Vu son "absence" de résultat depuis le début de la saison, il pourrait sembler logique que le Tricolore soit simplement en manque de confiance mais lui-même réfute en partie cette option. “Je n'ai pas la confiance maximum, mais ça va, expliquait le Vosgien avant la course. Je ne suis ni en manque de confiance, ni confiant”. Est-ce alors un problème de pression ? “Je ne pense pas”, assurait-il.

Wengen, idéal pour se relancer ?

Pourtant, son visage si différent entre les deux manches est frappant. S'il serait injuste sans doute de dire qu'il souffre de la pression de refermer le portillon à la vue de ces résultats passés, il semble clairement mieux la supporter entre les courses qu'entre les manches. Son changement de statut en est peut-être aussi la cause. Pas autant attendu il y a deux ans, le Français est désormais le meilleur slalom du monde sur le papier, celui que l'on attend tout le temps sur le podium. Et ses nouvelles attentes semblent parfois peser sur ses épaules, surtout lorsqu'il est en plus attendu pour gagner après une première manche de rêve. Un sentiment bien humain, en somme. Mais, en ski alpin, tout va très vite. Un succès et la machine Clément Noël serait relancée. Et quoi de mieux pour cela que de retrouver Wengen, où le Tricolore a gagné les deux derniers slaloms.
Adelboden
Pinturault savoure sa belle moisson à Adel : "Briller sur cette piste était magnifique"
10/01/2021 À 16:22
Adelboden
La catastrophe pour Muffat-Jeandet : comment le Français s'est raté en 2e manche
10/01/2021 À 13:39