Et s’il s’agissait tout simplement d’un des plus grands exploits de la carrière d’Alexis Pinturault ? Le Français n’a pas gagné le mythique géant d’Adelboden. Il l’a écrasé. Parti avec le dossard numéro 1 lors de la première manche ce vendredi matin, le skieur de Courchevel a étalé tout son savoir-faire dans des conditions qu’il affectionne, un soleil magnifique et, surtout, une piste glacée faisant la part belle aux changements de rythme incessants avec le fameux mur final à 60%.
Tracée par son entraîneur Fabien Munier, cette première partie lui a offert un matelas d’avance sur la concurrence : le Suisse Marco Odermatt a été repoussé à 96 centièmes et le Croate Filip Zubcic à 97 centièmes. "Les conditions étaient remarquables, avec une bonne accroche’’, témoigne l’intéressé. ‘’Je fais une grosse différence sur la première manche’’.

Sa 2e manche de feu : revivez le chef-d'oeuvre de Pinturault en vidéo

Adelboden
Pinturault, c'est grandiose
08/01/2021 À 13:13
Il ne restait alors qu’à finir le travail ? Ce serait minimiser le triomphe de ‘’Pintu’, qui résume très bien la stratégie : ‘’On ne peut pas gérer sur l’intégralité de la manche quand on a de l’avance’’. Menacé par Zubcic, auteur d’un second chrono de feu, le Français a fait beaucoup mieux que maîtriser sa quasi-seconde d’avance.

Comme Killy

S’il a perdu cinq malheureux centièmes sur le haut, où l’ombre s’était invitée entre les deux manches, il a ensuite livré la même copie que le matin. Constamment à l’attaque, Alexis Pinturault a signé de nouveau le meilleur chrono, s’imposant au final avec plus d’une seconde de marge sur ses deux compagnons sur la boîte : Filip Zubcic (+ 1’’04) et Marco Odermatt (+1’’11). Et les autres ? A des années-lumière : tous au-delà des deux secondes !
Même si le Savoyard a été privé de la clameur des 30 000 Suisses qui se pressent habituellement au bas de la Chuenisbärgli, il savoure son succès : ‘’C’est la piste mythique du géant, celle où on a toujours envie de briller, d’être au maximum de sa forme.’’ Cette victoire lui permet de rejoindre Jean-Claude Killy dans les livres d’histoire. En 1967 et 1968, le triple champion olympique avait lui aussi gagné deux fois à Adelboden.
Déjà vainqueur sur cette piste en 2017, Alexis Pinturault se présentera samedi dans la même cabane avec l’étiquette de grandissime favori, bien qu’il essaie de calmer l’euphorie : ‘’Il ne faut pas s’attendre que je gagne beaucoup de courses avec une seconde d’avance ! Mais aujourd’hui j’ai fait du très bon ski. Ce n’est pas tout le temps comme ça, il faut en être conscient. Aujourd’hui j’ai été très bon, tout allait bien, mais chaque jour est différent.’’ Il n’empêche qu’une nouvelle victoire ce samedi, ce serait carrément géant.

Pinturault a mis une claque à la concurrence : sa première manche en vidéo

Adelboden
214 points en trois courses, Wengen annulé : ça ressemble à la voie royale pour Pinturault
11/01/2021 À 17:45
Adelboden
Noël, des couacs aussi inhabituels qu'inquiétants
10/01/2021 À 16:34