Clément Noël est-il vraiment capable de prétendre au petit globe de slalom ? La question mérite d’être posée. Non pas que le Français ne fasse pas partie des tous meilleurs slalomeurs du monde. Bien au contraire. Intrinsèquement, c’est bien lui le plus rapide, il n’y a aucun doute là-dessus mais, pour gagner et marquer des points, encore faut-il aller au bout des courses et c’est là que le bât blesse actuellement.
Je suis parti n’importe comment
Le Vosgien reste sur deux sorties de piste, à Madonna di Campiglio fin décembre et ce dimanche à Adelboden. S’il a craqué au pire moment en Italie, à deux portes de la ligne alors qu’il écrasait la course en seconde manche, le Français n’a même pas vu la mi-pente de la première manche en Suisse. La faute à un début de course complètement raté. "Je suis parti vraiment n'importe comment, avouait-il en zone mixte entre les deux manches. Je suis très mal parti dès la deuxième porte et je n'étais pas dans le rythme".
Adelboden
Du dossard 38 à la victoire : revivez la 2e manche de l'incroyable Strolz
09/01/2022 À 15:14

La chute au pire moment : Largement en tête, Noël a tout gâché sur la dernière porte

Et il a fini par enfourcher, comme les deux autres meilleurs slalomeurs depuis le début de l’hiver, le Suédois Kristoffer Jakobsen et le Norvégien Sebastian Foss-Solevaag. Pour autant, il n’était pas question pour Clément Noël de se cacher derrière une quelconque excuse. "J'ai enfourché, c'est une faute, expliquait-il sans détour. Les conditions étaient bonnes".
J’ai gagné une course mais à part ça je fais des fautes tout le temps !
C’est d’ailleurs parce que la piste a bien tenu que l’on a vu autant de hauts dossards réussir des exploits en première manche, à l’image du futur vainqueur, l’Autrichien Johannes Strolz. Après trois slaloms cet hiver, le Français compte donc toujours autant de points qu’après le premier, celui de Val d’Isère, où il s’était imposé avec brio.
Mais depuis, quelque chose s’est cassé. Le Vosgien n’arrive plus à poser son ski. Une passe compliquée qui n’est pas sans rappeler sa saison 2020-2021 où ses fautes (pas qualifié à Alta Badia et Chamonix, sorti à Flachau) lui avaient déjà coûté le petit globe de la spécialité. Mais sortir deux fois de suite, cela n’était encore jamais arrivé au Français en Coupe du monde.

Clément Noël part à la faute à Madonna di Campiglio

Crédit: Getty Images

De quoi forcément pousser Clément Noël à poser des questions, à un mois seulement des Jeux Olympiques de Pékin. "Je le répète à chaque fois, et il n'y a pas de surprise, il ne faut pas se prendre pour quelqu'un d'autre, analysait le Français, vainqueur de 9 slaloms dans sa carrière. D'accord, j'ai gagné une course mais, à part ça, je fais des fautes tout le temps … Il faut se remettre en question aussi".
En Chine, le Tricolore, 4e à Pyeongchang en 2018, abordera l’épreuve avec le costume d’hyper-favori, peu importe ses résultats actuels. Et, heureusement pour le Vosgien, ce second zéro pointé n’a pas coûté trop cher en raison des nombreuses sorties de piste des cadors à Adelboden.

Largement dans la course pour le globe de slalom

Avec 100 points, Clément Noël demeure 3e du classement de la spécialité, à égalité avec le vainqueur du jour, et n’est qu’à 40 points des deux leaders, le Suédois Kristoffer Jakobsen et le Norvégien Sebastian Foss-Solevaag. Avec encore six slaloms à disputer cette saison, dont le prochain dès dimanche à Wengen, autant dire que rien n’est joué pour le Français, en quête de son premier petit globe.
Deuxième de la discipline en 2019, 2020 et 2021, il a toujours manqué de régularité pour parvenir à mettre la main dessus. Ne plus sortir aussi prématurément serait un premier pas dans la bonne direction. Après tout, quand il est en bas, il reste sur trois succès et trois places de deuxième. Et c’est bien ça qui est frustrant.
Adelboden
La grosse déception : Pinturault a tout perdu sur une faute en deuxième manche
09/01/2022 À 13:59
Adelboden
Strolz outsider stratosphérique, Pinturault et Noël en échec
09/01/2022 À 13:30