Getty Images

KRANJSKA GORA - Réaction d'orgueil et stratégie payante : Hirscher a (encore) eu tout bon

Réaction d'orgueil et stratégie payante : Hirscher a encore eu tout bon

Le 03/03/2018 à 16:39Mis à jour Le 03/03/2018 à 19:12

KRANJSKA GORA - Revanchard à la suite de sa sortie de piste lors du slalom des JO, Marcel Hirscher avait décidé de ne pas prendre part au Team Event pour se reconcentrer sur le week-end de Kranjska Gora. Un choix - déjà - payant.

Il avait quitté les JO de Pyeongchang double médaillé d'or en combiné et en géant, venant enfin à bout de cette malédiction olympique qui le voyait manquer le titre à chaque édition. Pas en 2018. De quoi le satisfaire ? Pas tout à fait. En quittant la Corée du Sud, Marcel Hirscher n'avait même qu'une seule chose en tête : son abandon lors du slalom olympique. Grand favori pour le titre, l'Autrichien était sorti dès la première manche, après une vingtaine de secondes de course simplement. Très frustrant.

Pour un champion de la trempe d'Hirscher, un tel échec ne peut être suivi que d'une seule chose : la revanche. Le natif de Annaberg-Lungötz aurait pu choisir d'essayer de montrer de nouveau qui est le patron avant même la fin des JO, à l'occasion du Team Event. Mais l'Autrichien n'a même pas essayé, délaissant l'épreuve par équipes pour mieux se reconcentrer sur la Coupe du monde. Un choix qui avait pu surprendre à première vue, étant donné qu'il pouvait devenir le premier skieur depuis Jean-Claude Killy, en 1968, à s'offrir trois titres olympiques dans la même édition.

Vidéo - Démonstration, leçon, perfection... Il n'y a plus de mots pour le maître Hirscher

02:19

Une leçon tactique

Sauf que Marcel Hirscher avait déjà en tête le week-end à Kranjska Gora. En Slovénie, l'Autrichien savait qu'il avait la possibilité, en cas de résultat favorable, de s'offrir le globe du géant mais aussi et surtout le gros globe du général. Son éventuel septième sacre de suite. Et, plutôt que de rester jusqu'au bout à Pyeongchang, dans la quête d'un troisième titre sur le Team Event, épreuve incertaine par excellence, Marcel Hirscher a choisi de revenir en Europe, pour se réacclimater, se remettre du "jet-lag". Un pari clairement réussi tant l'Autrichien était en forme parfaite en Slovénie.

Mais son succès ne s'est pas – seulement – joué là-dessus mais aussi, bien sûr, sur la piste. Comme toujours en géant, Marcel Hirscher a réalisé un chef d'œuvre tactique. Gestionnaire sur le haut, précis à l'entame du secteur intermédiaire où il était impératif de reproduire de la vitesse, l'Autrichien a conclu son récital avec un mur impressionnant pour creuser un écart monstrueux sur son dauphin (+ 1''66). Et dire que ce n'est même pas un record pour lui cette saison (+ 1''70 à Alta Badia)… Une performance, un écart auquel on s’attendait presque. Quand Marcel Hirscher est fâché, il y a toujours une réaction de champion à l’arrivée.

Marcel Hirscher lors de la 2e manche du géant de Kransjka Gora

Marcel Hirscher lors de la 2e manche du géant de Kransjka GoraGetty Images

0
0