Getty Images

Mikaela Shiffrin, reine à sa manière des Championnats du monde d'Are

Shiffrin, reine à sa manière

Le 16/02/2019 à 19:06Mis à jour Le 16/02/2019 à 20:14

MONDIAUX ARE - C'est bien elle, la reine d'Are. Avec trois médailles, dont deux en or, Mikaela Shiffrin n'a pas réalisé de razzia en Suède, mais y a bel et bien dominé les débats. Quadruple championne du monde en titre du slalom depuis samedi, l'Américaine de 23 ans a marqué l'histoire à sa façon, et ce malgré un problème de santé qu'elle a minimisé.

Pour réussir ses Mondiaux, Mikaela Shiffrin se devait d'écrire une page d'histoire. C'est chose faite. Dans des proportions moins pantagruéliques que celles suggérées par son hégémonie, mais avec une pointe d'homérisme inattendue. Alors que l'Américaine pouvait légitimement viser quatre (voire cinq) médailles d'or à Are, elle n'a participé qu'à trois courses (faisant l'impasse la descente et, surtout, le combiné), pour un excellent bilan de deux titres et une médaille de bronze. Bilan magnifié par la dimension historique de sa dernière victoire, samedi. L'Américaine de 23 ans a en effet acquis un quatrième sacre successif en slalom. Performance inédite, sur les circuits féminin et masculin, toutes spécialités confondues.

Paradoxalement, alors que sa polyvalence croissante pouvait lui ouvrir les portes d'un quadruplé mythique, c'est donc grâce à sa discipline de prédilection que Shiffrin en a paraphé un. Avant d'arriver à Are, cette passe de quatre semblait lui tendre les bras, tant elle paraît intouchable en slalom depuis plusieurs années. Mais deux facteurs sont venus donner du crédit à la glorieuse incertitude du sport : l'excellente forme de la championne du monde de géant, Petra Vlhova, seule à avoir battu Shiffrin en slalom cette saison, et celle beaucoup plus incertaine de l'Américaine.

Vidéo - Impériale en seconde manche, Shiffrin a éclaboussé la concurrence de toute sa classe

01:40
" Ils m'enterraient déjà, j'ai voulu leur montrer !"

Après une première manche moyenne de la part de Shiffrin (3e, à 0"15 de Wendy Holdener, mais 31 centièmes de seconde devant Vlhova), la rumeur de sa maladie s'est répandue, notamment alimentée par son agent, Kilian Albrecht. De ce contexte particulier, auquel son entourage n'était donc pas étranger, Shiffrin a tiré de la force. "Tout le monde disait que j'étais malade, a-t-elle déclaré à l'issue de son deuxième run magistral. Ils m'enterraient déjà, j'ai voulu leur montrer !" Elle a par ailleurs confirmé qu'elle était diminuée : "Je crois que j'ai une petite infection des poumons, c'était difficile de respirer (…) J'ai manqué d'oxygène au milieu de ma prestation."

Vidéo - Shiffrin : "Tout le monde disait que j'étais malade..."

02:09
0
0