LES TOPS

Marco Odermatt (Suisse, 24 ans)
Bilan : Vainqueur du gros globe, du petit globe de géant, champion olympique de géant et 7 victoires en Coupe du monde
Courchevel
Shiffrin relativise sa saison : "Il y a eu des hauts et des bas mais j'ai atteint mon objectif !"
19/03/2022 À 13:42
Il a tout simplement régné sur la saison comme peu de skieurs avant lui, réalisant le 4e meilleur total de points (1639) du siècle. Intouchable en géant (5 victoires en 8 courses, toujours sur le podium), le Suisse a en plus continué de grandir en vitesse, avec 4 podiums en descente et 4 autres en Super-G, où il s’est aussi imposé à deux reprises. Plus régulier, plus fort tout simplement, le skieur de Hergiswil a survolé la saison. Et comme si ça ne suffisait pas, il l’a parachevée à Pékin en s’offrant le titre olympique en géant. Le roi, c’est lui.

Odermatt tient son rang au finish et décroche l'or sur le géant

Mikaela Shiffrin (Etats-Unis, 27 ans)
Bilan : Vainqueur du gros globe et 5 victoires en Coupe du monde
2022 aura été une année pleine d’émotions pour l’Américaine, qui a vécu des Jeux Olympiques catastrophiques, marqués par trois sorties de piste (slalom, géant et combiné) et une 9e place en Super-G pour meilleur résultat. Malgré cela, malgré des résultats en dents de scie, la skieuse de Vail s’est offert son quatrième gros globe, le premier depuis la mort de son père dont elle essaie encore de se remettre. Et celui-là, peu de personnes auraient parié dessus en début de saison. Même si l’Américaine a montré sur certaines manches que la grande Shiffrin revenait peu à peu.

Shiffrin relativise sa saison : "Il y a eu des hauts et des bas mais j'ai atteint mon objectif !"

Aleksander Aamodt Kilde (Norvège, 29 ans)
Bilan : Vainqueur des petits globes de descente et de Super-G, médaillé d’argent du combiné et de bronze sur le Super-G aux JO et 7 victoires en Coupe du monde.
Dans le genre retour fracassant, le Norvégien se pose là. A la lecture de sa saison, on en oublierait presque qu'en janvier 2021, il s’était rompu les ligaments croisés du genou. S’il a un peu raté, pour ses standards, ses JO, le compagnon de Shiffrin est revenu comme si de rien n’était, à un niveau stratosphérique. Il a plus gagné cette saison (7) que lors de ses 8 premières (6) en Coupe du monde et a glané deux petits globes, dont son premier en descente. En vitesse, il y avait lui et les autres et sa marge autant technique que de glisse paraît telle qu’on a du mal à le voir ne pas être dominateur de la même façon l’an prochain.

Kilde remporte le globe de la descente : sa joie en vidéo

Sara Hector (Suède, 29 ans)
Bilan : Championne olympique du géant et 3 victoires en Coupe du monde
On avait fini par perdre espoir de la voir revenir à son niveau de 2015, année de son unique victoire jusqu’ici. Mais 2022 a été une véritable résurrection pour la Suédoise, retrouvée après un week-end exceptionnel à Courchevel (2e puis vainqueur). Sûre de son ski, elle aura été étincelante pendant deux mois et demi, ne quittant jamais le podium du géant et réalisant même des performances étonnantes (6e à Killington) en slalom, preuve de sa confiance. Si elle a fini par craquer sous la pression de la course au petit globe, son titre olympique à Pékin est l’accomplissement parfait d’une saison qui l’a longtemps été.

De favorite à reine, Hector a été imperméable à la pression

Henrik Kristoffersen (Norvège, 27 ans)
Bilan : Vainqueur du petit globe de slalom et 5 victoires en Coupe du monde
Il sortait de sa pire saison depuis 2015 et le Norvégien a mis du temps à retrouver le fil de son ski, notamment en slalom. Mais ses résultats en géant, un changement de coach et de matériel l’ont aidé à se rebâtir une confiance et à retrouver son meilleur niveau en 2022. Avec trois victoires en géant (une première dans sa carrière sur une saison) et deux en slalom (il est le premier à l’avoir fait cette saison, seulement imité par McGrath), il aura été le meilleur technicien de la Coupe du monde, un statut concrétisé par un troisième petit globe de slalom. Il regrettera toutefois d’être passé à côté de ses JO (8e en géant, 4e en slalom).

En mode attaque, Kristoffersen est allé chercher son globe comme un grand

Ragnhild Mowinckel (Norvège, 29 ans)
Bilan : 1 victoire et 4e du général de la Coupe du monde
Blessée au genou en mars 2019, la Norvégienne aura mis près de trois ans à retrouver son meilleur niveau. Mais sa 4e place à Saint-Moritz en décembre l’a libérée et elle a par la suite fait preuve d’une folle régularité, terminant ses onze dernières courses de la saison dans le top 11. Une série qui est évidemment inédite pour elle, et de loin, et qui témoigne de sa polyvalence retrouvée puisqu’elle a accroché des tops 10 en descente, géant et bien sûr Super-G, où elle a remporté la 2e victoire de sa carrière, quatre ans après, lors des finales de Courchevel-Méribel. Il n’aura manqué qu’une médaille olympique pour que sa saison soit parfaite.

Une première en super-G : Comment Mowinckel a battu Shiffrin and co.

LES FLOPS

Alice Robinson (Nouvelle-Zélande, 20 ans)
Bilan : Trois tops 10 en Super-G, 33e de la Coupe du monde de géant
La confirmation est décidément difficile. Devenue en mars 2021 la plus jeune skieuse de l’histoire à compter trois victoires, la Néo-Zélandaise a traversé la saison 2022 comme une ombre, notamment en géant. Elle n’aura terminé dans les points que sur deux des six courses de la discipline, ne se qualifiant évidemment pas pour les finales vu son classement dans la spécialité. Sa volonté de polyvalence a toutefois laissé entrevoir quelques éclaircies en Super-G (4e à Saint-Moritz) mais elle a disparu de la course au petit globe de géant, alors qu’elle faisait partie des favorites. Et ce ne sont pas ses JO ratés (aucun top 20) qui sauvent sa saison…

Alice Robinson, sur le Super-G de Saint-Moritz

Crédit: Getty Images

Marco Schwarz (Autriche, 26 ans)
Bilan : Six tops 10, 12e de la Coupe du monde de slalom
On n’a longtemps pas reconnu le tenant du petit globe de slalom. Timide dans les intentions, trop sur la retenue, l’Autrichien aura mis quatre mois à rentrer dans sa saison, sans nul doute perturbé par sa blessure contractée en pleine préparation. Malgré tout, on attendait mieux de celui qui avait brillé par sa régularité l’année passée et qui aura dû attendre le 8e slalom de la saison à Garmisch-Partenkirchen pour retrouver une place (5e) plus conforme à son statut. Et il n’aura pas plus su se sublimer lors des JO (17e). Une saison à oublier.

La déception de Marco Schwarz, après son slalom aux JO de Pékin 2022

Crédit: Getty Images

Lara Gut-Behrami (Suisse, 30 ans)
Bilan : Championne olympique de Super-G, médaillée de bronze en géant, 2 victoires et 11e du général de la Coupe du monde.
Soyons clairs de suite : sa saison n'est pas ratée. C’est impossible lorsque l’on décroche le seul titre qui manquait à son palmarès, chose réussie par la Suissesse à Pékin en s’offrant l’or olympique en Super-G. Mais les JO auront été l’unique rayon de soleil d’une saison par ailleurs très compliquée. Alors qu’on attendait avec impatience son duel en vitesse avec Goggia, elle n’a jamais été en mesure de rivaliser avec l’Italienne. Sans doute que sa fantastique saison 2021 (double championne du monde, globe du Super-G et 2e du général) était difficile à confirmer. Mais on attendait mieux de la Suissesse en Coupe du monde. Même si ses Jeux rendent sa saison inoubliable.

Gut-Behrami réalise un Super-G quasi parfait pour se parer d'or

Alex Vinatzer (Italie, 22 ans)
Bilan : Deux tops 5 et 13e de la Coupe du monde de slalom
Comme Clément Noël, il est censé représenter l’avenir du slalom mondial, avec ce style si novateur, si proche du piquet et si réactif. Mais comme le Français, l’Italien est passé au travers de sa saison, mais sans la sauver aux JO (sortie en géant et en slalom). Incapable de signer deux runs à son niveau, il a régulièrement craqué en seconde manche ou réussi d’énormes remontées, comme à Adelboden (28e à 7e) ou à Schladming (21e à 5e). Un moindre mal pour un skieur de son talent, sans doute le seul capable de rivaliser à armes égales avec Noël. Mais il serait temps de le démontrer plus souvent.

Vinatzer a craqué et Ryding a explosé de joie : l'improbable victoire de "Rocket" sur le slalom

Les révélations

Johannes Strolz (Autriche, 29 ans)
Bilan : Champion olympique du combiné, médaillé d’argent sur le slalom, et une victoire en Coupe du monde
Il n’était pas loin de dire stop en début de saison, après sa mise à l’écart de la sélection autrichienne, faute de résultats. Mais il s’est entraîné de son côté, a fini par revenir pour créer une énorme sensation en remportant le slalom d’Abelboden, avec le dossard 38. Une victoire improbable mais le meilleur reste à venir. A Pékin, il surprend une nouvelle fois en gagnant le combiné olympique, lui qui n’avait fini qu’un seul combiné dans toute sa carrière. Et il aura fallu un Noël dans un jour de grâce pour le priver de l’or sur le slalom. Aurait-il eu une seconde chance sans la blessure de Pertl ? Nul ne le sait. Mais si la régularité n’est pas encore au rendez-vous (il sort une fois sur deux), l’Autrichien a clairement franchi un cap (inattendu) cette saison.

De la 4e à la 1re place place : Strolz décroche l'or sur le combiné

Andreja Slokar (Slovénie, 24 ans)
Bilan : 2 victoires et 8e de la Coupe du monde de slalom, 5e du slalom des JO
Sensation de la fin de saison dernière (8e à Jasna, 9e des finales de Lenzerheide), la Slovène était l’une des attractions de la saison et elle a confirmé les attentes. Elle a rapidement remporté la première victoire de sa carrière sur le parallèle de Lech avant de confirmer sur le slalom de Levi (4e). Elle a par la suite peiné à gérer la pression qui a découlé de ce début de saison canon, ne réussissant que deux tops 10 avant les finales. Mais la Slovène a conclu sa saison avec un nouveau succès, son premier en slalom. Et on n’oubliera pas non plus son exceptionnel slalom aux JO, où elle passe à un petit dixième de la médaille. La grande révélation du circuit féminin.

La surprise Andreja Slokar s'impose lors du slalom des finales : revivez le run du jour en vidéo

Atle Lie McGrath (Norvège, 21 ans)
Bilan : 2 victoires, 3e de la Coupe du monde de slalom et 12e du général
Niveau pépites norvégiennes, on aura aussi pu évoquer Lucas Braathen. Mais personne n’attendait une telle explosion d’Atle Lie McGrath cette année, encore moins en slalom où il n’avait jamais fait mieux que 18e. Libéré par sa 2e place à Schladming, le Norvégien a fini la saison en trombe, gagnant les deux derniers slaloms disputés (Flachau et Courchevel-Méribel). Bien plus régulier en 2022, en géant comme en slalom, il a accumulé neuf tops 10 cette saison, lui qui n’en comptait qu’un seul jusqu’ici. Vous avez parlé de révélation ?

Deuxième victoire de suite en slalom pour McGrath : c'est le run du jour

James Crawford (Canada, 24 ans)
Bilan : Médaillé de bronze en combiné aux JO, 5e de la Coupe du monde de Super-G
Personne n’aurait parié sur une telle saison de sa part. Qu’importe qu’il n’ait pas gagné. Depuis Wengen et sa 5e place en Super-G, le Torontois aura été d’une impressionnante régularité (neuf tops 16 sur ses dix dernières courses) en Coupe du monde, jusqu’à cette 2e place décrochée à Kvitfjell, à sept petits centièmes de Kilde. Mais le grand moment de sa saison aura été sa quinzaine olympique. A Pékin, il passe tout près de la médaille en descente (4e, là encore pour sept centièmes) comme en Super-G (6e). Mais il ne la laisse pas passer en combiné (3e), au terme d’un slalom bluffant de maîtrise, pour se parer du bronze. La magnifique récompense d’une saison inattendue et porteuse d’immenses promesses.

Un bas de folie et Crawford a surpris tout le monde : son Super-G du combiné en vidéo

Courchevel
Encore une déception pour Shiffrin en slalom : sa seconde manche
19/03/2022 À 13:10
Courchevel
En manque de sensations, Shiffrin a calé sur la première manche
19/03/2022 À 10:19