Getty Images

Descente dames : La reine, c'est Goggia

La reine, c'est Goggia

Le 21/02/2018 à 03:38Mis à jour Le 21/02/2018 à 04:51

JEUX PYEONGCHANG 2018 - Après l'énorme surprise du Super G, la descente dames a accouché d'une hiérarchie un peu moins étonnante mercredi. En tête de la Coupe du monde, l'Italienne Sofia Goggia s'est imposée devant la Norvégienne Ragnhild Mowinckel et sa grande rivale, l'Américaine Lindsey Vonn. Les Françaises, comme prévu, n'ont guère brillé sous le soleil de Jeongseon.

On s'attendait à un duel Goggia-Vonn et on y a eu droit. Et c'est l'Italienne qui s'est montrée le plus rapide sur la piste de Jeongson. S'élançant avec le dossard 5, la Bergamasque a parfaitement géré la partie haute avant de laisser filer les skis, sans commettre aucune faute. Sofia Goggia s'offre ainsi son premier titre olympique, le premier de l'histoire de l'Italie en descente. Elle devance à l'arrivée la Norvégienne Ragnhild Mowinckel (+ 0''09), déjà argentée sur le géant, et l'Américaine Lindsey Vonn (+ 0''47).

Titrée dans la discipline lors des JO 2010 de Vancouver, Vonn faisait office de grande favorite pour cette descente, elle qui avait remporté les trois dernières courses en Coupe du monde. Passée tout près du titre en Super-G (5e à cause d'une grosse sur le bas), l'Américaine comptait bien en finir avec JO (ce sont ses dernières olympiades) sur un nouveau titre, huit ans après. Très solide sur le haut, avec une bonne vitesse à mi-course (110km/h), Lindsey Vonn a réalisé une nouvelle course propre, malgré quelques trajectoires un peu trop directes. Des détails qui l'ont empêché de rivaliser avec Sofia Goggia (+ 0''49).

Goggia, 66 ans après Colo

Il faut dire que l'Italienne a réalisé elle la course parfaite. Comme Vonn, elle voulait se racheter après le Super-G (11e mais en tête à mi-course). Engagée, constamment à l'attaque malgré quelques courbes hésitantes sur le haut, Sofia Goggia y est parvenue avec un festival à mi-course pour y creuser les écarts. Bien aidée par les erreurs de certaines favorites (Gut et Venier sont sorties, petite faute de Weirather sur le bas), cela a suffi pour s'offrir son premier titre olympique, la plus grande victoire sa carrière. Première Italienne sacrée en descente, elle rejoint au palmarès Zeno Colo, seul membre de la "Squadra " à avoir remporté la descente olympique, en 1952.

Mais Sofia Goggia aura souffert jusqu'au bout. Alors qu'on ne s'y attendait plus, surtout Tina Weirather sans doute (qui finit 4e, à 0''63), Ragnhild Mowinckel est venue bouleverser la hiérarchie, étant même la seule à reprendre du temps à Goggia sur le bas. Mais il aura manqué 0''09 à la Norvégienne pour se parer d'or. Vu sa joie à l'arrivée, nul doute qu'elle se satisfera largement de cette médaille d'argent, sa deuxième lors de ces JO après celle décrochée en géant.

Côté Français, pas de déception à avoir. Si la course au podium ne les a – sans surprise – jamais concernées, les skieuses tricolores ont montré de belles choses lors de cette descente. A commencer par Tiffany Gauthier, meilleure Française ce mercredi avec sa 13e place (+ 1''82). Mais, le constat est également valable pour Jennifer Piot (16e, + 1'''95), Romane Miradoli (18e, + 2''42) et Laura Gauche (22e, + 3''07).

0
0
Nouvelles vidéos