Alors qu'il n'avait jamais fait que 8e en Coupe du monde dans la discipline jusqu'ici, Matthieu Bailet a signé dimanche l'un des exploits du jour en prenant la 2e place à Saalbach, le premier podium de sa carrière. Mais l'homme du jour s'appelle Marco Odermatt.
Il faudra compter sur lui jusqu’au bout dans les courses aux globes. Déjà cinquième de la descente samedi, Marco Odermatt a fait encore mieux ce dimanche en remportant le super-G de Saalbach-Hinteglemm, son deuxième succès de l’hiver après le géant de Santa Caterina en décembre.
Saalbach-Hinterglemm
"Borné mais bourré de qualités" : Bailet, la nouvelle pépite de la vitesse française
07/03/2021 À 17:19

Bailet s'est fait un nom : revivez le premier podium de sa carrière

Sur une piste technique et très piégeuse (9 abandons sur les 30 premiers dossards), le Suisse a parfaitement allié justesse technique et engagement pour devancer la surprise française Matthieu Bailet (+0’’62), qui signe le premier podium de sa carrière, et le champion du monde de la discipline, Vincent Krichemayr (+ 0’’81). Seulement 15e, Pinturault voit Odermatt revenir à 81 points seulement au classement général de la Coupe du monde.
Jusqu’au 21 mars, l’abonnement à l’application Eurosport est à -50% pour un an, 34,99€ au lieu de 69,99€, pour suivre la saison de ski en LIVE et sans PUB

Les gros dossards se sont distingués

Vu sa régularité depuis le début de la saison, et même globalement depuis son succès dans la discipline l’hiver dernier à Beaver Creek, on savait que Marco Odermatt avait les capacités de reprendre des points à Pinturault en super-G. Mais on ne se doutait pas qu’il serait capable d’exploser à ce point la concurrence. Parti avec le couteau entre les dents, l’Helvète a parfaitement exploité une reconnaissance qui a profité à tous les Suisses, à l’image de Justin Murisier qui a signé un résultat tout aussi improbable avec sa 5e place (0’’98). Capable de tailler chaque courbe, ne posant aucune dérive, malgré des portes en dévers qui ont posé des soucis à de nombreux skieurs, Odermaat a produit un ski de rêve. Ses qualités techniques lui ont permis de s’en sortir pour engranger une vitesse folle sur le bas, où il a creusé des écarts abyssaux.

La fusée Odermatt continue de surprendre : son super-G victorieux

Champion du monde il y a quelques semaines à Cortina, vainqueur en descente la veille, Vincent Kriechmayr pensait pourtant avoir fait le plus dur en signant une belle performance avec son dossard 5, malgré quelques fautes. Mais l’Autrichien, qui pouvait s’offrir définitivement le petit globe de la discipline en cas de victoire, a été repoussé loin, à un peu moins d’une seconde (+ 0’’81), un gouffre bien moins lointain que celui connu par Beat Feuz (6e, + 1’’17) ou Matthias Mayer (7e, + 1’’28). Les conditions changeantes du jour, avec une visibilité qui s’est dégradée un temps sur le haut de parcours, ont ainsi favorisé les gros dossards. Quatre skieurs au-delà du dossard 20 ont terminé dans le top 10 et huit dans le top 15, avec quatre hommes (Murisier, Haaser, Bennett et Hemetsberger) signant le meilleur résultat de leur carrière dans la discipline. Sans oublier Matthieu Bailet.

Kriechmayr devra attendre pour le petit globe : sa course pour le podium

Les Français mal payés

Le Niçois n’avait pourtant jamais fait mieux qu’une 8e place en super-G en Coupe du monde. C’était en janvier dernier à Kitzbuhel, avec le dossard 50 ! Mais le Français de 24 ans ne cesse de progresser et il ne lui manquait qu’une course complète de bout en bout pour aller voir plus haut. C’est arrivé ce dimanche à Saalbach.
Parti avec beaucoup d’intelligence tactique, Bailet a attaqué le virage clé du haut du tracé très intérieur pour en ressortir avec une bonne ligne et de la vitesse, au point de reprendre plus d’un dixième à Odermatt sur cette section, de quoi rêver en grand. Mais le Niçois n’a pas su conserver cette justesse jusqu’en bas et il doit se contenter finalement de la 2e place, le premier podium de sa carrière. Et le symbole de Français en grande forme en Autriche.

Un 360° en l'air à 100 km/h : Clarey s'est fait une sacrée frayeur dans le super-G

Sur ce tracé par leur coach, les Tricolores ont tous été à l’attaque. Mais tous n’ont pas réussi à faire mouche, à l’image de Johan Clarey, sorti alors qu’il jouait yeux dans les yeux avec Odermatt, ou de Roy Piccard, passé à mi-course avec 0’’17 de retard sur le Suisse avant de coincer sur le bas. Blaise Giezendanner a lui tenu bon jusqu’au bout pour prendre une excellente 14e place (+ 2’’09), juste devant un Alexis Pinturault décevant.
Parti avec le dossard 1, le Tricolore n’a pas su en profiter et a commis plusieurs fautes de carres qui lui ont coûté cher au niveau de la vitesse, notamment sur le bas. Sa 15e place permet à Odermatt de maximiser son week-end et de revenir à 83 points du skieur de Courchevel. A six courses du terme de la saison, tout est encore possible pour le gros globe.
Saalbach-Hinterglemm
Kriechmayr devra attendre pour le petit globe : sa course pour le podium
07/03/2021 À 10:28
Saalbach-Hinterglemm
La fusée Odermatt continue de surprendre : son super-G victorieux
07/03/2021 À 10:27