Les spécialistes de la vitesse

Si on a choisi de commencer par eux, c'est parce que cette saison 2021-2022 promet d'être la leur. Contrairement aux éditions précédentes, et pour rééquilibrer la course au classement général de la Coupe du monde, la Fédération internationale a décidé de faire un calendrier égalitaire. Il y aura cette année presque autant d'épreuves de vitesse que d'épreuves techniques. Presque car le parallèle de Lech fait quand même pencher la balance (19 contre 18). Dans le détail, voici ce que ça donne :
  • 11 Descentes
  • 7 super-G
  • 8 Géants
  • 10 Slaloms
  • 1 Parallèle
Sölden
Faivre : "Une course moyenne"
24/10/2021 À 15:53
L'an dernier, les techniciens ont trusté les six premières places du général à l'exception de Marco Odermatt, dauphin d'Alexis Pinturault et aussi à l'aise en Super-G qu'en Géant. Derrière ce club des six, on retrouvait dans un mouchoir Matthias Mayer et Vincent Kriechmayr. Respectivement repoussés à 560 et 585 points du Français, les deux Autrichiens ont des arguments pour cette saison. Le premier a inscrit la bagatelle de 43,75 points par courses disputées la saison dernière, c'est moins bien que Pinturault (48 pts) mais avec une balance rééquilibrée entre technique et vitesse, ils ont leur chance. A condition d'être intraitables dans leurs deux disciplines, évidemment.
Suivez toute la saison de sports d'hiver et les JO de Pékin sur Eurosport pour 69,99 euros !

Pinturault : "La médaille d'or olympique, je la veux à tout prix"

Marco Odermatt

Incroyable, surprenante, bluffante… Choisissez le mot que vous voudrez pour qualifier la saison 2020/2021 de Marco Odermatt. Alexis Pinturault aurait bien du mal à dire que le jeune Suisse (24 ans) ne lui a pas causé de sueurs froides. L'écart final entre les deux hommes (167 points) ne rend pas grâce au duel qu'ils se sont livrés.
Vainqueur en Géant, en Super-G et même trois fois dans le Top 10 en descente en 2021 (10e à Kitzbühel, 8e à Garmisch et 5e à Saalbach), Odermatt a bien cru pouvoir faire le coup de Kilde à Pinturault. Le Norvégien avait frustré le Français en fin de saison mais les annulations de trois descentes et deux Super-G dans les dernières semaines de compétitions ont mis fin à ses espoirs. Capable de mieux gérer la pression selon ses propres mots, Odermatt est prudent pour cette saison puisqu'il assure viser "un globe", pas forcément le gros d'ailleurs, ou "une médaille olympique" à Pékin.

La fusée Odermatt continue de surprendre : son super-G victorieux

Mais à la lumière de ce qu'il a fait la saison dernière, Odermatt peut et doit être ambitieux. Pour lui aussi le rééquilibrage technique/vitesse est une excellente nouvelle. Avec deux géants et un slalom de moins, Pinturault sera handicapé. Pour lui, il s'agira de confirmer ses progrès en descente puisqu'il y en aura deux de plus alors que le nombre de Super-G, son autre discipline phare, reste constant.

Aleksander Aamodt Kilde

Et si un couple de skieurs remportait les deux gros globes de cristal cette saison ? Chez les hommes, Aleksander Aamodt Kilde est un outsider sérieux, alors que chez les femmes, Mikaela Shiffrin peut y croire si effectivement elle retrouve ses sensations en vitesse. Les deux ont officialisé leur relation début juin alors que le Norvégien se remettait de sa rupture du ligament croisé survenue mi-janvier.
Pinturault : "L’or olympique, c’est l’objectif numéro un de ma saison"
La principale question pour Kilde, vainqueur du classement général en 2020, sera donc de savoir s'il est pleinement remis de cette terrible blessure. On l'a vu en stage commando avec l'armée norvégienne, preuve qu'il n'a pas pris sa préparation à la légère. A 29 ans, Kilde est indéniablement dans ses meilleures années et il connaît la route jusqu'au gros globe de cristal. Enfin, on rappellera qu'il n'avait pas quitté le Top 6 entre la descente de Val d'Isère (12 décembre) et le géant d'Adelboden (8 janvier). Le tout pour deux succès, trois quatrième places et deux sixième places en sept courses.
A la manière d'un Alexis Pinturault, Aleksander Aamodt Kilde est capable de briller dans trois disciplines. Le Géant bien sûr mais surtout la Descente et le Super-G. Encore une fois, et c'est un thème dont vous allez beaucoup entendre parler cette saison, l'augmentation du nombre d'épreuves de vitesse est clairement à son avantage. Peut-être plus encore qu'à Marco Odermatt, c'est dire. Attention danger pour "Pintu".
Le Norvégien ne sera pas du Géant ce dimanche. "L'ouverture de la Coupe du monde à Sölden approche, mais j'ai décidé de faire l'impasse et de me concentrer pour être prêt pour Lake Louise à la fin du mois de novembre", a-t-il annoncé en fin de semaine.

Henrik Kristoffersen

Savez-vous combien de podiums Alexis Pinturault a-t-il cumuler au classement général de la Coupe du monde avant de le remporter ? Cinq. Exactement le nombre de fois où Henrik Kristoffersen a terminé sur la "boîte" du général. C'était entre 2016 et 2020 pour le Norvégien de 27 ans. On pensait alors tout logiquement qu'il était un favori pour la saison 2021. Mais le colosse a déçu, terminant à sixième à plus de 500 points du Français, glanant son plus mauvais total de points depuis 2014, pour sa première saison complète en Coupe du monde.
Et comme si cela ne suffisait pas, Kristoffersen s'est fracturé la cheville en mai, ce qu'il l'a obligé à rester immobilisé pendant six semaines. Pas de quoi sans doute trop le perturber dans sa préparation de la nouvelle saison qu'il entamera avec un nouveau coach, le Suisse Jörg Roten qui a autrefois conduit aux destinées de Michelle Gisin, Wendy Holdener ou Carlo Janka. Ce dernier a d'ailleurs remporté lé général il y a 11 ans. Est-ce toujours l'objectif de "Kristo" ? En début de saison dernière, il disait vouloir se concentrer sur la technique, là où il avait "des chances de gagner". Il a tenu parole et abandonné les tests en Super-G.

Malgré la piste, malgré une saison difficile, Kristoffersen a tenu bon : son succès en vidéo

Tellement fort en Géant et surtout en slalom (double vainqueur du petit globe dont une fois devant l'immense Marcel Hirscher), Kristoffersen parvenait à jouer le général sans mettre les skis de vitesse. Sera-ce possible en 2021/2022 face à Pinturault, Odermatt et Aamodt Kilde ? On en doute mais le grand Kristoffersen était capable de tout. Il suffit de le retrouver.
Sölden
Pinturault : "J'ai eu du mal à me mettre dedans, je ne suis pas encore au top du top"
24/10/2021 À 15:42
Sölden
Un finish de folie, mais ça n'a pas suffi : la 2de manche de Kranjec en vidéo
24/10/2021 À 13:59