Getty Images

Pinturault et Muffat-Jeandet frustrés par l'inattendu Mayer

Pinturault et Muffat-Jeandet frustrés par l'inattendu Mayer

Le 17/01/2020 à 14:50Mis à jour Le 17/01/2020 à 15:28

WENGEN - Matthias Mayer a remporté une victoire inattendue dans le combiné suisse, vendredi. L'Autrichien, champion olympique de descente 2014 et de Super-G en 2018, s'est construit dans la descente matinale une avance que ni Alexis Pinturault ni Victor Muffat-Jeandet n'ont pu couvrir l'après-midi dans le slalom. Les Français ont fini deuxième 0"07 et troisième à 0"67.

On n’y croyait pas et on a eu tort. Leader à l’issue de la descente, Matthias Mayer a créé la surprise ce vendredi à l’occasion du combiné de Wengen, en résistant jusqu’au bout lors de la manche de slalom. L’Autrichien s’offre ainsi le septième succès de sa carrière, le tout premier dans la discipline. Favoris annoncés, Alexis Pinturault (2e, + 0’’07) et Victor Muffat-Jeandet (3e, + 0’’63) doivent se contenter du podium. Un résultat qui suffit au skieur de Courchevel pour reprendre la tête du classement général de la Coupe du monde.

Mayer, meilleur slalomeur que Murisier et Tonetti

Cette fois, les techniciens n’auront pas eu le dernier mot. Habitués à inverser la tendance lors du slalom des combinés, ils pensaient une nouvelle fois avoir une course à leur portée. Il faut dire que les écarts de la descente semblaient loin d’être rédhibitoires, avec les trois principaux techniciens entre une et deux secondes du leader. Suffisant pensait-on. C’était sans compter sur un Matthias Mayer de gala. Auteur d’une performance monumentale malgré son dossard 31, l’Autrichien s’est imposé largement sur la descente et aura ainsi bénéficié d’une piste parfaite au moment de s’élancer pour le slalom. Ce sont les conséquences de la nouvelle règle, plus juste envers les descendeurs et dont il a parfaitement su exploiter les avantages.

A l’attaque dès les premières portes, Mayer a signé une manche exemplaire. Avec un ski toujours aussi propre techniquement, même s’il s’est fait descendre sur la ligne dans le mur, l’Autrichien ne s’est pas posé de question pour aller signer le quatrième temps en slalom. De quoi devancer des techniciens pourtant accomplis comme Riccardo Tonetti ou Justin Murisier, excusez du peu… Même sa petite faute dans le mur ne l’a pas déstabilisé. Son temps, lui, en a déstabilisé plus d’un.

Frustration mais Pinturault leader du général

Tour à tour, tous ses adversaires s’y sont cassé les dents. Certains logiquement, à l’image des descendeurs Jansrud (+ 1’’52), Kilde (+ 1’’56) ou Paris (+ 2’’03). D’autres ont offert - en vain - une belle résistante, comme Martin Cater (+ 1’’34). Mais c’est au passage de Victor Muffat-Jeandet que l’Autrichien a compris que la victoire était jouable. Attendu comme le favori par beaucoup, à la suite de son bon début de mois de janvier, de ses entrainements bluffants et son passé récent à Wengen (vainqueur en 2018, 2e l’an passé), le Tricolore n’a pas été assez juste dans le mur pour espérer remonter ses 1’’33 de retard. Il devra se contenter d’un nouveau podium(3e), à 0’’67 de Mayer. Sans vraiment l’inquiéter.

Mais un seul skieur aura véritablement été en mesure de faire trembler le double champion olympique de descente (2014) et Super-G (2018). Seulement 19e de la descente, Alexis Pinturault n’est pas passé loin de remonter ses 1’’68 de déficit. Sa performance en slalom, de loin la meilleure (près d’une seconde de mieux que Meillard, 4e du combiné et 2e temps de la manche), aura fait couler un filet de sueur dans le dos de l’Autrichien. Après un haut timide, le skieur de Courchevel s’est lâché dans le mur, restant haut sur les lignes et travaillant bien au piquet pour reprendre plus d’une seconde à Mayer sur le bas de parcours.

Mais le Tricolore a dû se contenter de la 2e place et des 80 points qui en découlent. Juste suffisant pour reprendre les commandes du classement général à Henrik Kristoffersen, qu’il devance de deux unités. On a connu plus mauvaise journée…

Vidéo - Mayer a résisté aux Français pour s'imposer : son slalom en vidéo

01:42