Après la retraite de Lindsey Vonn, le grand cirque blanc n'a pas mis longtemps à se trouver une nouvelle patronne. Elle était là, prête à prendre toute la lumière. Mikaela Shiffrin avait déjà décroché deux gros globes quand Lindsey Vonn a dit stop et celui de 2019, le troisième de suite, ce que seule sa compatriote a réussi au XXIe siècle, a confirmé qu'elle était son égale, ou presque. Sa blessure au dos et la mort de son père l'ont éloignée des pistes mais elle en est restée l'immense star. Assez pour qu'on ne puisse pas imaginer autre chose pour elle que la lutte pour le gros globe. Mais, cette saison, Mikaela Shiffrin ne l'a pas abordée dans cette optique-là.
"Je suis cette année dans une position différente. Certains de mes objectifs, des choses qui ont été accomplies les saisons passées, je ne les envisage pas cette saison, avait-elle assuré. Je ne me sens pas préparée pour faire toute la saison de façon compétitive. J'essaie d'établir des priorités. C'est le plus intelligent". Revenir après la tragédie subie en janvier a déjà demandé beaucoup d'efforts à Shiffrin alors l'Américaine se concentre sur ce qu'elle sait faire de mieux : la technique. Un choix auréolé d'un succès extrêmement émouvant en géant à Courchevel et de deux podiums en slalom.

Shiffrin n'a pas craqué pour s'offrir une victoire pleine d'émotions

Zagreb
Solide sur le premier tracé, Noël n'y était plus : sa seconde manche décevante
06/01/2021 À 15:45

Vlhova, Gisin, Brignone : le trio gagnant de Shiffrin

Un retour exceptionnel pour une athlète qui avoue ne pas toujours trouver la motivation en se levant le matin. Après un tiers de la saison, elle pointe dans les hauteurs du classement général (3e) mais son absence en vitesse, où elle ne reviendra pas, au mieux, avant la fin janvier, lui coûte trop. "C'est motivant pour moi de revenir dans cette bataille mais c'est peut-être plus sain pour le moment de ne pas y être", dit la triple lauréate de la Coupe du monde avant le slalom de Zagreb. Physiquement, et sans doute plus important encore, moralement, elle n'en est pas là. A 25 ans, elle doit passer par un processus de reconstruction tant son environnement a été bouleversé.
En observatrice avisée, Mikaela Shiffrin a dégagé un trio de prétendantes au gros globe. Démarrant évidemment par sa rivale en technique, Petra Vlhova : "C'est dur de parier contre elle. Sur le papier, elle coche toutes les cases d'une vainqueure du gros globe". Autre skieuse qui retient son attention, Michelle Gisin, vainqueure du slalom à Semmering où elle avait mis fin à 28 succès de suite du duo Shiffrin-Vlhova dans la discipline. Enfin, Shiffrin n'écarte pas la tenante du titre, Federica Brignone et sa "férocité sur les skis".

Le quintuplé en slalom aux Mondiaux ?

Pour elle, l'enjeu n'est pas là. "Mon principal objectif, c’est de retrouver cet aspect mental où je n’ai rien d’autre à penser que mon ski", dit l'Américaine. "D'un côté, je me dis : 'Wow, je suis déjà sur un podium, c'est génial et je ne suis pas loin, même avec des erreurs, d'une victoire. C'est extra !' De l'autre, vous vous dites : 'La dernière manche est si haute. Soyons patients'".
De la patience, il va en falloir aussi à ceux qui attendent Mikaela Shiffrin au sommet et rien d'autre. La perte de son père l'a trop marquée pour qu'elle revienne à son top niveau, un niveau exceptionnellement haut faut-il le rappeler, si vite. Peut-être misera-t-elle plutôt sur les Mondiaux à Cortina (8-21 février). Elle y défendra son titre en super-G mais surtout celui du slalom. Titrée quatre fois de suite, elle est déjà seule dans sa galaxie. A cinq, elle s'isolerait encore un peu plus pour écrire une nouvelle page de sa légende.
Zagreb
Strasser, la surprise du chef : sa 2e manche canon en vidéo
06/01/2021 À 15:44
Zagreb
Muffat-Jeandet, une manche propre pour être le Bleu le plus solide
06/01/2021 À 15:41