Le Championnat du monde a plutôt bien débuté pour Ronnie O'Sullivan. Le numéro 2 mondial et tenant du titre, qui brigue un 7e sacre cette année, a franchi le premier tour samedi contre le qualifié Mark Joyce. Sans trop trembler (10 manches à 4), malgré un jeu pas tout à fait en place lors de la session matinale. Son plus grand moment de tension, il l'a toutefois vécu… entre les deux parties de son match, alors qu'il déjeunait et prenait un café avec quelques amis, samedi en début d'après-midi.

Trois centuries consécutifs : O'Sullivan a déjà mis le turbo !

Dans un restaurant à proximité du Crucible Theatre, un fan un peu éméché s'est approché de lui pour lui parler et a insisté assez lourdement, au point qu'il a fallu l'intervention de trois membres du personnel pour le faire sortir de l'établissement. "J'ai été harcelé comme vous ne pouvez pas l'imaginer, a-t-il confié à Eurosport samedi soir. Ce type est venu vers moi, il était là et moi je disais 'S'il vous plait, je voudrais éviter le Covid pendant tout le tournoi. Je vous en supplie'. Mais ce type était un cauchemar. 99% des gens sont OK mais il y avait tellement de monde, et il suffit d'un type pour que ça devienne pénible."
Championnat du Monde
Coups de génie à gogo : Selby, O'Sullivan, Murphy... Le top des plus beaux coups
05/05/2021 À 09:40
L'année dernière, c'était différent, c'était beaucoup plus calme
S'il craint les fans, c'est bien par peur d'une éventuelle contamination. Tous les joueurs sont testés à Sheffield, où se tient comme chaque année le Championnat du monde, et si un joueur est positif au Covid avant les quarts de finale, il sera automatiquement exclu du tournoi. C'est la grande crainte de Ronnie O'Sullivan, qui avait d'ailleurs évoqué avant le début de la compétition que le retour du public au Crucible Theatre n'était pas sans l'inquiéter. Pour le premier tour, la jauge a été fixée à 33% de capacité d'accueil, mais elle grimpera progressivement au fil des tours et des jours jusqu'à la finale qui, elle, devrait se dérouler dans une salle pleine.
O'Sullivan ne s'en cache pas, il avait préféré le contexte du mois d'août dernier, quand le Championnat du monde s'était déroulé à huis clos. Mais il fait avec. "L'année dernière, c'était différent, dit-il. C'était beaucoup plus calme. On pouvait s'asseoir où on voulait, se poser, prendre un repas, tranquille. Cette fois, c'est différent. Les gens peuvent sortir, faire du shopping, aller au pub, boire, manger. La plupart des gens en ont marre des confinements, ils veulent vivre normalement. Je le comprends. Ce n'est la faute de personne."

O'Sullivan a dû sortir le grand jeu pour plier la 8e frame contre Joyce

Je pense que je vais venir au Crucible à la dernière minute à chaque fois
Pour accéder au Crucible Theatre, les spectateurs doivent montrer patte blanche, soit avec un test PCR négatif soit avec une preuve de vaccination. Mais la crainte de Ronnie O'Sullivan ne concerne pas tant le Crucible lui-même que la vie autour, et l'incident de samedi semble l'avoir conforté. Il devrait donc s'adapter pour la suite du tournoi : "Je dois rester loin de tout ça. Trouver des endroits plus calmes si je peux. Je pense que je vais venir au Crucible à la dernière minute à chaque fois et éviter le centre-ville de Sheffield autant que je le peux."
Le sextuple champion du monde est très sensibilisé sur le sujet, notamment parce que sa mère, Maria, a contracté une forme sévère du virus. Globalement, depuis le début de cette pandémie, il n'a pas caché ses craintes, avouant même une certaine "paranoïa" l'an passé à la reprise des tournois pendant l'été, en demandant aux autres joueurs de se tenir loin de lui autant que possible.

Le snooker, comment ça marche ? Guide de survie pour les Mondiaux qui débutent

Championnat du Monde
Un public au Crucible Theatre, ça change tout
05/05/2021 À 08:47
Championnat du Monde
Tension extrême, libération suprême : Selby a eu de la glace dans les veines au moment de conclure
04/05/2021 À 08:13