Les cicatrices de Monte-Carlo étaient visiblement ouvertes. Mais quand Rafael Nadal tombe, il se relève souvent très vite et il l'a encore montré mercredi. Malmené par Ilya Ivashka, "modeste" 111e joueur mondial, le Majorquin a retroussé ses manches pour inverser la dynamique et s'imposer en trois sets (3-6, 6-2, 6-4) et 2h19 de jeu pour son entrée en lice au 2e tour à Barcelone. Pour une place en quart, il affrontera le vainqueur du match entre Kei Nishikori et Cristian Garin.
Il n'a pas fait forte impression, mais il s'est peut-être finalement rassuré. Rafael Nadal sera bien en huitième de finale en Catalogne, et il a dû s'employer pour y parvenir. Le numéro 3 mondial et tête de série numéro 1 du tournoi a su surmonter un début de match hésitant et approximatif pour lancer sa campagne barcelonaise sur un court qui porte son nom. Et ce n'est peut-être pas plus mal, tant l'intéressé aime passer du temps sur la terre pour y trouver ses marques et y construire sa confiance.
ATP Halle
Deux ans après, Federer signe son retour sur gazon
14/06/2021 À 14:33

Trop passif, Nadal a su réagir

Roué de coups par Andrey Rublev sur le Rocher la semaine dernière, Nadal tenait certainement à soigner son début de partie. Mais à vouloir trop s'appliquer, il s'est montré bien trop tendre dans des conditions ralenties par l'humidité ambiante. Sans complexe, Ilya Ivashka a donc fait le break d'entrée et a bien profité de la passivité adverse pour faire le jeu avec ses frappes puissantes à plat. Le Biélorusse s'est même permis d'aller chercher le premier set sur le service adverse. A l'envers en revers et sans longueur de balle, Nadal n'avait d'autre choix que de réagir s'il voulait éviter un deuxième revers d'affilée sur ocre qui aurait été plus préoccupant que le premier.
Il était donc attendu au tournant et il n'a pas déçu : un break d'entrée de deuxième set et quelques "Vamos" plus tard, la machine ibère s'est relancée. Nadal a repris les rênes pour ne plus les lâcher, usant intelligemment d'angles courts croisés pour faire couvrir plus de terrain à son adversaire, et variant les hauteurs à l'échange. Dans les 2e et 3e manches, Ivashka, pourtant fidèle à sa stratégie offensive (24 coups gagnants contre 16 à Nadal), ne s'est plus procuré la moindre balle de break.
Commettant de plus en plus d'erreurs (31 contre 23 tout de même au Majorquin), il a définitivement lâché prise à 3 partout dans l'ultime acte. Vainqueur sur un dernier coup droit rageur en avançant, l'Espagnol a affiché un large sourire, conscient, même s'il a dû travailler pour les obtenir, qu'il a trouvé quelques solutions à ses problèmes du moment en cours de match. Cela demandera toutefois confirmation au match suivant. On ne serait pas surpris de voir l'animal en convalescence monter progressivement en puissance.
Roland-Garros
L'antisèche : Djokovic a gravi l'Everest, peut-il tomber de haut ?
11/06/2021 À 22:50
Roland-Garros
Le titan Djokovic fait tomber le roi Nadal
11/06/2021 À 21:25