Le pied. Une côte. Les abdominaux. Avec Rafael Nadal, il est autant question d’anatomie que de tennis depuis quelques semaines (si ce n’est plus). Mais quand il est question de tennis, cela roule toujours pour le Majorquin. D’où ce paradoxe constant, de le voir perdurer dans les plus hautes sphères de son sport, tout en semblant parfois diminué, et en expliquant à quel point préserver son corps le préoccupe.
Absent depuis début juillet, et son forfait avant une demi-finale face à Nick Kyrgios à Wimbledon, Nadal fait son retour cette semaine à Cincinnati. Il peut renouer non seulement avec le circuit, mais aussi avec le trône. Si Daniil Medvedev, numéro 1 mondial, échoue à atteindre les quarts de finale pendant que l’Espagnol s’adjuge le trophée, celui-ci fera coup double alors qu’il n’a plus tenu le sceptre depuis janvier 2020. Une perspective, certes, lointaine.
Laver Cup
Djokovic, l'hommage poignant à Federer : "L'un des plus beaux moments de ma vie"
24/09/2022 À 21:37
"Cela représente beaucoup pour moi, a déclaré Nadal en conférence de presse, dimanche, au sujet de cette opportunité. Je ne pensais pas que cela arriverait à nouveau." Mais le n°3 mondial (Alexander Zverev, 2e, est forfait) n’est pas obsédé par le pinacle du classement ATP. "L’essentiel est de rester en bonne santé et de participer aux tournois que je souhaite disputer, tranche-t-il. Je ne jouerai pas plus que ce que j’estime bien pour mon corps."

Nadal le GOAT ? "Il a fait le break à un moment crucial"

Prudence, toujours

Rafael Nadal affrontera Borna Coric ou un joueur issu des qualifications, pour son entrée en lice. Il ne promet pas de faire des miracles dans l’Ohio, où il n’a plus œuvré depuis 2017 : "Lorsque vous avez été absent un certain temps, vous ne pouvez pas vous attendre à jouer à un niveau incroyable dès le début." Puis tout peut se mettre en route : "Lorsque vous gagnez un match, ou deux, les choses changent, vous commencez à vous sentir compétitif."
Compétitif, Nadal (36 ans) souhaite probablement l’être à l’US Open (29 août-11 septembre), où la quête d’un 23e tournoi du Grand Chelem devrait l’animer. En attendant, il doit déjà se rassurer, à en croire son discours mesuré sur l’état de ses "abdos". Il n’est pas certain que le pépin de Wimb’ est derrière lui. "C’est une zone dangereuse, parce qu’elle est sollicitée à chaque service (…) J’espère pouvoir être prêt à entrer en action ici."

Un jeu blanc en... 44 secondes : Kyrgios a activé le mode rouleau-compresseur

Laver Cup
Courier et les adieux de Federer : "Ça prendra du temps d'encaisser ce qu'on a vécu"
24/09/2022 À 16:09
Laver Cup
Federer jouera-t-il à Londres ? "La décision sera prise au dernier moment"
19/09/2022 À 13:40