Une victoire pour débuter une nouvelle saison, c’est toujours bon à prendre. Gaël Monfils a fait le travail avec sérieux pour sa reprise en 2020, s’imposant solidement (6-3, 7-5) contre un adversaire en pleine progression, le Chilien Cristian Garin, 33e joueur mondial. Le Français pouvait d’autant plus se réjouir qu’il a encore de la marge par rapport à son meilleur niveau. Son hiver n’a pas été de tout repos et sa préparation pas idéale en raison d’un fâcheux contretemps.

"Je ne suis pas encore au max, je continue à monter en puissance. Je me suis fait un peu mal à la main pendant la prépa. J'ai compensé avec le bras, j'ai dû arrêter un peu, ça m'a contrarié", a-t-il révélé après la partie à nos confrères de L'Equipe. Mais bien aidé par Gilles Simon, le capitaine qu’il a choisi lui-même pour la compétition, Monfils a fait preuve d’une belle solidité et de lucidité sur le plan tactique. Et il a pu étrenner en compétition son tout nouveau matériel.

ATP Cup
L'ATP Cup annulée ? les conditions de la quarantaine se précisent en Australie
27/11/2020 À 13:22

Des petits détails pour une grande différence ?

Car cet hiver, le Français a pris une décision importante qui pourrait peut-être lui permettre de franchir un nouveau palier en 2020 après avoir retrouvé le top 10 l’an passé. "J'ai changé de raquette : le poids, le cordage, pas mal de petites choses. Je suis dans la phase où j'ai envie de jouer beaucoup. J'essaye d'être solide sur les fondations, fort sur ma ligne de fond de court pour petit à petit venir un peu plus au filet", a-t-il confié.

Monfils est ambitieux et à la recherche des petits détails qui pourraient faire la différence. Son choix est tout sauf anodin et rappelle celui d’un certain Rafael Nadal qui avait ajouté quelques grammes à sa raquette il y a quelques années pour gagner en puissance. En 2014, Roger Federer avait lui opté pour un tamis élargi (dont la surface reste néanmoins l’une des plus faibles du circuit) pour les mêmes raisons et une meilleure tolérance quant aux erreurs de centrage.

Mais changer de matériel n’est pas toujours gage de progrès. En début d’année dernière, Karen Khachanov s’en était mordu les doigts et avait finalement repris son ancienne raquette (même si le Russe avait carrément choisi une autre marque). Monfils a donc besoin d’un peu de temps pour s’y acclimater totalement en compétition. "Je suis encore en phase de prépa, je n'ai pas encore atteint mon pic de forme. Mon objectif est d'atteindre ce pic à l'Open d'Australie. Je m'entraîne très dur même entre les matches ici. Mais je suis content parce qu'aujourd'hui (samedi), je me déplaçais bien, j'arrivais à taper de plus en plus fort." Le compte-à-rebours est donc lancé, deux semaines avant le début des hostilités à Melbourne.

Gaël Monfils à Brisbane en 2020 lors de l'ATP Cup

Crédit: Getty Images

ATP Cup
L'ATP Cup délocalisée à Melbourne ?
15/10/2020 À 10:50
ATP Cup
"Attribuer des points lors de l'ATP Cup est une grande injustice"
14/01/2020 À 20:24