Le revoilà donc enfin. Depuis le 30 janvier 2020, Roger Federer n'avait plus joué au tennis en compétition. Plus de treize mois. Cela semble si loin que c'était encore le monde d'avant. Sans pandémie mondiale. Et avec Federer. Le Suisse est un homme de défis et celui-ci est sans doute un des plus imposants de sa longue et glorieuse carrière. Revenir après une si longue absence n'est jamais neutre, mais à quelques encablures de la quarantaine, la tentative présente un degré d'audace peut-être inédit.
Bien sûr, Roger Federer est Roger Federer. Comme l'a soufflé l'ancien numéro 2 mondial Michael Stich il y a quelques jours, "il ne faut jamais écarter Federer parce que c'est un joueur naturellement doué et qui dispose de qualités pures qui l'aident à rester compétitif même à son âge." Analyse difficilement contestable. Comme le vélo ne s'oublie pas, Federer n'aura pas perdu son tennis durant sa longue période d'inactivité.

Federer : "L'horizon ne va que jusqu'à Wimbledon, au-delà, c'est trop loin"

ATP Doha
Basilashvili, semaine de rêve et titre inattendu
13/03/2021 À 16:49
Autre source d'optimisme, s'il n'a joué de match officiel depuis janvier 2020, le Bâlois est débarrassé de sa blessure au genou depuis un bon moment aussi. Il aurait sans doute pu revenir plus tôt s'il en avait éprouvé le besoin. Mais le contexte ambiant, bien morne, d'une fin de saison 2020 sans âme qui vive ou presque en tribunes, et les contraintes du long voyage accompagné d'une quarantaine stricte en Australie l'ont convaincu de différer sa rentrée. Si rien ne remplace la compétition, il s'entraîne donc depuis un bail, même s'il ne tourne à plein régime que depuis quelques semaines.
Enfin, à son crédit, il y a aussi, et surtout, diront les plus optimistes, le précédent de 2017. Absent pendant un semestre entier, Roger Federer était revenu tambour battant, remportant d'emblée l'Open d'Australie et, au-delà, glanant trois titres du Grand Chelem en douze mois pour redevenir numéro un mondial à 36 ans passés. "Avec Federer, prévient d'ailleurs Nicolas Mahut, âgé comme le Suisse de 39 ans, il faut être très prudent dans les analyses qu'on va pouvoir faire. Certains vont dire qu'il a eu deux opérations du genou, qu'il n'a pas joué depuis un an, qu'il ne reviendra pas au plus haut niveau. Mais certains disaient qu'il ne gagnerait plus de Grand Chelem en 2017 et quand il est revenu, il a gagné l'Open d'Australie et il a dominé pendant un an, donc il ne faut pas faire de pronostic."

Federer - Nadal 2017, le résumé d'une finale légendaire

Tout ceci est vrai. Mais 2021 n'est pas 2017. Dans la banalité de cette évidence tient la limite de la comparaison qui, en l'espèce, n'est vraiment pas raison. D'abord parce que s'arrêter plus d'un an à 39 ans, ce n'est pas comme stopper six mois à 35. Comme l'a rappelé en guise d'avertissement Pierre Paganini, le préparateur physique du champion helvète, musculairement, l'impact d'un arrêt aussi prolongé n'est pas neutre. Il est en tout cas beaucoup plus préjudiciable que dans le précédent de 2016. La "réathlétisation" du corps de Federer, préalable indispensable à sa compétitivité, prendra du temps. Il est donc tout sauf garanti qu'il puisse être à très court terme au niveau qui était le sien avant de couper au début de l'année dernière.
"En 2017, quand il revient à la Hopman Cup, il m'avait mis une raclée et je savais qu'il allait limite gagner l'Open d'Australie derrière. On m'avait presque ri au nez... Là, j'ose imaginer qu'il va mettre plus de temps pour revenir. Après deux opérations, tu n'es plus le même", prévient ainsi Richard Gasquet.

Di Pasquale: "Comme si Federer prenait le chemin pour faire un dernier gros coup"

Il va aussi trouver une concurrence accrue. Novak Djokovic et Rafael Nadal sont... toujours Novak Djokovic et Rafael Nadal. Mais depuis son arrêt forcé, la "jeune" génération, au sens très large, a avancé elle aussi. Certes pas encore au point de déboulonner le binôme serbo-espagnol, mais les Thiem, Zverev, Tsitsipas, Medvedev et autres Rublev apparaissent plus forts qu'il y a un an.
En réalité, tout dépend de ce que l'on attend de Federer. Il demeure un spécimen rare, tennistiquement et physiquement. Et son amour du jeu comme son désir de compétition restent, jusqu'à preuve du contraire, intacts. Si l'incertitude est réelle, il n'y aurait toutefois rien de surprenant à le voir à nouveau compétitif assez rapidement. Doha apportera un premier élément de réponse.

Roger Federer en 2021

Crédit: Getty Images

Mais à plus longue échéance, comment son corps encaissera-t-il ce retour à la compétition et l'enchainement des matches, quand bien même il va se concocter un programme sur mesure ? Personne n'a la réponse à cette interrogation-là, pas même lui. On parle tout de même d'un joueur bientôt quadragénaire qui, en moins de quatre ans, a dû subir deux interventions majeures au genou.
Le plus sage et le plus probable pour Federer serait de faire "tapis" sur Wimbledon. C'est sans doute là, et même probablement uniquement là qu'il possède encore une chance de jouer la gagne dans un tournoi majeur. Il y a un an et demi, lors de la dernière édition en date du Grand Chelem londonien, il ne lui avait manqué qu'un point pour décrocher une neuvième couronne en enchainant des victoires contre Nadal et Djokovic. Ailleurs, il lui faudrait désormais un concours de circonstances pour espérer aller au bout.
Dans la folle course aux records qu'il mène contre ses deux grands rivaux, Federer a longtemps été un acteur de premier plan. Réduit au rôle de spectateur pendant plus d'un an, c'est peut-être dans un costume d'arbitre qu'il va maintenant devoir s'exprimer.
Et si, au fond, l'essentiel était ailleurs, dans le simple fait de le voir revenir une nouvelle fois, peut-être une dernière fois ? "A titre personnel, simplement en tant qu'amoureux du tennis, c'est une nouvelle fantastique de le revoir jouer, nous dit Nicolas Mahut. On ne sait pas combien de temps on pourra en profiter donc il faut vraiment en profiter. D'autant que dans ce contexte, sans public, sans possibilité de voyager avec sa famille, je suis convaincu qu'on ne va pas le voir souvent. Donc profitons-en."
Si le flou enveloppe l'avenir de l'ultime ligne droite de sa carrière, voilà bien la seule certitude : Roger Federer va rejouer au tennis. A terme, pas sûr que cela suffise au bonheur d'un tel compétiteur. Pour l'heure, cela suffit au nôtre.

Stress, appréhension, physique… Quelles incertitudes entourent le retour de Federer ?

ATP Doha
Inarrêtable, Bautista Agut éteint Rublev pour rallier la finale
12/03/2021 À 16:42
ATP Doha
Après Federer, Thiem chute à son tour
11/03/2021 À 20:28