Novak Djokovic, Daniil Medvedev et Alexander Zverev. Les trois meilleurs joueurs du monde seront bien au rendez-vous du dernier carré du Masters, comme prévu. Au-delà de leur classement et de leur dynamique de fin de saison qui les rendaient incontournables, ils ont une chose en commun : tous trois ont déjà été sacrés dans le tournoi des Maîtres. Un tel cas de figure ne s'était plus présenté depuis 1994 quand Boris Becker, Andre Agassi et Pete Sampras s'étaient qualifiés pour le dernier week-end de compétition. Et pourtant, il y aura bien une surprise dans ces demi-finales : Andrey Rublev ou Casper Ruud.
Pour des raisons différentes, le Russe et le Norvégien n'étaient pas attendus à pareille fête (nous leur avions même donné les chances les plus restreintes des 8 engagés). Le premier principalement à cause de sa forme du moment - il avait perdu quatre de ses six derniers matches avant Turin -, le second parce qu'il manquait tout simplement d'expérience pour sa première participation. Mais placés dans le même groupe, les circonstances, notamment l'état de forme et le forfait de Stefanos Tsitsipas après une journée, leur ont donné une opportunité qu'ils ont su saisir, donnant à leur duel de vendredi les allures d'un quart de finale qui ne dit pas son nom.
ATP Finals
Djokovic indébordable, Berrettini et Tsitsipas as du passing : Le Top 5 du Masters
22/11/2021 À 14:53

Andrey Rublev lors du Masters de Turin en 2021

Crédit: Getty Images

Rublev a l'ascendant psychologique

Qui saura en profiter jusqu'au bout ? Difficile de ne pas donner un avantage certain à Rublev, qui a gagné leurs quatre précédents duels. Ruud lui-même ne s'y trompe pas. "J'ai joué contre lui déjà plusieurs fois et je n'ai jamais pu le battre. Mais j'essaierai de faire de mon mieux pour proposer quelque chose de différent pour le bousculer, parce que précédemment, ça n'a pas marché comme je le voulais", a avoué le Norvégien.
Psychologiquement, le Russe semble donc aborder ce match décisif dans des conditions plus favorables. D'autant que Rublev est souvent plus à l'aise face à des joueurs contre lesquels il est censé gagner, ce qui n'était pas le cas lors de sa dernière apparition sur le court du Pala Alpitour contre Novak Djokovic. Pour son premier duel en carrière face au numéro 1 mondial, l'expérience fut enrichissante mais douloureuse de son propre aveu.
"Je réfléchissais un petit peu trop. A chaque fois, je pensais 'OK, maintenant j'ai une chance d'attaquer, de dicter le jeu'. Par conséquent, je pensais aux deux, trois, quatre frappes suivantes et en fin de compte, je ratais le coup que j'étais en train de faire. Normalement, on frappe et on n'y pense pas. C'est l'heure d'en tirer les leçons et de donner le meilleur de moi-même sur le prochain match", a estimé le 5e joueur mondial.

Un break concédé d'entrée puis la machine Djokovic a essoré Rublev : le résumé

Outsider, Ruud a la dynamique du tournoi pour lui

Contre Ruud, Rublev veut donc renouer avec son tennis d'engagement total, focalisé sur le moment présent, sans se soucier de l'enjeu : participer à une première demi-finale au Masters. Le profil de son futur adversaire, un terrien solide du fond, a de quoi le rassurer. Une éventuelle baston et des échanges plus longs sont à même de lui redonner le rythme perdu lors de sa défaite expéditive contre Djokovic.
Pourtant, à l'approche de ce quart de finale, la dynamique est peut-être plus favorable à Ruud. Factuellement, le Norvégien sort d'une victoire au cours de laquelle il a en outre réussi à renverser son adversaire. En deux matches, il a acquis assez de vécu pour aborder le troisième plus détendu. "Je me suis réveillé (mardi) en me préparant à jouer Stefanos, sachant que j'étais l'outsider et que je pouvais jouer librement. Puis, j'ai entendu qu'il se retirait et tout a changé. J'ai ressenti un petit peu plus de pression. C'était une opportunité d'aller chercher ma première victoire au Masters", a confié celui qui n'aura en quelque sorte rien à perdre vendredi.

Retourner la situation pour mieux se relancer : Ruud a dégoûté Norrie

La maîtrise de la filière courte, enjeu paradoxal de ce duel de frappeurs du fond

D'autant que pour s'en sortir face à Cameron Norrie (1-6, 6-3, 6-4), Ruud a su sortir de ses schémas traditionnels sur une surface rapide (ou plus qu'habituellement) qui les rend moins efficaces. Contrarié à l'échange par les trajectoires rasantes en revers de son adversaire, il a repris pied en soignant avant tout ses premiers coups. Au cours des deuxième et troisième sets, il n'a ainsi concédé que quatre points derrière sa première balle, frappant en tout 10 aces pour aucune double faute. Pas mal pour un pur terrien.
"Mon service m'a sauvé un peu sur certains points importants… C'est comme ça qu'un match de tennis peut vite tourner, il suffit d'un break ou de quelques points ici et là. Sur cette surface, qui est si rapide, c'est un coup très important. Avoir un bon service est probablement la clé pour gagner ici, parce qu'on obtient beaucoup de points gratuits si c'est le cas", a d'ailleurs expliqué le Norvégien. Alors pour surprendre et battre enfin Rublev, Ruud va-t-il essayer de se montrer plus agressif que jamais ?
Quoi qu'il en soit, son analyse semble plus que pertinente, y compris pour son adversaire. Rublev avait ainsi entamé la compétition de la meilleure des manières face à Tsitsipas avec une qualité assez hallucinante au service : ses 92 % (23/25) de premières balles dans le premier set l'avaient mis sur le chemin d'une victoire confortable. La clé de la bataille à venir devrait donc être en partie la suivante : qui sera le plus à l'aise pour dicter le jeu dans la filière courte ? Une demi-finale est à ce prix : c'est tout le paradoxe pour ces deux infatigables cogneurs, et la beauté du tennis, sport d'adaptation par excellence.
ATP Finals
Zverev, un service qui fait trembler ses adversaires : les stats à retenir du Masters
21/11/2021 À 23:37
ATP Finals
Djokovic ne dramatise pas : "Ça reste une année phénoménale"
21/11/2021 À 21:57