Getty Images

Tsonga s'arrête en quarts

Tsonga s'arrête en quarts

Le 23/05/2019 à 17:11Mis à jour Le 23/05/2019 à 20:22

ATP LYON - Jo-Wilfried Tsonga ne verra pas le dernier carré dans le Rhône. Le Manceau s'est logiquement incliné jeudi en deux sets (6-4, 6-4) et 1h22 de jeu contre le Géorgien Nikoloz Basilashvili, 18e joueur mondial et tête de série numéro 1 du tournoi. Celui-ci attend en demi-finale Félix Auger-Aliassime vainqueur de Steve Johnson.

La marche était trop haute. Après son gros combat de plus de deux heures et demie remporté la veille, Jo-Wilfried Tsonga n’a pas pu enchaîner jeudi en quart de finale à Lyon contre un adversaire d’un tout autre calibre. Le Manceau a logiquement cédé en deux sets (6-4, 6-4) et 1h22 de jeu face au puissant Géorgien Nikoloz Basilashvili, 18e joueur mondial et tête de série numéro 1 à l’Open Parc ARA. Ce dernier affrontera Félix Auger-Aliassime tombeur de Steve Johnson.

Le tournoi de Lyon devra se passer de son ambassadeur dans le dernier carré. Jo-Wilfried Tsonga n’avait pas assez d’énergie pour pouvoir rivaliser face à un solide Nikoloz Basilashvili qui a fait respecter son rang. Malgré le soutien du public rhodanien, l’ex-numéro 1 français a dû plier face à la cadence imposée à l’échange par son adversaire. Mais il pourra tirer quelques enseignements positifs de sa semaine alors que Roland-Garros l’attend désormais.

Une condition physique précaire

Le Manceau a notamment retrouvé un service de qualité avec 65 % de premières balles et 9 aces dans ce quart de finale. S’il a cédé son engagement à trois reprises, il le doit à un jeu de jambes en difficulté sur la terre battue lyonnaise. Tsonga n’avait sûrement pas totalement récupéré de sa victoire à l’arraché la veille face au qualifié canadien Steven Diez (3-6, 7-6, 6-3). Et si sa condition physique pose question, il n’a rien perdu de son sens tactique, à l’image de son break d’entrée en variant les zones, les effets et les trajectoires de balle face à Basilashvili, jamais aussi à l’aise que quand il prend la balle à hauteur de hanche.

A l’échange, Tsonga a en revanche affiché ses limites, incapable de maintenir son intensité physique tout au long de la partie, au contraire de son adversaire qui ne s’est pas privé d’en profiter à 3 jeux partout dans le premier set, puis à 6-4, 1-1 pour réaliser deux breaks fatidiques. A Roland-Garros où il ne sera pas tête de série et donc pas protégé, la tâche s’annoncedélicate pour le Français, qui plus est au meilleur des cinq sets. Mais il ne manque pas de courage et qui sait ? Peut-être pourra-t-il aller chercher l’énergie qui lui manque auprès du public parisien pour glaner quelques succès.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0