Monfils sort du cercle vicieux

Le cauchemar est terminé. Gaël Monfils a enfin regagné un match sur le circuit, plus d'un an après son dernier succès en quart de finale du tournoi de Dubaï face à Richard Gasquet en février 2020. Mardi, le 14e joueur mondial et numéro 1 tricolore a mis fin à une série de 8 défaites en prenant le meilleur sur le Brésilien Thiago Seyboth Wild, 122e joueur mondial repêché des qualifications, en deux sets (7-5, 6-4) et 1h42 de jeu au 1er tour de l'ATP 250 de Lyon. Pour enchaîner et rallier les quarts de finale, il aura une bonne opportunité à saisir face au Japonais Yoshihito Nishioka.
ATP Lyon
Tsitsipas a l'oeil du tigre avant Roland : "J'espère que quelque chose de positif arrivera là-bas"
23/05/2021 À 15:45
Pour sortir du cercle vicieux dans lequel il était depuis la reprise des compétitions l'été dernier, Monfils est revenu aux fondamentaux. Il s'est d'abord attaché à bien défendre pour petit à petit frustrer son adversaire. Seyboth Wild a donc plutôt fait le jeu de manière convaincante dans le premier set, mais la tactique du Français a payé peu à peu. A 5-5, celui-ci a fait le premier break pour remporter le premier set. Puis, il a enfoncé le clou en ravissant à nouveau le service adverse d'entrée de seconde manche : une séquence de 5 jeux remportés consécutivement finalement décisive (de 4-5 à 7-5, 2-0).

Gasquet retrouve le sourire aussi

Car si le jeu du Français a comporté encore quelques scories et qu'il s'est notamment fait peur en étant mené 0/40 alors qu'il servait pour le match à 5-4, Monfils a vu persévérance payer. Il n'aura finalement d'ailleurs pas concédé le moindre break, malgré les 7 occasions adverses dans ce match. Et à voir son soulagement sur un ultime ace synonyme de victoire, il a sûrement franchi un cap fondamental dans sa mission reconstruction. Une libération longtemps attendue et qui fait plaisir à voir, tout comme la persévérance de Richard Gasquet.
Mal embarqué face à son compatriote Grégoire Barrère, le Biterrois a trouvé les solutions pour renverser la vapeur en trois sets (5-7, 6-4, 6-3) et 2h13 de jeu. Alors qu'il n'avait gagné qu'un match sur terre battue jusqu'ici face à Juan Ignacio Londero à Barcelone, il a su faire parler son expérience et sa science du jeu sur terre battue. Il s'est notamment montré très efficace pour sauver les balles de break (9/11) et hausser le ton dans les moments clés.

Tsonga sans solutions

Pour Jo-Wilfried Tsonga, il s'agissait aussi de reprendre pied sur terre battue, lui qui n'avait plus joué depuis le tournoi de Barcelone fin avril. Et il n'y a pas eu de miracles pour le Manceau, très loin de son meilleur niveau comme attendu. Mardi, il n'a rien pu faire face à l'Américain Tommy Paul, 53e joueur mondial, vainqueur en deux sets (6-3, 6-3) et 1h08 de jeu. Limité dans ses mouvements à cause des restrictions osseuses de son dos, il n'a pas pu tenir l'échange et n'a pas obtenu la moindre balle de break.
Tsonga n'a pas gagné de match sur terre battue et ne devrait pas compter de victoire sur la surface avant Roland-Garros. A noter enfin que Benjamin Bonzi est, lui, passé près d'une sacrée performance contre Karen Khachanov. Le natif de Nîmes, 115e joueur mondial, ne s'est incliné qu'au tie-break du 3e set (6-1, 4-6, 7-6) contre le Russe, 26e à l'ATP.
ATP Lyon
Avant Roland-Garros, Tsitsipas s'offre un deuxième titre cette saison
23/05/2021 À 13:24
ATP Lyon
Après avoir mis fin à la belle épopée de Rinderknech, Norrie rejoint Tsitsipas en finale
22/05/2021 À 10:57