Deux quarts de finale. Voilà le bilan de Rafael Nadal en Masters 1000 sur terre battue (avant une dernière tentative à Rome) dans ce printemps 2021. Pour l'ogre de l'ocre, habitué à tout dévorer sur son passage sur la surface, il n'y a pas vraiment de quoi être satisfait. D'autant qu'après sa défaite à Monte-Carlo, il s'était rassuré à Barcelone en progressant à vue d'oeil lors de chacune de ses sorties, pour finir par faire plier l'homme en forme du moment, Stefanos Tsitsipas, lors d'une finale aussi disputée qu'enthousiasmante. Mais vendredi, Alexander Zverev l'a ramené à ses "limites" (toutes relatives) du moment.
Il avait retrouvé de la percussion en coup droit et au service en Catalogne ; vendredi, Nadal a joué bien trop souvent court et a connu des difficultés sur sa mise en jeu (62 % de réussite derrière sa première, 3 doubles fautes pour aucun ace). Et l'intéressé ne s'est pas voilé la face dans l'analyse de sa performance. "C’est toujours un équilibre : Sascha a bien joué, mais j’étais loin de mon meilleur niveau. J’avais le match sous contrôle au début, j’ai bien joué pendant six jeux, probablement mieux que lui. Puis dans le jeu pour confirmer le break à 4-2, ça a été un désastre", a-t-il souligné.
ATP Madrid
Avec ce nouveau titre en Masters 1000, Zverev ne peut plus se cacher
09/05/2021 À 23:26

Pas aidé par les conditions d'altitude, Nadal n'a pas trouvé la clé à la relance

La dynamique avait changé de camp et il n'a jamais pu (su ?) la refaire basculer. D'autant qu'à Madrid, Nadal a toujours eu plus de difficultés (5 titres malgré tout, mais 12 à Barcelone et 11 à Monte-Carlo par exemple) que dans les autres tournois du printemps sur terre battue. La raison est simple et l'intéressé l'a d'ailleurs rappelé lors de ses matches précédents contre Carlos Alcaraz et Alexei Popyrin : l'altitude (plus de 600 mètres) rend les balles plus difficiles à contrôler, elles "volent" davantage qu'au niveau de la mer. Et quand un grand serveur et un joueur puissant du fond du court lui fait face, il a moins de marge qu'habituellement sur ocre.

Saoulé de coups et trop passif, Nadal n'a rien pu faire face à Zverev : le résumé de sa sortie

Or, ces qualités étaient exactement celles d'Alexander Zverev, son adversaire du jour, auteur de 28 coups gagnants. "Quand on a perdu le premier set contre un des meilleurs joueurs du monde dans ces circonstances, avec un court aussi rapide, c’est très difficile de rester confiant. J’ai essayé, mais son service a été difficile à contrôler aujourd’hui. Bravo à lui ! Dans ces conditions, je dois jouer à mon meilleur niveau pour m'imposer", a considéré encore le Majorquin. Alors que son rival gagnait en sérénité, Nadal a vu, lui, son jeu se déliter peu à peu, multipliant les fautes inhabituelles des deux côtés, ou même en passing, l'un de ses exercices favoris pourtant.
L'objectif avant Roland ? Aller à Rome et gagner là-bas
Les conditions n'expliquent pas tout, l'intéressé le sait. Il est le premier déçu, mais a tenu à prendre du recul. "Il y a des moments où on peut faire un pas en arrière. C'est ce qu'il s'est passé aujourd'hui (vendredi, NDLR). Mais toute la semaine, les sensations ont été bonnes aussi bien à l'entraînement qu'en match. Je quitte Madrid dans cet état d'esprit même si je suis triste d'avoir perdu. Il m'a manqué des choses aujourd'hui et je vais travailler pour que ce ne soit plus le cas dans les jours à venir." D'autant qu'il l'assure, il se sent bien mieux que lors de sa défaite face à Andrey Rublev à Monte-Carlo.
Pourtant du genre anxieux, Nadal ne fait donc pas un drame de ce revers et est bien décidé à montrer que ce contre-temps n'aura que peu de conséquences sur son état de forme à Roland-Garros. Dès la semaine prochaine, il sera à la relance au Foro Italico, plus motivé que jamais. "J'ai fait quarts à Monte-Carlo, j'ai gagné à Barcelone et j'ai encore fait quarts à Madrid. Avec une tendance ascendante ? Oui, je le pense. Mon objectif est d'aller à Rome et de gagner là-bas." Le message est passé.
ATP Madrid
Bousculé, malmené, Zverev n'a jamais paniqué pour redevenir roi à Madrid : le résumé
09/05/2021 À 21:13
ATP Madrid
Faut-il s'inquiéter pour Nadal à trois semaines de Roland-Garros ?
09/05/2021 À 20:27