Getty Images

Tsonga : "Je veux être tête de série à l'Open d'Australie"

Tsonga : "Je veux être tête de série à l'Open d'Australie"

Le 22/09/2019 à 23:30Mis à jour Le 23/09/2019 à 10:47

ATP METZ – Et un titre de plus pour Jo-Wilfried Tsonga. A 34 ans, le Manceau le savoure d'autant plus qu'il revient de loin après une année 2018 presque blanche. Revenu à la 39e place au classement ATP, il s'est fixé un nouvel horizon : continuer à grimper pour passer le "cut" des têtes de série à l'Open d'Australie, en janvier prochain.

Aljaz Bedene, ce n'est pas un nom qui ronfle. Mais cette semaine, à Metz, le tennis du Slovène a fait du bruit. Dans le sillage de son service, plus efficace que jamais ("je n'ai jamais servi aussi bien de ma vie", a-t-il admis dimanche à l'heure de dresser le bilan de son tournoi), il valait sans doute bien mieux que son modeste classement actuel, puisqu'il était 76e en arrivant en Lorraine. Malgré la différence de pedigree et d'expérience entre les deux hommes, Jo-Wilfried Tsonga a donc été contraint de livrer un vrai gros combat pour s'en sortir. Sa victoire, et le titre qui l'accompagne, n'en est que plus satisfaisante pour le Manceau.

Après la perte du premier set, par la faute d'un jeu décisif assez catastrophique de sa part, Tsonga s'est même retrouvé dans de sales draps quand Bedene a obtenu une balle de break, sa seule du match, à 4-3 en sa faveur dans la deuxième manche. Mais à l'image de cet ace pour l'écarter, le Sarthois a tenu bon. "Quoi qu'il arrive, je reste dans le combat, a jugé JWT. Pour remporter ce genre de matches, il faut garder son calme et attendre le moment opportun pour tenter sa chance. C'était dur car il jouait très, très bien et ça a duré (2h47 ndlr). Je suis très heureux de cette victoire car ça prouve que mentalement j'étais là."

Jo-Wilfried Tsonga est vraiment comme chez lui à Metz, où il a décroché son 4e titre. Mais celui-ci a une saveur particulière. Comme à Montpellier en février, où il avait regoûté avec la victoire sur le circuit, l'ancien numéro un tricolore apprécie chacun des moments de ce genre après la blessure qui l'a tenu éloigné des courts pendant la quasi-totalité de l'année 2018. A 34 ans, il lui a presque fallu repartir de zéro. "Je suis fier d'être revenu, insiste-t-il. Ce n'est pas toujours simple de revenir après des blessures importantes qui nécessitent une opération."

Vidéo - Tsonga : "Une belle semaine"

01:06
" J'ai juste envie de continuer à prendre du plaisir à faire ce que je fais"

Il prend un plaisir fou, et ça se sent. Et il aime toujours autant la bagarre sur le court. "J'ai juste envie de continuer à prendre du plaisir à faire ce que je fais, poursuit celui qui totalise désormais 18 titres en carrière. J'ai toujours aimé aller sur le terrain, me battre, et mon palmarès parle pour moi car j'ai toujours eu une certaine régularité. J'espère que ça va continuer et qu'il y aura encore de bons moments de tennis à vivre. Je peux envisager la suite sereinement pour continuer à faire ce genre de match où mentalement je suis solide."

Après avoir plongé jusqu'à la 262e place en novembre 2018 et débuté la campagne 2019 au 239e rang, Jo-Wilfried Tsonga pointera lundi à l'ATP avec la pancarte 39 dans le dos. On ne l'avait plus revu dans le Top 40 depuis le mois de mai 2018. Il avait plongé sur blessure, il remonte à la surface à la force du poignet. Avec un objectif bien précis en tête : intégrer le club des 32 d'ici le mois de janvier afin d'obtenir un statut de tête de série à l'Open d'Australie. C'est sa carotte, désormais. "Je n'ai pas encore atteint mes objectifs car je veux être tête de série à l'Open d'Australie, a-t-il assuré dimanche. Il y a encore toute la fin de la saison qui m'attend, je vais rester dedans. Si je veux attaquer la saison prochaine dans les meilleures conditions, ça passe par là."

Bercy dans le viseur

Après le challenger de Cassis, il s'alignera cette semaine dans un autre tournoi du circuit secondaire, à Orléans. La chasse aux points continue. Puis ce sera Anvers, Vienne et Bercy, avec une wild-card pour les deux derniers. En indoor, Tsonga a les armes pour faire du grabuge et se rapprocher le Top 30. En attendant il juge sa saison "pleine". "Je n'ai pas eu de blessure et je rentre dans tous les objectifs que je m'étais fixés", rappelle le protégé de Thierry Ascione.

Pour donner un peu plus de relief à cette année, il a peut-être simplement manqué une perf' dans un gros tournoi. Mais en Grand Chelem, à l'exception de l'US Open, sa seule vraie déception (il a été battu en cinq sets par Tennys Sandgren au 1er tour), il a surtout eu la malchance de trouver assez vite sur sa route des (très) gros clients : Djokovic à Melbourne, Nishikori à Paris et Nadal à Wimbledon. Voilà pourquoi un beau parcours à Bercy, dans le dernier Masters 1000 du calendrier, lui permettrait tout à la fois de capitaliser au classement, se faire plaisir devant son public et retrouver un premier rôle sur une grande scène.

Jo-Wilfried Tsonga

Jo-Wilfried TsongaGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0