La logique a été finalement respectée. Pas celle de l’historique des confrontations entre les deux hommes, mais de l’état de forme. Battu à sept reprises lors de ses neuf précédents matches contre Gilles Simon, Gaël Monfils a cette fois trouvé la solution. Jeudi soir, le 9e joueur mondial l’a emporté en deux sets (6-4, 6-1) et une heure et demie de jeu face à son compatriote en huitième de finale. D’abord très gêné par son adversaire, il a progressivement pris le dessus pour s’envoler dans la seconde manche. Pour une place en demi-finale, il affrontera le Britannique Daniel Evans.

Un score peut parfois être bien trompeur. Gilles Simon a beau n’avoir sauvé que cinq petits jeux jeudi soir, il a posé bien des problèmes à son ami Gaël Monfils. Ils n’avaient pourtant plus croisé le fer depuis près de trois ans, mais les deux Français ont rapidement retrouvé leurs schémas pour installer une bataille tactique dès le premier point riche de… 33 coups de raquette. Ce match aurait d’ailleurs parfaitement pu servir d’exemple dans le débat ambiant sur le coaching dans le tennis : bien préparé avant le match, Monfils a ainsi surmonter son petit complexe psychologique. Quant à Gilles Simon, il a montré à quel point il était encore capable de neutraliser son adversaire pour rendre cette affiche indécise, du moins dans le premier set.

ATP Hamburg
Encore sorti d'entrée, Monfils inquiète avant Roland
22/09/2020 À 11:34

Monfils - Simon : Le résumé

Simon a (bien) résisté avant de s'effondrer

Sur la lancée de son titre à Montpellier, "La Monf’" abordait ce rendez-vous, toujours particuliers entre Français, avec une bonne dose de confiance. De quoi transformer ce duel en formalité face à un adversaire redescendu au 57e rang mondial ? Il n’en a rien été. Dès son premier jeu de service qu’il s’est adjugé après plus de dix minutes de bataille, le Parisien a dû faire face aux balles cotonneuses d’un adversaire qui semblait toujours avoir un coup d’avance.

Incapable d’accélérer systématiquement dans ces conditions, Monfils a opté pour une stratégie claire : jouer en changements de rythme. Il a ainsi exécuté bon nombre de slices de revers courts croisés pour appâter Simon vers le filet, avant d’accélérer subitement. Et il en a rapidement récolté les fruits, puisque c’est bien lui qui a breaké le premier (3-1). Mais cette tactique, si étrangère à son plan de jeu habituel, n’a pas été facile à tenir. Parfois perturbé par le refus adverse de tomber dans son piège – Simon a quasi-systématiquement reculé en fond de court au lieu de s’exposer à la volée –, Monfils a clairement interrogé son clan, dubitatif et presque perdu. Et dès qu’il a perdu le fil, son adversaire le lui a fait payer, recollant au score dans la foulée (3-3).

Le travail de sape de Monfils a toutefois fini par payer. En remportant les trois derniers jeux du premier set, il a viré en tête après un peu moins d’une heure de bataille. Et Simon, qui avait bataillé plus de deux heures et demie la veille, n’a plus ses jambes de 20 ans et n’a pu tenir le rythme dans le second acte. Tête de série la plus haute toujours en lice, Monfils a désormais une sacrée carte à jouer pour défendre son titre. Il n’a en tout cas pas gaspillé d’énergie superflue jusqu’ici.

Masters Rome
Monfils passe au travers contre Koepfer
17/09/2020 À 20:59
Masters Rome
Monfils : "Il n’y a pas de raison que je ne brille pas à nouveau"
16/09/2020 À 22:19