AFP

Masters 2014 - Groupe B : Andy Murray se reprend et domine Milos Raonic (6-3, 7-5)

Entre Murray et Raonic, le moins laborieux était écossais

Le 11/11/2014 à 23:04Mis à jour Le 11/11/2014 à 23:57

Dominé initialement par Kei Nishikori, Andy Murray a battu Milos Raonic (6-3, 7-5) pour son deuxième match de poules du Masters. Pour se hisser en demi-finale, Roger Federer devra lui prendre au moins un set à Andy Murray jeudi. Tout reste à faire dans ce groupe B.

Malgré tout, le suspense pointe le bout de son nez à Londres. Pour la sixième fois en autant de rencontres, le vainqueur s’est imposé en deux sets après le succès d’Andy Murray ce mardi soir sur Milos Raonic (6-3, 7-5). Si le niveau tennistique de la rencontre n’a pas (du tout) atteint les sommets, la dernière journée dans le groupe B s’annonce palpitante car tout le monde peut encore se qualifier pour les demi-finales.

Poussé par son public, Murray a livré un match solide, sans plus. Bien aidé par un Milos Raonic privé de premières balles (37 % dans la manche initiale) et pas assez lucide, le Britannique n’a pas eu à forcer son talent pour remporter le premier set (6-3) en 37 minutes face à un adversaire toujours en quête du relâchement pour sa première apparition au Tournoi des Maîtres.

Raonic avait un compas dans l’oeil

L’affaire a semblé se simplifier davantage pour Murray lorsque Raonic s'est sabordé à 1-1 alors qu’il menait 40-0 sur son service. Mais dos au mur, le Canadien de 23 ans n’avait pas besoin de sortir des coups de génie puisque Murray s'est crispé alors qu’il était en position de force. Relancé, Raonic a retrouvé des couleurs. Un regain de confiance qui ne lui a pas été suffisant puisque le leader de la nation à la feuille d’érable s'est montré impatient (trois retours manqués consécutivement à 2-3) face à un adversaire bien loin de la zénitude. Il a manqué le coche à deux reprises sur les engagements de Murray, se précipitant sur ses frappes alors que le Britannique était à sa merci.

En bon tacticien, Murray a sauté sur l’occasion pour réussir son meilleur jeu du match à 5-5 et réaliser le break décisif. Le héros local a fait le job et c’est le plus important pour lui car une défaite aurait condamné ses espoirs de demi-finales. Il lui faudra désormais sortir un tout autre match jeudi contre un Roger Federer serein et inspiré depuis le début des hostilités.

(*GR : Games won ratio : ratio de jeux marqués)

0
0