Mahut et Herbert ont digéré. Finaliste malheureux avec son compère Pierre-Hugues Herbert au Masters de Londres dimanche, à moins d'une semaine de la finale de la Coupe Davis contre la Croatie, a "basculé naturellement" vers la seconde échéance parce qu'elle représente un "objectif tellement plus grand", a-t-il expliqué mardi à Marcq-en-Baroeul.
Digérer la déception "a été beaucoup plus facile que ce que je pensais", a confié Mahut en point-presse. "Forcément, avoir la finale de Coupe Davis, ça aide. C'est évident que si la finale du Masters avait été le dernier match de l'année, il aurait pu y avoir quelques jours difficiles, à se repasser le match sans cesse... Là, l'objectif est tellement plus important, tellement plus grand, qu'on bascule naturellement sans avoir besoin de faire des efforts", a-t-il expliqué.
Coupe Davis
Joueurs, parcours, confrontations, palmarès : ce qu'il faut savoir sur France-Croatie
21/11/2018 À 20:31

Entre récupération et adaptation, Mahut et Herbert font face à un vrai défi

Dimanche à Londres, Mahut et Herbert ont fini par plier face aux Américains Mike Bryan et Jack Sock (5-7, 6-1, 13-11), non sans avoir obtenu une balle de titre dans le super tie-break qui fait office de troisième manche. "C'est certain que si ça avait été le dernier match de la saison, ça aurait été différent, a abondé Herbert. Forcément, il y avait de la déception, on est passé à un point, c'est rageant, mais il y avait surtout énormément de positif. On est plus fier de nous et de ce qu'on a fait que déçu."
Arrivés dans le Nord de la France en provenance de la capitale britannique lundi, Mahut et Herbert ont effectué leur premier entraînement sur terre battue mardi après-midi, à la Ligue des Hauts-de-France implantée à Marcq-en-Baroeul, le court du stade Pierre-Mauroy n'étant livré que mercredi.
"La difficulté est dans le bon dosage entre les entraînements qu'on va devoir faire pour s'adapter à la surface et, en même temps, récupérer pour être le plus frais possible samedi", a pondéré Mahut. "On vient avec la confiance d'un Masters où on a réussi pour une fois à être performant, et l'inconvénient d'avoir peu de temps de préparation", a-t-il résumé.
https://i.eurosport.com/2018/11/18/2464673.jpg
Coupe Davis
Pouille, une dernière en "Davis" avant la quille ?
21/11/2018 À 14:10
Coupe Davis
"Epaule un peu rouillée" pour Tsonga mais "aucun problème"
20/11/2018 À 16:09