Tennis
Coupe Davis

"Il me faut un peu de temps pour réfléchir" : Mauresmo laisse planer le doute d'un départ

Partager avec
Copier
Partager cet article

Amélie Mauresmo

Crédit: Getty Images

ParAlexandre Coiquil
17/08/2018 à 18:38 | Mis à jour 17/08/2018 à 18:38
@Coik

COUPE DAVIS - Opposée au projet de réforme de la compétition, validé jeudi à Orlando, Amélie Mauresmo a fait savoir sa déception à travers un communiqué publié vendredi. La prochaine capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis a surtout jeté le flou quant à son avenir.

Et si les Bleus perdaient leur future capitaine ? Amélie Mauresmo, nommé capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis pour les saison 2019 et 2020 au mois de juin dernier en remplacement de Yannick Noah, a clairement remis en doute son avenir à travers un message posté sur son compte Twitter, vendredi après-midi.

Opposée à la réforme de l'épreuve, finalement validée jeudi à Orlando lors du congrès de la Fédération internationale de Tennis (ITF), l'ancienne joueuse a exprimé de forts regrets quant à l'adoption du projet mené par Kosmos qui va complètement redessiner le visage de la compétition à partir de 2019. "Je suis déçue, triste et même choquée de la décision de l'ITF", a fait savoir Mauresmo dans son communiqué.

Coupe Davis

"La Coupe Davis est morte" : la réforme provoque un tollé…

16/08/2018 À 21:03
Ils ont proposé une peine de mort à cette compétition

"Quand on vous dit qu'une chose va se terminer mais que vous n'y croyez pas et que le couperet tombe, il est bien difficile d'accepter la réalité...", a-t-elle ajouté. "Comment en sommes-nous arrivés-là ? Maintenant, il me faut un peu de temps pour tout mettre en perspective et réfléchir."

L'ancienne capitaine de l'équipe de Fed Cup avait déjà fait savoir son opposition à la réforme de la Coupe Davis en février dernier après l'annonce par l'ITF d'un accord avec Kosmos, la boite d'évènementiel fondée et co-dirigée par Gerard Piqué, le défenseur du FC Barcelone, afin de reconfigurer un rendez-vous en perte de vitesse. "Ce que je comprends, c'est que tout le monde demandait à l'ITF une évolution du format de la Coupe Davis et ils ont proposé une peine de mort à cette compétition. L'esprit de la compétition partira pour de bon (…)", avait-elle annoncé à l'époque.

Dans son message passé vendredi, Mauresmo a reconnu avoir cru à un retournement de situation. "J'étais persuadée (naïvement je l'admets) que le sport, la tradition ou encore l'âme de la Coupe Davis allaient prévaloir sur tout le reste. Et que nous allions attaquer 2019 comme d'habitude en février. Et que les jeune allaient encore pouvoir rêver de disputer cette compétition dans ce format formidable du "home and away" (domicile et extérieur) au meilleur des cinq sets." Mais elle aussi s'est trompée.

Coupe Davis

Qualifications, phase finale, format : tout comprendre de la nouvelle formule

16/08/2018 À 15:48
Coupe Davis

La Coupe Davis fera bien sa révolution

16/08/2018 À 14:19
Dans le même sujet
TennisCoupe DavisAmélie Mauresmo
Partager avec
Copier
Partager cet article