S'attendait-il à un week-end différent ? Roger Federer, tout nouveau retraité qu'il est, a passé trois jours forts en émotions lors de cette Laver Cup. Très forts même. Dès le vendredi, jour de son dernier match ATP "officiel", en double aux côtés de Rafael Nadal, il n'a pas pu retenir ses larmes face aux flots d'amour qui ont déferlé à son encontre partout autour de lui, de ses coéquipiers à ses adversaires en passant par le public londonien tout acquis à sa cause. Et le dimanche n'a rien épargné à la star du week-end, l'équipe Europe perdant sa première Laver Cup face au Reste du Monde face à des Nord-Américains littéralement déchaînés.
"Quel retour incroyable !", a reconnu sans mal le Suisse. Félicitations à la Team World... J'étais très confiant avant cette dernière journée, mais bien joué à Big Mac et au reste de l'équipe pour leur jeu fantastique, vous le méritez amplement."
Beau joueur, Federer ne peut que constater les dégâts. Mené 8-4 au début de la troisième et dernière journée, le Reste du Monde, mené par Felix Auger-Aliassime, Jack Sock et Frances Tiafoe, a remporté sa toute première Laver Cup en dominant l'Europe au final 13-8. Un "perfect" presque inespéré après trois victoires pour renverser la vapeur. "Mon équipe a été fantastique, j'ai aimé chaque minute", a assuré le Suisse, avant de glisser : "Cc'était super, très émouvant par moments... J'espère que je n'ai pas fait perdre l'équipe..."
Laver Cup
Murray sur la retraite de Federer : "Je ne mérite pas des adieux comme ça"
29/09/2022 À 11:20
Je n'ai pas eu à les remotiver...
Si certains pensaient que la Team World était venue pour faire de la figuration pour la dernière du Maestro, ils ont vite vu qu'il n'en serait rien. De la perte de "Fedal" en double le vendredi, au dimanche renversant, l'équipe de John McEnroe a fait plus que secouer le cocotier européen : il l'a carrément découpé, sacrant la Team Monde pour la première fois en cinq éditions. Et douchant quelque peu les adieux de Federer.
Malgré la présence du Big Four, en plus de Stefanos Tsitsipas, Matteo Berrettini et Cameron Norrie, l'Europe n'a pas réussi à offrir une sortie victorieuse à la légende suisse. Mais n'allez pas penser qu'il y ait quelques aigreurs : "Cela a été un magnifique moment, je ne pourrais pas assez vous remercier", a conclu le Suisse.
"Je n'ai pas eu à les remotiver après samedi, a déclaré John McEnroe, capitaine de l'équipe Monde aux anges. On devait gagner 3 des 4 derniers matches, on savait qu'on pouvait le faire, on avait une grande confiance". McEnroe, qui avait vécu les 4 défaites précédentes, a même esquissé quelques pas de danse pour fêter cela.
"Incroyable serait un euphémisme", a-t-il aussi lâché au micro. "Cela fait longtemps qu'on attend ça, on a été parfois corrigés mais à d'autres occasions on a été si près qu'on en sentait le goût... C'est un groupe de jeunes gars extraordinaires, on a continué de se battre, on était en difficulté, mais les supporters ont été absolument géniaux".
De son côté Björn Borg, capitaine de l'équipe d'en face, n'a pu que reconnaître la défaite : "Félicitations à eux ! Super tennis, super matches... Cette année, ils étaient trop forts pour nous. Nous avons eu une bonne semaine, je ne peux être que fier de cette équipe, nous étions très près de réussir, nous avons donné 100% mais ce n'était pas assez cette fois-ci."
Après ce week-end spécial fort en émotions, et au-delà du résultat final, Federer a eu ce qu'il était venu chercher : une sortie en grandes pompes autour de ceux qui ont compté pour lui. Il a même déjà donné rendez-vous l'année prochaine à Vancouver, lieu de la prochaine édition de la Laver Cup. Dans quel rôle ? Lui seul le sait.

Federer : "Je ne serai pas un fantôme"

Laver Cup
"La Laver Cup, c'est une belle exhibition qui comble un vide"
27/09/2022 À 15:12
Laver Cup
Son succès ne se dément pas, mais la Laver Cup arrive à la croisée des chemins
26/09/2022 À 17:16