Getty Images

Nadal : "Toutes ces blessures qui ont jalonné ma carrière sont dures à accepter"

Nadal : "Toutes ces blessures qui ont jalonné ma carrière sont dures à accepter"

Le 16/03/2019 à 21:14Mis à jour Le 16/03/2019 à 22:07

INDIAN WELLS – Rafael Nadal s’est présenté samedi en conférence de presse pour annoncer son forfait en demi-finale du tournoi californien et en expliquer les raisons. Défait et frustré, le Majorquin, handicapé par son genou droit, a évoqué une certaine lassitude même s’il compte bien rebondir lors de la saison sur terre battue qui se profile.

Une fois de plus, Rafael Nadal a été lâché par son corps. Le Majorquin, qui avait dû arrêter sa saison 2018 après son abandon en demi-finale de l’US Open, a été contraint pour la première fois en 2019 au forfait, et ce après seulement trois tournois disputés sur dur (Open d’Australie, Acapulco et Indian Wells). Touché au genou droit vendredi lors de son quart de finale contre Karen Khachanov (7-6, 7-6) en Californie, il a donc annoncé son retrait pour le rendez-vous de gala qui l’attendait face à son vieux rival Roger Federer, la mort dans l’âme.

"J’ai voulu tout tenter pour être prêt à jouer aujourd’hui. Mais j’ai senti que mon genou n’était pas dans un état assez bon pour évoluer au niveau requis pour une demi-finale", a-t-il d’abord indiqué factuellement. Le numéro 2 mondial a en effet tenté de s’échauffer pendant un quart d’heure dans la matinée mais a vite compris qu’il serait limité dans ses déplacements, éprouvant de grandes difficultés à prendre appui sur sa jambe droite.

Vidéo - Comment Nadal a surmonté la douleur pour se débarrasser de Khachanov

03:19
" Je suis triste et désavantagé par rapport à mes rivaux"

"Ces blessures sont des choses que je ne peux pas contrôler. Je dois accepter la situation. Mais pour moi, il ne s’agit pas seulement d’une déception d’un jour. C’est dur de devoir me retirer d’un tournoi que j’aime autant, et en plus au stade des demi-finales après avoir bien joué depuis le début. Vous pouvez imaginer que je ne suis pas heureux. C’est dur et très frustrant pour moi", a confié le Majorquin n’hésitant pas à se livrer comme rarement.

Et Nadal de préciser sa pensée, fataliste, accusant clairement le coup après ce nouveau pépin physique. "Toutes ces blessures qui ont jalonné ma carrière sont dures à accepter. Parfois, je me sens triste parce que je suis désavantagé par rapport à mes rivaux dans ce domaine." En prononçant ses mots, l’Espagnol a certainement pensé à son meilleur ennemi Roger Federer, qualifié sans jouer pour la finale et plutôt épargné par les blessures durant sa carrière, ce qui lui permet d'évoluer encore à un excellent niveau à 37 ans. Mais la comparaison s’arrête là, tant les styles de jeu des deux hommes diffèrent, ainsi que la manière dont ils sollicitent leur corps.

Vidéo - Nadal : "Je n'ai pas de doute pour Monte-Carlo"

02:05

La terre battue comme consolation

L’esprit de compétition du numéro 2 mondial a cependant rapidement repris le dessus. Et son regard est désormais fixé vers sa surface de prédilection. "Maintenant, je vais rentrer chez moi, et essayer de faire une transition douce sur terre battue. Ce n’est pas le moment de trop se plaindre. Malgré tout, je suis toujours là aujourd’hui. Je me sens compétitif quand je suis à 100 % physiquement, et mon objectif est de l’être autant de semaines que possible dans la saison. Je n’ai aucun doute aujourd’hui sur le fait que je serai prêt pour Monte-Carlo", a-t-il insisté.

Si le Majorquin souffre effectivement de son genou droit, il pense aussi au reste de sa saison. Même s'il a confirmé qu'il rejouerait sur dur, il sait qu’il prend le risque d’aggraver sa blessure s’il continue à y évoluer à court terme. Nadal a donc choisi de faire l’impasse sur Miami, où se joue à partir de la semaine prochaine le deuxième Masters 1000 de la saison. Il n’avait de toute façon aucun point à y défendre : en 2018, il avait été aussi contraint au forfait.

Le 14 avril, le Taureau de Manacor compte bien être en pleine possession de ses moyens pour entamer sa campagne vers un 12e titre sur le Rocher. Avant d’enchaîner à Barcelone, Madrid, Rome puis Roland-Garros comme d’habitude. "Cela a toujours été mon calendrier, j’espère pouvoir être capable de jouer tous ces tournois une fois de plus." Histoire d’être fidèle à sa réputation d’ogre de l’ocre.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0