Eurosport

Enfin !

Enfin !
Par Eurosport

Le 16/05/2010 à 00:39Mis à jour

Il y a un an, Roger Federer battait Rafael Nadal en finale du Masters 1000 de Madrid. Le début des problèmes pour l'Espagnol. Un marchepied vers un début d'été historique pour le Suisse. Depuis, les deux grands champions n'avaient plus eu l'occasion de se croiser. Une anomalie réparée dimanche.

Jamais, depuis cinq ans, ils n'étaient restés aussi longtemps sans se croiser. Une année pleine sans ce parfum si spécial de leurs confrontations, ça fait long. Pour nous. Pour eux aussi. Oui, Roger Federer et Rafael Nadal sont contents de se retrouver. Même endroit même heure qu'il y a un an. C'était à Madrid, déjà. En finale, déjà. Depuis, il a coulé beaucoup d'eau. Federer est entré dans l'histoire de façon définitive en portant son total de victoires en Grand Chelem à 16 unités. Le compteur de Nadal est resté bloqué à 6. Dimanche, c'est peut-être un nouveau chapitre qui va s'ouvrir.

Qualifié quelques heures après son éternel rival, le Suisse n'a pu éviter le sujet, évidemment. La plupart des questions posées par les journalistes ont moins porté sur son match gagné face à David Ferrer que sur lui à venir face à Nadal. Loin de s'en agacer, Federer a joué le jeu avec plaisir. "Après l'avoir joué ici l'an dernier, on aurait pu imaginer qu'on se rencontre à Roland-Garros, à Wimbledon et l'été aux Etats-Unis, remarque-t-il. Mais en fin de compte ce n'est jamais arrivé, il y avait toujours quelqu'un pour manquer le rendez-vous. C'est excitant pour nous et tout le monde qu'on puisse se retrouver".

Nadal: "C'est Roger le favori"

D'autant plus excitant que les enjeux ne manquent pas. Pour l'un comme pour l'autre. Nadal peut battre le record de victoires dans les Masters 1000. Avec un 18e titre, le majorquin effacerait des tablettes Andre Agassi, alors qu'il n'a pas encore 24 ans. Quant à Federer, en cas de victoire, il rejoindrait Nadal et Agassi avec 17 succès. Accessoirement (ou pas), il ne perdait pas le moindre point au classement, puisqu'il est tenant du titre à Madrid. Le Bâlois ferait ainsi un grand pas vers le record absolu de longévité à la première place mondiale. Il a dans le viseur les 286 semaines de Pete Sampras, qu'il dépassera le 7 juin, au lendemain de Roland-Garros, s'il échappe à une catastrophe porte d'Auteuil.

Mais avant tout, il s'agira bel et bien pour les deux champions de marquer leur territoire à une semaine du rendez-vous parisien. Nadal a l'occasion d'affirmer plus que jamais sa suprématie sur la surface ocre en alignant une 15e victoire en 15 matches dans sa campagne terrienne. Le Majorquin a estimé samedi que Federer était favori de ce match. Parce qu'il est tenant du titre, parce qu'il est numéro un mondial et parce que les caractéristiques du tournoi castillan lui sont favorables. "Ici, en altitude, c'est Roger le favori, juge donc Nadal. Car les conditions plus rapides lui conviennent à merveille et lui permettent de s'offrir beaucoup de points gratuits avec son service et son coup droit."

Federer a besoin de certitudes

Il n'est pas obligatoire de partager son avis. Certes, Madrid est un des tournois sur terre où Federer a le plus de chances de rivaliser avec Nadal. Mais, en dépit des gros progrès effectués cette semaine par le Suisse, il possède pour l'instant beaucoup moins de repères que son adversaire en ce printemps 2010. Son jeu se remet en place, mais il lui faudra monter encore de deux ou trois crans dimanche pour conserver son titre. Ce match vient peut-être un peu tôt pour le magicien helvète. La théorie nadalienne le laisse d'ailleurs sceptique. "Je suis le favori de la finale dit Rafa? Mouais, on verra demain. On a tous les deux notre chance, peu importe la surface. Il joue bien sur terre battue, j'ai retrouvé ma forme, on va dire que c'est une finale indécise."

Il existe trois cas de figure possible dimanche. Si Federer l'emporte, il n'arrivera pas seulement à Roland-Garros en tant que tenant du titre, mais aussi avec un vrai statut de favori légitime. Après trois mois d'errance suite à son titre à Melbourne, "Rodgeur" sera à nouveau l'incontournable patron. D'autant que, cette fois, Nadal ne pourra invoquer la fatigue. L'an dernier, il était arrivé en finale sur les rotules après un combat épique la veille contre Djokovic. Le deuxième scénario déboucherait sur une victoire de Nadal mais au terme d'un match accroché. L'Espagnol confirmerait sa supériorité actuelle sur terre, mais le Suisse sortirait néanmoins sur une pente très ascendante avant de se rendre à Paris. Tout le monde aurait des motifs de satisfaction. Reste la solution "punitive". Une victoire en forme de boucherie de Nadal, du style de celle de Roland-Garros 2008. Le scénario le plus douloureux pour Federer qui, à l'évidence, a davantage besoin de certitudes que son rival. Ce duel, plus encore que les précédents, pose beaucoup de questions. Il nous tarde d'avoir des réponses.

LES CONFRONTATIONS FEDERER-NADAL: 7-13

2009 - Madrid (terre battue) - Finale: Federer 6-4, 6-4
2009 - Open d'Australie (dur) - Finale: Nadal 7-5, 3-6, 7-6, 3-6, 6-2
2008 - Wimbledon (gazon) - Finale: Nadal 6-4, 6-4, 6-7, 6-7, 9-7
2008 - Roland-Garros (terre battue) - Finale: Nadal 6-1, 6-3, 6-0
2008 - Hambourg (terre battue) - Finale: Nadal 7-5, 6-7, 6-3
2008 - Monte Carlo (terre battue) - Finale: Nadal 7-5, 7-5
2007 - Masters (dur) - 1/2 finale: Federer 6-4, 6-1
2007 - Wimbledon (gazon) - Finale: Federer 7-6, 4-6, 7-6, 2-6, 6-2
2007 - Roland-Garros (terre battue) - Finale: Nadal 6-3, 4-6, 6-3, 6-4
2007 - Hambourg (terre battue) - Finale: Federer 2-6, 6-2, 6-0
2007 - Monte Carlo (terre battue) - Finale: Nadal 6-4, 6-4
2006 - Masters (dur) - Demi-finale: Federer 6-4, 7-5
2006 - Wimbledon (gazon) - Finale: Federer 6-0, 7-6, 6-7, 6-3
2006 - Roland-Garros (terre battue) - Finale: Nadal 1-6, 6-1, 6-4, 7-6
2006 - Rome (terre battue) - Finale: Nadal 6-7, 7-6, 6-4, 2-6, 7-6
2006 - Monte Carlo (terre battue) - Finale: Nadal 6-2, 6-7, 6-3, 7-6
2006 - Dubaï (dur) - Finale: Nadal 2-6, 6-4, 6-4
2005 - Roland-Garros (terre battue) - 1/2 finale: Nadal 6-3, 4-6, 6-4, 6-3
2005 - Miami (dur) - Finale: Federer 2-6, 6-7, 7-6, 6-3, 6-1
2004 - Miami (dur) - 1/16 finale: Nadal 6-3, 6-3

0
0