Getty Images

Nadal : "La solution contre Tsitsipas, je la connais"

Nadal : "La solution contre Tsitsipas, je la connais"

Le 18/05/2019 à 00:41Mis à jour Le 18/05/2019 à 12:21

MASTERS 1000 ROME - Sept jours après leur belle bataille madrilène, Rafael Nadal et Stefanos Tsitsipas ont encore rendez-vous samedi dans la capitale italienne pour une nouvelle demi-finale que l’on espère explosive. Battu devant son public, le numéro 2 mondial espère prendre sa revanche, lui qui a enchaîné les démonstrations de force avant le dernier carré cette semaine.

Rafael Nadal n’a pas attendu longtemps avant d’avoir droit à une revanche. Défait à la stupeur générale devant son public de la Caja Magica de Madrid par un Stefanos Tsitsipas survolté, le Majorquin le retrouve donc dès le tournoi suivant au même stade, celui des demi-finales. Et il compte bien ramener à la raison un adversaire qu’il avait dominé largement lors de leurs trois premiers duels, avant cette fameuse soirée madrilène.

La semaine romaine du numéro 2 mondial semble en tout cas valider la thèse d’une progression constante. Contraint à disputer trois matches en deux jours, il ne s’est pas attardé sur le court, ne concédant que six minuscules jeux et infligeant trois bulles à ses trois adversaires : 6-0, 6-1 à Jérémy Chardy, 6-1, 6-0 à Nikoloz Basilashvili et 6-4, 6-0 à Fernando Verdasco. En tout, Nadal n’a donc passé que 3h48 sur la terre battue italienne, montrant qu’il n’avait rien perdu de sa faculté à essorer ceux qui se dressent sur sa route.

Vidéo - Moins fort ? Plus lent ? Le cas Nadal divise

04:56

Le retour du rouleau compresseur

Mais lors de son quart de finale, tout n’a pas été parfait. Le joueur de Manacor a même souffert comme il en a lui-même convenu. "Je ne jouais pas mal du tout au début, mais Fernando évoluait à un niveau incroyable : aucune erreur, beaucoup de coups gagnants en prenant la balle tôt. C’était un premier set très difficile. A 4 jeux partout, réussir à tenir mon service alors que j’étais mené 0-40, ça a été la clé. Je savais que j’avais de bonnes chances de le breaker sur le jeu suivant, avec le vent dans le dos", a-t-il estimé.

Nadal n’a pourtant pas douté longtemps et il a aligné huit jeux d’affilée dans la foulée pour sceller l’affaire. Alors le "Taureau de Manacor" est-il redevenu dans l’arène du Foro Italico ce rouleau compresseur imperturbable et inoxydable ? Une chose est sûre, il accumule de la confiance et y voit un bon signe. "J’ai eu de bonnes sensations pendant tout le match. Fernando a évidemment baissé d’intensité dans le second parce qu’il était fatigué après sa longue journée sur le court hier (jeudi). Mais j’ai été capable de jouer avec un peu plus d’agressivité en coup droit. J’ai fait beaucoup de bonnes choses cet après-midi."

Vidéo - Verdasco a bousculé Nadal pendant un set avant de craquer : les temps forts

02:59

La même tactique que contre Federer ?

Surtout, le Majorquin peut désormais enchaîner, alors qu’il affichait une certain fatalisme il n’y a pas si longtemps, touché par l’accumulation des blessures. "Je suis sur une série de cinq demi-finales lors de mes cinq derniers tournois. Sur la première, je n’ai pas eu l’opportunité de jouer à Indian Wells, et j’ai perdu les trois suivantes à Monte-Carlo, Barcelone et Madrid. Mais y parvenir tout le temps, c’est une bonne nouvelle." Une manière de dire qu’à force d’essayer, il devrait finir par franchir cet écueil. Et difficile de trouver meilleure source de motivation que de reprendre les armes face à son bourreau de la semaine passée, Stefanos Tsitsipas.

S’il a avoué regretter de ne pas retrouver son vieux rival Roger Federer dans le dernier carré, Nadal sait que le jeu du jeune Grec se rapproche, dans bien des domaines, de celui du Suisse : le tempérament offensif du garçon et son revers à une main en attestent notamment. Il a donc une petite idée derrière la tête avant ce nouveau duel qui promet. "Je sais ce qui est arrivé la dernière fois contre Tsitsipas. La solution contre lui, je la connais. Mais l’appliquer en match, ce n’est pas facile. La théorie est toujours aisée, mais dans la pratique, c’est beaucoup plus difficile. Je vais essayer de faire mieux demain (samedi)", a-t-il confié.

Vidéo - Celle-là, Tsitsipas s'en souviendra : les temps forts de sa victoire contre Nadal

02:53

Des conditions plus lentes à Rome

Il y a donc de fortes chances que le Majorquin se livre à un matraquage en règle du revers adverse avec son coup droit qu'il espère plus percutant. Une stratégie peut-être plus payante qu’à Madrid dans la mesure où la balle circule beaucoup moins vite dans l’air à Rome, au niveau de la mer (sans altitude). Dans des conditions donc plus lentes mais sèches - si le soleil est au rendez-vous - le lift de Nadal pourrait bien faire de gros dégâts. Mais jouer des balles à hauteur d’épaule n’effraie pas Tsitsipas, qui avait remarquablement bien tenu le choc dans la Caja Magica.

Le Grec a de la ressource et du talent, le numéro 2 mondial le sait. "Stefanos est un très bon joueur. En début de chaque saison, on fait des prédictions en équipe à propos du joueur qui va être dans le top 10. Je l'ai mis dans cette liste dès le début. Je n'ai pas dit cela car je suis un génie. Je l'ai désigné comme un évident candidat où il se trouve. Il a même mieux débuté la saison que je ne l'imaginais. Il mérite complètement sa place." Grâce au forfait de Federer vendredi, Tsitsipas aborde d’ailleurs cette demi-finale avec la fraîcheur nécessaire pour réaliser un nouvel exploit. Mais en une semaine, Nadal a haussé le ton et la musique pourrait bien être différente.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0