Le pourquoi du comment

Plus complet. Plus fort physiquement. Plus fort tactiquement. Daniil Medvedev a survolé sa demi-finale contre Stefanos Tsitsipas dont tout le monde attendait beaucoup. Mais la différence entre les deux joueurs était trop importante vendredi pour offrir une bataille durable. Certes, le Grec avait laissé de la gomme dans sa victoire en cinq sets contre Rafael Nadal au tour précédent, mais au-delà de ce facteur très conjoncturel, la supériorité du joueur russe était telle qu'il serait aussi injuste qu'erroné de chercher là la cause principale de ce match à sens unique.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Medvedev a rendu une copie presque parfaite. Avec une qualité de service exceptionnelle et une domination presque totale à l'échange dès que celui-ci a dépassé les quatre coups de raquette, la tête de série numéro 4 a effectué un cavalier seul jusqu'à mener 6-4, 6-2, 3-1 et balle de double break. Là, la machine s'est déréglée. Medvedev a connu un moment de flottement et cette promenade tranquille a changé d'âme. Mais il s'en est sorti en trois sets et, finalement, c'est encore mieux pour lui de sortir de cette rencontre en ayant surmonté cette (petite) peur.
En étouffant la révolte, en maitrisant ses propres émotions. Daniil Medvedev a confirmé que sa confiance était telle en ce moment qu'elle lui permet de ne pas paniquer quand le scénario se grippe. Il est facile d'être autoritaire quand tout roule, il est plus fort encore de l'être quand le contrôle de la situation a tendance à vous échapper. Le scénario du dernier acte le conforte encore davantage que s’il avait fini ce 3e set à 6-2. En étrillant Rublev puis Tsitsipas, le Russe a montré que, dans la "jeune" génération, au sens large, il y avait en ce moment lui et les autres. En toute logique, c'est maintenant à lui de se frotter à la référence suprême, titre en jeu.

46 coups gagnants pour une perf' XXL : Medvedev a surclassé Tsitsipas

La fiche

STATSMEDVEDEVTSITSIPAS
Points gagnés10677
Aces173
Doubles fautes23
Pourcentage 1re balle69%68%
Réussite 1re balle88%61%
Réussite 2e balle46%42%
Coups gagnants4619
Fautes directes2130

Le moment-clé

Cette demi-finale aurait donc pu devenir plus complexe. En sauvant deux balles de double break avant de débreaker, Stefanos Tsitsipas avait relancé le 3e set. Il est même ensuite passé à deux petits points de relancer pour de bon le match. A 5-4 en sa faveur, le Grec a mené 0-30 sur le service de Medvedev. C'est là que le vainqueur du dernier Masters a été superbe, alors que la tension était grande. Trois grosses premières balles et une énorme seconde, frappée comme une première. En une poignée de secondes, il avait éteint l'incendie. Dans la foulée, il allait signer le break décisif. La marque des grands.

Le point du match

Peut-être même de la quinzaine, compte tenu de son importance. A 5-5 dans le 3e set, Daniil Medvedev obtient trois balles de break. Tsitsipas sauve la première, mais sur la seconde, le Russe sort un invraisemblable passing de revers long de ligne en bout de course, avant de chambrer un tout petit peu un public qui n'était pas vraiment acquis à sa cause.

Le coup du tournoi signé Medvedev : Un passing de mutant pour le break décisif

La stat : + 25

Statistiquement, Daniil Medvedev a dominé dans absolument tous les secteurs. Mais la donnée chiffrée la plus sidérante, celle qui témoigne de la qualité exceptionnelle de sa performance, tient dans le différentiel entre les coups gagnants et les fautes directes : 46 coups gagnants, 21 fautes directes. Presque parfait, on vous dit. A l'inverse, Stefanos Tsitsipas a terminé cette demi-finale avec 19 coups gagnants pour 30 fautes.

Daniil Medvedev et Stefanos Tsitsipas après leur demi-finale à l'Open d'Australie le 19 février 2021.

Crédit: Getty Images

La décla

Daniil Medvedev : "Ça n'a pas été facile, mais je suis content d'avoir réussi à me reprendre, en particulier à quelques moments tendus sur mon service, et je suis très content d'être en finale et de m'en être sorti en trois sets. J'ai eu un peu peur et je me suis un peu tendu parce que c'est une demi-finale de Grand Chelem, et pour nous, ce n'est pas la 50e comme pour Novak ou Roger !"

Medvedev : "J'ai eu un peu peur au 3e set"

La question : Djokovic – Medvedev, et si le favori n’était pas celui qu’on croit ?

Novak Djokovic avait confié jeudi qu'il s'installerait tranquillement devant sa télé avec du popcorn pour regarder la demi-finale accouchant du nom de son adversaire en finale. Nous ne sommes pas dans sa tête, mais il est quand même probable que le numéro un mondial aurait préféré affronter Stefanos Tsitsipas que Daniil Medvedev. Pour tout ce qu'il est dans l'absolu, et plus encore ce qu'il est ces derniers temps, le Moscovite est sans aucun doute le rival le plus complexe possible pour le Djoker dimanche.
Bien sûr, l'inverse est au moins aussi vrai. Djokovic reste la référence, ici comme ailleurs, mais ici encore plus qu'ailleurs. Il y a presque un crime de lèse-majesté à poser cette question. Le Serbe n'a jamais perdu un match à Melbourne après les quarts de finale et il visera dimanche un 9e titre à l'Open d'Australie, pour étoffer un record qu'il possède déjà en solitaire. Il va jouer sa 28e finale majeure, Medvedev sa 2e.
Au fond, poser cette question, ce n'est pas tant une offense envers "Nole" qu'un acte de confiance envers Medvedev. La tâche qui attend le protégé de Gilles Cervara est d'une complexité monumentale et s'il devait s'imposer dimanche, il n'y aurait pas de meilleure entrée possible sur la forme dans le cercle des vainqueurs en Grand Chelem. C'est en tout cas l'affiche idéale pour assister à un vrai, grand et beau combat. Tout autre scénario qu'une baston dantesque nous décevrait.

Daniil Medvedev

Crédit: Getty Images

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59