Le contexte

Ne nous racontons pas d’histoires : autant la première demi-finale messieurs de cet Open d'Australie apparaissait déséquilibrée (et l'a été), autant on serait étonné si celle-ci était à sens unique. Des années de rivalité au sommet du tennis mondial attendent peut-être Daniil Medvedev et Stefanos Tsitsipas, qui cumulent mine de rien pas mal d'expérience dans les derniers tours de Grand Chelem. Bien installés dans le Top 10 mondial – le Top 5 même pour le Russe et le Grec en est tout près –, ils apparaissent de plus en plus prêts à prendre la relève du "Big 3" à respectivement 24 et 22 ans.
Open d'Australie
Monfils à l'aveugle, Kyrgios showman, Medvedev en feu : Le Top 10 des plus beaux points
24/02/2021 À 17:44
Favori de son quart de tableau, Medvedev n'a pas déçu, lui qui en est désormais à 19 victoires consécutives sur le circuit depuis son doublé Bercy-Masters en fin de saison 2020. Le Russe s'est bien fait quelques sueurs froides au 3e tour contre Filip Krajinovic, mais pour le reste, ce fut un long fleuve tranquille, y compris en quart face à son compatriote Andrey Rublev qui semblait pourtant armé pour lui poser quelques problèmes. Seule une alerte à la cuisse en fin de match l'a d’ailleurs légèrement préoccupé. Pour la troisième fois de sa carrière (après les US Open 2019 et 2020), il est donc au rendez-vous du dernier carré d’un Majeur.
Une statistique partagée par Tsitsipas – même si lui n'a jamais atteint une finale, contrairement au Russe à Flushing il y a un an et demi – qui enchaîne d’ailleurs à ce niveau puisqu’il y était parvenu à l’automne à Roland-Garros. Et si Novak Djokovic lui avait alors barré la route en 5 sets, il arrive cette fois avec le plein de confiance, après avoir réussi une "remontada" impressionnante contre un autre monstre du circuit, Rafael Nadal. Un exploit exceptionnel – seul Fabio Fognini y était parvenu en Grand Chelem à l’US Open 2015 – qui pourrait faire office de déclic psychologique et le convaincre que son heure est arrivée. Entre la flamboyance de son tennis et la régularité diabolique de Medvedev, l’opposition de styles s’annonce passionnante.

Escudé : "Parcours, jeu, confrontations directes… Medvedev est un cran devant Tsitsipas"

Face-à-face

Outre son état de confiance actuel, Medvedev aborde ce rendez-vous avec un avantage de poids : il a remporté 5 des 6 duels entre les deux hommes sur le circuit. Il s’est même imposé face à Tsitsipas sur la terre battue de Monte-Carlo voici presque deux ans (6-2, 1-6, 6-4), pourtant pas sa surface de prédilection.
Il n'y a eu qu'un précédent entre le Russe et le Grec en Grand Chelem, c’était au 2e tour de l’US Open 2018 sur dur. Là encore, le premier avait battu le second en quatre sets (6-4, 6-3, 4-6, 6-3).
Tsitsipas peut néanmoins se raccrocher au fait qu’il a gagné le dernier match qui les a opposés en poules au Masters de Londres 2019 (7-6, 6-4). Il avait d’ailleurs remporté le tournoi dans la foulée.

Daniil Medvedev mène 6-1 dans ses confrontations directes avec Stefanos Tsitsipas

Crédit: Getty Images

Leurs parcours

Daniil Medvedev
1er tour : bat Vasek Pospisil [CAN] (6-2, 6-2, 6-4)
2e tour : bat Roberto Carballes Baena [ESP] (6-2, 7-5, 6-1)
3e tour : bat Filip Krajinovic [SER/N.28] (6-3, 6-3, 4-6, 3-6, 6-0)
1/8e de finale : bat Mackenzie McDonald [EU] (6-4, 6-2, 6-3)
1/4 de finale : bat Andrey Rublev [RUS/N.7] (7-5, 6-3, 6-2)
Stefanos Tsitsipas
1er tour : bat Gilles Simon [FRA] (6-1, 6-2, 6-1)
2e tour : bat Thanasi Kokkinakis [AUS/WC] (6-7[5], 6-4, 6-1, 6-7[5], 6-4)
3e tour : bat Mikael Ymer [SUE] (6-4, 6-1, 6-1)
1/8e de finale : bat Matteo Berrettini [ITA/N.9] sur forfait
1/4 de finale : bat Rafael Nadal [ESP/N.2] (3-6, 2-6, 7-6[4], 6-4, 7-5)

Ils ont dit

Daniil Medvedev : "Stefanos est un joueur fantastique, avec un gros service, une super volée. Je pense qu’il s’améliore en plus physiquement parce qu’il y a deux ans, on pouvait peut-être se dire que jouer au meilleur des 5 sets contre lui, ce n’était pas si mal. Ce n’est plus le cas maintenant."
Stefanos Tsitsipas : "L’année dernière au Masters, j’avais fait un bon match contre Medvedev. Il est en très grande forme, il joue du bon tennis, simple, précis. J’ai peut-être dit par le passé que je trouvais son jeu ennuyeux, mais je ne le pense pas vraiment. Il joue juste d’une manière extrêmement intelligente pour vous dominer."

Trois stats à avoir en tête

22. A 22 ans (et 193 jours), Stefanos Tsitsipas peut donner un petit coup de jeune au Grand Chelem. S'il parvient à s'imposer en demi-finale contre Medvedev, le Grec deviendra le plus jeune finaliste de Grand Chelem chez les hommes depuis plus d'une décennie. Il faut en effet remonter à l'US Open 2009 et Juan Martin Del Potro pour trouver trace d'un joueur plus jeune dans une finale majeure. L'Argentin avait alors 20 ans et 355 jours.
25. S'il bat Stefanos Tsitsipas vendredi, Daniil Medvedev signera sa 20e victoire consécutive. Il deviendrait alors le 25e joueur dans l'ère Open à atteindre le seuil des vingt succès de rang sur le circuit. Parmi les joueurs en activité, seuls cinq ont déjà accompli cette performance au moins une fois dans leur carrière : Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic, Andy Murray et Juan Martin Del Potro.
56. Un élément que Stefanos Tsitsipas devra bien avoir en tête : non seulement Daniil Medvedev est le joueur qui obtient le plus de balles de break par match dans cette quinzaine, mais il est aussi d'un redoutable opportunisme puisqu'il a converti lors de ses cinq premiers matches plus d'une balle de break sur deux. 30 sur 53 exactement, soit 56,7% de réussite.

Stefanos Tsitsipas

Crédit: Getty Images

Notre avis

Une demi-finale entre deux des plus beaux fleurons de la jeune génération, voilà qui se savoure. Avec, en prime, une opposition de styles qui fait très envie. Chacun peut s'appuyer sur des éléments tangibles pour croire en ses chances. Stefanos Tsistipas sort de la plus grande victoire de sa carrière après avoir surmonté un retard de deux sets contre Rafael Nadal. Mais Daniil Medvedev, lui, est en pleine bourre. La vague qui l'avait porté fin 2020 en indoor à Bercy puis à Londres l'a suivi jusqu'en Australie.
Si le jeu de Medvedev est atypique, il est surtout extraordinairement complet. Grand serveur, il a gagné énormément de points gratuits grâce à sa première balle dans cette quinzaine. Grand relanceur aussi et véritable mur du fond du court, même si son coup droit peut parfois dérailler, il a même progressé dans son jeu vers l'avant. Surtout, il est porté par cette confiance et les certitudes qui sont les siennes en ce moment. Quand il est bien dans son tennis et bien dans ses baskets, le grand Daniil devient presque aussi pénible à jouer qu'un Djokovic.
Leurs précédentes confrontations ont aussi montré que Tsitsipas n'aimait pas beaucoup son jeu. Même s'il a remporté leur dernier duel en date, qui remonte tout de même au Masters 2019. Mais le Moscovite du sud de la France était au bout du rouleau mentalement et physiquement après son été et son début d'automne épiques. Le Grec devra être capable de beaucoup varier le jeu, notamment côté revers. Il lui faudra aussi débuter beaucoup mieux qu'il ne l'a fait contre Nadal. S'il laisse Medvedev prendre les devants, sa tâche pourrait devenir insurmontable après ses quatre heures de lutte face au Majorquin mardi. Il a des armes, incontestablement, et peut même devenir irrésistible quand la machine se met en route. Mais malgré son exploit contre Nadal, il n'a pas encore forcément fait le plus dur dans ce bas de tableau. L’enchainement risque d’être coton.
Pronostic : Daniil Medvedev en quatre sets

Medvedev: "19 victoires de suite, c'est bien, j'espère en ajouter deux autres, les plus importantes"

Open d'Australie
Fognini cloué, Tsitsipas débordé, Djere dépité : Le Top 5 des plus beaux points de Nadal à Melbourne
24/02/2021 À 17:22
Open d'Australie
Osaka puissante et clinique : Le Top 5 de ses plus beaux points à Melbourne
24/02/2021 À 16:59