Peu de choses les rapprochent a priori. L’un est discret, l’autre extraverti pour ne pas dire provocateur. L’un progresse méthodiquement avec un sérieux de tous les instants, l’autre ne cesse de faire le grand écart entre performances retentissantes et matches balancés au gré de ses humeurs et de son envie de jouer. L’un est gaucher, l’autre droitier. Mais une caractéristique réunit Ugo Humbert et Nick Kyrgios : le goût pour l’offensive. Et sur les courts de Melbourne, 20% plus rapides que l’an passé à en croire les analystes, leur tennis devrait pouvoir s’exprimer à merveille mercredi lors de ce face-à-face du 2e tour prévu sur la John Cain Arena en night session.
L’Open d'Australie est diffusé sur Eurosport. Profitez d’une offre exceptionnelle : abonnez-vous pour seulement 0,99 euros pendant un mois
Battu d’entrée lors de ses deux précédentes participations à l’Open d’Australie, Ugo Humbert a déjà franchi un cap personnel. Pas très rassurant en préparation, le Messin s’est remis le pied à l’étrier en dominant logiquement la Japonais Yasutaka Uchiyama (6-3, 6-4, 6-7, 6-3), 106e joueur mondial. Pourquoi alors s’arrêter en si bon chemin ? Problème, la marche s’annonce bien plus haute cette fois contre Kyrgios. "Ça va être un très bon match, en plus sur un grand court. Ce sont des matchs qui me plaisent et je vais me régaler. Je prends ça comme un défi parce qu'avec lui on peut s'attendre à tout. Son niveau peut être très haut, donc je m'attends à un match pas facile, mais dans lequel je vais prendre beaucoup de plaisir", s’enthousiasme pourtant Humbert.
Laver Cup
"Besoin de rentrer à la maison" et "rien à prouver" : Kyrgios laisse planer le doute sur son avenir
26/09/2021 À 06:58

Humbert, première en Australie : le résumé de sa victoire en vidéo

Kyrgios ne fanfaronne pas : "Humbert ? Un des joueurs qui ont le plus progressé sur le circuit"

Bien que mieux classé que l’Australien, le Français sait bien qu’il n’aborde pas cette partie avec le statut de favori. Car l’an dernier, Kyrgios avait électrisé les foules en s’offrant Karen Khachanov en cinq sets au 3e tour, avant de sérieusement chahuter Rafael Nadal en huitième. Cette fois, il lui sera moins facile de s’appuyer sur l’énergie transmise par le public, coronavirus oblige. Mais cela ne signifie pas pour autant que l’intéressé souffrira d’un déficit de motivation, surtout après tant de mois passés à l’écart du circuit.
Certes, Humbert n’est pas un nom clinquant, mais Kyrgios, croyez-le ou non, a potassé son sujet. "C’est un des joueurs qui ont le plus progressé sur le circuit. Je pense qu’il a gagné un ou deux titres l’année dernière (Auckland et Anvers, NDLR). Je l’ai joué à Acapulco. J’étais loin d’être à 100 %, mais j’ai pu sentir que c’était un bon joueur, juste sur ce set. Et évidemment, pour être tête de série dans un Grand Chelem, il faut avoir fait une saison pas mal quand même", souffle-t-il. Il ne s’agit ainsi pas d’une première entre les deux hommes. Enfin presque pas : au Mexique, le Français avait gagné le premier set, avant que l’Australien n’abandonne, touché au poignet.

Avec ce coup, Kyrgios vous redonne le sourire pour la journée : Le Top 5 de lundi

Avec Thiem en perspective

"Je l'avais joué l'année dernière à Acapulco et je rêvais de le jouer. Mais il était blessé, donc j'espérais pouvoir le rejouer bientôt. Rien que d'y penser, ça me plaît", observe encore Humbert, des étoiles plein les yeux. Attention toutefois à ne pas se complaire dans le rôle de spectateur du show Kyrgios, et ne pas se laisser happer par l’ambiance électrique attendue. A moins que l’Aussie ne soit le meilleur allié du Français : avec un choc face à Dominic Thiem en perspective au 3e tour, l’envie, consciente ou inconsciente, de s’économiser pourrait le faire déjouer.
D’autant que le 47e joueur mondial traîne aussi comme un boulet une blessure au genou gauche qui a nécessité une intervention chirurgicale l’an passé (arthroscopie, comme Roger Federer notamment). Mais dans son discours, Kyrgios semble à l’abri de l’excès de confiance. "Je suis juste heureux d’être au 2e tour. Je dois faire plein de choses pour bien récupérer. Je ne prends aucune victoire en Grand Chelem comme acquise", considère celui qui dit, le plus sérieusement du monde, s’être assagi.
De là à estimer que seul le tennis parlera mercredi, il y a un pas que l’on ne franchira pas. Mais si les actes de Humbert devaient suivre ses mots, le popcorn sera vraisemblablement de sortie. Il l’a prouvé fin 2020, le Messin peut lui aussi élever son niveau de jeu à des hauteurs insoupçonnées. Stéfanos Tsitsipas en avait notamment fait les frais à Bercy. Faire tomber Kyrgios chez lui en Grand Chelem, au meilleur des cinq sets, serait assurément du même acabit. Et ce quel que soit le classement du loustic.
ATP Metz
Accrocheur comme jamais, Murray enfonce Humbert
21/09/2021 À 19:49
ATP Metz
Murray-Humbert dès le 1er tour : ça va commencer fort à Metz
19/09/2021 À 17:27